7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2011

Le nouveau livre de Guy Gilbert un écrin de souvenirs.

Guy Gilbert a souhaité retracer ici les multiples aventures de sa vie : son enfance au sein d'une famille de quinze enfants en Charentes-Maritimes ; l'appel à la prêtrise qu’il ressent à l’âge de 13 ans ; sa participation à la guerre d’Algérie qui l’impressionnera durablement ; son ordination en 1965 ; le début de son sacerdoce à Alger ; la rencontre d’Alain, jeune homme en perdition, qui lui révèle sa vocation de prêtre-éducateur ; son retour à Paris où il sillonne les rues pour secourir les jeunes naufragés ; la création de la Bergerie de Faucon, dans les Alpes de Haute-Provence, où la DDASS lui adresse les adolescents les plus difficiles, jeunes à qui son équipe et lui-même redonnent espoir ; l’écriture de ses quarante livres qui ont touché des millions de lecteurs en France comme à l’étranger ; ses nombreuses conférences, émissions de radio et de télévision, retraites, séminaires ou tout simplement les messes qui continuent aujourd’hui à faire rayonner son charisme auprès d’un vaste public.

Cet ouvrage est construit à partir de photographies de Jean-Claude Gadmer qui l’a suivi durant plusieurs années. Les textes très narratifs et sensibles de Guy Gilbert partent de situations concrètes évoquées en images pour faire entrer avec beaucoup de sincérité et de conviction le lecteur dans son univers.

Un livre vivant et fourni, soulignant les aventures d’une vie exceptionnelle, qui captivera le public toujours plus nombreux du « curé des loubards ».

Eveilleur d'espérance
Date de parution : 13 octobre 2011
ISBN : 978-2-84876-197-8
Illustrations en couleur : 140
19 × 24 cm
144 pages
25 €

12:19 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., GUIDE DE VIE SPIRITUELLE., LES BLOGS AMIS., LITTÉRATURE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/09/2011

TOP INFO POUR UNE ACTUALITÉ VRAIE !

Suède: un imam appelle à la radio à tuer les infidèles

Posted: 18 Sep 2011 01:27 PM PDT

Rinkeby est une petite ville de la banlieue de Stockholm en Suède, où habitent de très nombreux Somaliens qui y disposent d’une mosquée dont l’imam est un de leurs compatriotes. Mais il existe aussi des Somaliens chrétiens à Stockholm.



Source: actualitechretienne.wordpress.com, via Actu-Chretienne.Net
 

L’OSCE se préoccupe des « crimes contre les chrétiens »

Posted: 18 Sep 2011 01:25 PM PDT

 Au cours d’une rencontre organisée à Rome lundi 12 septembre, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui regroupe 56 États membres engagés dans la prévention des conflits et la gestion des crises, a...



Source: www.fepef.com, via FEPEF
 

Une famille de chrétiens américains échappe de peu au lynchage par une foule de musulmans en Indonésie

Posted: 18 Sep 2011 01:24 PM PDT

Ce n’est que grâce à l’interposition de la police, déployée sur place car l’on s’attendait depuis quelques jours à des émeutes, qu’une famille de chrétiens américains a échappé de peu à un très certain lynchage à l’ouest de Palu, la capitale...



Source: www.christianophobie.fr, via Observatoire de la christianophobie
 

Spectacles christianophobes à Paris : le Théâtre de la Ville submergé de protestations

Posted: 18 Sep 2011 01:23 PM PDT

La riposte initiée par l’Institut Civitas contre la programmation de deux spectacles christianophobes à Paris, commence à avoir de l’effet… J’ai reçu dans la nuit par courriel ce communiqué du secrétaire général de cette association, Alain Escada,...



Source: www.christianophobie.fr, via Observatoire de la christianophobie
 

CET ESSENTIEL COMBAT SPIRITUEL.

Posted: 18 Sep 2011 01:20 PM PDT

Son Esprit nous donnera la Force d'affronter les critiques. Christ nous donnera la sérénité pour savourer l'instant en ses parfaits délices. Les gens nous prendrons peut-être pour des fous mais nous serons des fous de Dieu Amour.



Source: journalchretien.net, via Journal Chrétien

21:07 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS., PRESSE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

17/09/2011

GUY GILBERT NOUS PARLE DU PARDON.

Halte spirituelle5 rencontres avec Jésus 5/5

12:22 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/09/2011

Des ouvriers au chômage déjeunent avec Benoît XVI.

Visite pastorale au port d'Ancône

ROME, Dimanche 11 septembre 2011 (ZENIT.org)–Seize personnes, ouvriers des chantiers navalsd’Ancône et d’entreprises de la région des Marchesactuellement au chômage technique ou bien assistées par la Caritas de la ville, ont déjeuné aujourd’hui avec Benoît XVI et les évêques italiens.

Benoît XVI a passé 10 heures intenses à Ancône pour la conclusion du 25e congrès eucharistique national italien : en 2005, il avait conclu le congrès eucharistique de Bari, également sur l’Adriatique : c’était, le pape l’a rappelé dans son homélie, son prermier voyage apostolique.

En ce temps de crise économique et sociale, le pape a fait ce geste significatif dans la ligne de son enseignement sur la charité comme ressort de l’économie. La rencontre a eu lieu à 13h30 aucentre pastoral de « Colle Ameno ».

Benoît XVI était parti de l’héliport du Vatican ce matin à 8h30, pour arriver 45 minutes plus tard au« Môle Wojtyla » du port d’Ancône.

La messe a été célébrée sur l’esplanade du chantier naval, sur l’horizon de la Mer Adriatique, en présence de 100.000 personnes. Le podium, comme le pont d’un immense voilier poussé au souffle de l’Esprit – représenté par une colombe au dessus de l’autel - , les fleurs, et le mobilier sacré, bleus et blancs, reflétaient ces couleurs du ciel et de la mer, et de la Vierge Marie, sous un soleil intense dont la brise atténuait la brûlure.

Le pape y a été accueilli par le président de la conférence des évêques italien, le cardinal Angelo Bagnasco, archevêque de Gênes.

La liturgie a été marquée par le recueillement demandé au début de la messe: pas de calicots ni d’ovations, ni d’applaudissements, ni de téléphones portables… pour laisser place à la force de la célébration : « Donne-nous, Seigneur, le pain du Ciel », suppliait le refrain du psaume, en écho au récit du don de la Manne au peuple d’Israël au désert.

Une autre rencontre spéciale a rassemblé à 18 h les jeunes fiancés autour du pape, place du Plebiscito.

A 16h30, le pape a aussi rencontré les organisateurs de la visite pastorale, puis, à 17 h, les familles et les prêtres, en la cathédrale San Ciriaco.

Vers 18h45, le pape est reparti en hélicoptère du « Môle Wojtyla » du port d’Ancône, pour arriver au Vatican 45 minutes plus tard.

« Seigneur, à qui irions nous ? »: cette question de l’apôtre Pierre au Christ, dans la synagogue de Capharnaüm, comme le rapporte l’Evangile selon saint Jean, était le thème de cette semaine et l’évangile de la célébration. Le congrès a été célébré de façon contemporaine par les différents diocèses italiens.

C’était le 24e voyage de Benoît XVI en Italie depuis son élection en avril 2005, et sa seconde visite dans la région centrale des Marches, après sa visite au sanctuaire de la Maison de la Vierge Marie à Lorette en septembre 2007.

La tradition de la visite pastorale du pape à l’occasion de la journée de conclusion du congrès eucharistique national italien a été inaugurée par Paul VI en 1977.

Anita S. Bourdin.

19:50 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/08/2011

Le père Guy Gilbert sur Twizz Radio.

20:07 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LE REGARD DE BRUNO., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/08/2011

Devenez Membre de l'Association du Père Guy Gilbert.

http://www.guygilbert.net/data/web/guygilbert.net/uploads...

Devenez Membre de l'Association du Père Guy Gilbert.

10:54 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LE REGARD DE BRUNO., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/07/2011

La gratuité attire spontanément la méfiance.

L’amour de Dieu est gratuit. Nous le savons, mais cela est sans doute une des choses les plus difficiles à concevoir pour nos esprits qui ne connaissent que les lois de nos commerces. La gratuité attire spontanément la méfiance. « Venez acheter et consommer » est un langage qui nous parle ; « sans argent et sans rien payer », là c’est une autre histoire. Cela paraît louche. Ou bien la qualité de la marchandise est mauvaise, ou bien il y a une contrepartie cachée. Nous restons sur nos gardes !

Cette gratuité est pourtant des plus douces, parce qu’elle exprime la solidarité de Dieu avec nous et parce qu’elle illustre la profusion de son amour pour nous. Notre Dieu scelle une Alliance éternelle, par laquelle il se rend présent et solidaire de nous. Si bien que saint Paul peut déclarer avec assurance : « qui nous séparera de l’amour du Christ ? La détresse ? La persécution ? La faim ? (�) rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu ». Désormais le Christ habite chacune de nos expériences humaines. Il est, pour toujours, l’Emmanuel, Dieu avec nous. Le Christ habite notre faim et, dans sa compassion, la partage.

La multiplication a lieu « dans un lieu désert », c’est-à-dire dans un lieu inhabitable. Jésus est au désert, mais cette fois, il n’y est plus seul, il est avec la foule et sa faim. La multiplication a lieu alors qu’« il se fait tard », c’est-à-dire à l’heure où la vie décline. C’est l’heure de la prière des disciples d’Emmaüs, le moment de la fraction du pain. Dans cette multiplication des pains, la plénitude du symbole eucharistique est ainsi convoquée. Elle rappelle la Pâque, le pain de vie et le sacrifice de l’Agneau pascal. Avec la première lecture, nous comprenons qu’elle rappelle aussi le Création, la libéralité divine et sa bonté inépuisable. Dieu crée en abondance, il donne la vie en abondance, et nous montre ainsi qu’il ne connaît qu’une arithmétique : celle de la multiplication qui naît de la fraction : « rompant les pains, il les donna à ses disciples ». La générosité créatrice s’opère dans la fraction pascale, la générosité de Dieu nait de sa pauvreté.

Le signe des pains partagés ne peut donc pas être lu comme une manifestation de la puissance de Dieu, sollicitée pour produire une quantité de nourriture démesurée. Il montre au contraire la manière humble et pauvre d’utiliser des ressources infimes et très insuffisantes. Tel est l’enseignement pour les disciples, invités à renoncer au reflexe commercial pour offrir ce que Dieu seul peut donner. Notre Dieu est ainsi : il donne, tout simplement. Il n’y a rien à acheter chez lui, surtout pas son amour et sa grâce. Il n’y a rien à gagner non plus. On ne gagne pas son ciel comme un ouvrier gagne son salaire. On ne gagne pas non plus son salut comme on gagne le lot d’une tombola. Dieu donne, gratuitement, sans mérite de notre part, sans arbitraire de sa part, en partageant pauvrement le peu que nous avons à lui offrir.

Une épreuve reste encore à franchir. Quand on a entendu cette nouvelle extraordinaire de la gratuité de l’amour de Dieu, il est encore possible de le mépriser. Aussi Isaïe nous éloigne-t-il de ces débats en mettant en lumière le manque qui nous habite, la soif que nous éprouvons, et que Dieu vient combler : « Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! ». Nous avons soif de l’amour de Dieu, nous avons faim de sa miséricorde. Voilà pourquoi nous sommes irrésistiblement attirés par lui. Aussi devons-nous être attentifs à sa parole : « Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez ». Voilà où est notre erreur ! L’organe qui assure notre survie n’est pas l’estomac, mais l’oreille. Nous ouvrons tout grands nos yeux pour ne pas perdre une miette du pain circulant parmi 5 000 hommes, sans compter les femmes et les enfants, mais l’évangéliste préfère que nous ouvrions nos oreilles. Elles ouvrent la voie de l’obéissance et de la filiation, elles nous rapprochent de Dieu et nous donnent d’accueillir le Verbe.

Du coup, voici notre oreille débarrassée des considérations tout humaines, de nos dividendes et des calculs à court terme, qui nous faisaient lire l’évangile comme celui de la « multiplication des pains ». Il nous apparaît alors que ce mot de « multiplication » n’est jamais prononcé. Nous assistons seulement à une bénédiction et un partage.

La lenteur de l’action montre l’importance de la préparation. Il faut prendre le temps de s’asseoir. De prendre les cinq pains et les deux poissons. Ce n’est pas grand-chose, certes, au vu de la quantité qui serait nécessaire. Mais c’est tout ce que nous avons. L’essentiel est là. Ne rien retenir. Donner sans compter et sans faire de réserve. Au risque de tout perdre. Au risque de se perdre. Lever les yeux au ciel, rendre grâce car ce que nous donnons vient de Dieu. Bénir le ciel qui fait de nous des pauvres et nous donne toujours assez. Cinq pains et deux poissons, c’est bien assez pour qui utilise le don de Dieu au service du Royaume. Dans le rythme lent de l’été, pensons à chacun des petits actes de nos quotidiens, accompagnés d’une parole. La parole de notre prière. La parole de Dieu sur nos lèvres. C’est elle qui nourrit. C’est elle qui opère le miracle.

Elle, et nous. Le Seigneur désigne en effet le chaînon manquant : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ». Nous avons à rompre le pain et à partager. Le repas extraordinaire, en lui-même, occupe peu l’attention de saint Matthieu. « Tous mangèrent à leur faim ». L’évangile oriente plutôt nos regards sur Jésus, faisant avec nous chacun des préparatifs méticuleux de notre piété. Il les féconde de sa Parole. Mais s’ils portent du fruit, s’il se passe quelque chose, c’est parce que, dans la foi, nous agissons conformément à cette parole. C’est le pas que Jésus demande aujourd’hui à ses disciples : quand on a tout donné, ne pas attendre la multiplication des pains, mais oser partager encore, comme si le panier n’allait jamais se vider.



Frère Dominique.

20:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

24/07/2011

Les Infos du Top Chrétien.

Top Info - L'AGRIF poursuit Libération

Link to TopInfo | Scoop.it

L'AGRIF poursuit Libération

Posted: 23 Jul 2011 01:16 PM PDT

Libération a trouvé de bon ton et éminemment subversif de publier un dossier signé Gérard LEFORT et Mathieu LINDON attaquant grossièrement Jésus, ses apôtres, la Mère de Dieu, où le grotesque le dispute à...

Source: www.chretiente.info, via Google News search for Christianisme Bible Dieu Jésus chrétiens
 

Le sous-préfet hausse le ton et ne « cédera pas au chantage des ...

Posted: 23 Jul 2011 01:01 PM PDT

Le sous-préfet a bien notifié aux responsables de la mission évangélique, qui s'est installée illégalement depuis le début de la semaine à Sangatte,...

Source: www.lavoixdunord.fr, via Google News search for evangelique
 

Un Evangile de Jean retrouvé serait le plus vieux livre d’Europe

Posted: 23 Jul 2011 12:52 PM PDT

" L’Evangile est gratuit ; ne le mettons pas au rang des reliques… Vous pouvez lire ce livre gratuitement"

Source: www.fepef.com, via FEPEF
 

L’Institut Civitas dénonce la christianophobie du quotidien « Libération »

Posted: 23 Jul 2011 12:50 PM PDT

Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas, a fait paraître hier un communiqué dénonçant la lamentable provocation antichrétienne de Libération – qui pourrait être à juste titre rebaptisé Aliénation…

Source: www.christianophobie.fr, via Observatoire de la christianophobie
 

ILS REGARDENT LES AUTRES PARTIR.

Posted: 23 Jul 2011 12:47 PM PDT

Autrefois, trop pauvres pour vivre des jours heureux. Aujourd'hui, trop vieux pour s'en aller vers des rivages mystérieux. Quel dilemme leur offre cette existence.


Source: journalchretien.net, via Journal Chrétien
 

Chrétien terroriste ?

Posted: 23 Jul 2011 06:52 AM PDT

Alors que deux terribles attentats ont secoué la Norvège, un suspect a été identifié et arrêté. Et parce que cet homme avait affiché "chrétien" comme religion dans son profil facebook, certains journalistes se sont précipités de faire un amalgame injuste et dangereux ! Voici ce que nous avons pu entendre : "Un attentat commis par un chrétien conservateur..." "Un chrétien fondamentaliste fait sauter une bombe et tire sur des personnes..."

En tant que chrétiens nous compatissons à la souffrance des Norvégiens. Nous sommes, comme chacun, choqués par cette tragédie. Nous prions pour ces familles endeuillées et ce pays affligé. Les chrétiens sont totalement opposés à toute violence. Ils croient qu'ils doivent aimer leurs ennemis et bénir ceux qui les maltraitent ou les persécutent, selon l'enseignement de Jésus. Etre chrétien et terroriste est totalement incompatible.

Eric Célérier

P.S. : Et vous qu'en pensez-vous ? Avez-vous un message à adresser aux Norvégiens ?

11:20 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

20/07/2011

Tout dépend de l’attitude de celui qui écoute.

« Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? ». Les disciples s’interrogent sur la pédagogie du Maître. Jésus tient en effet des propos embarrassants : « à vous il est donné de comprendre les mystères du Royaume, mais à eux [c’est-à-dire à ceux qui écoutent seulement les paraboles] ce n’est pas donné ». Les paraboles ne sont-elles que des images adaptées au plus grand nombre, très simples pour être entendues de tous, mais trop simples, nécessitant un enseignement complémentaire, réservé aux initiés ?

Cette hypothèse ne peut pas être retenue. Combien de fois n’avons-nous pas entendu Jésus s’impatienter de l’incompréhension des disciples ? Au point qu’il a pu nous arriver de croire l’inverse : non seulement les disciples ne vont pas plus loin que les foules, mais ils ont encore besoin de cours de soutien !

Jésus nous aide à dépasser ce genre de questionnement : « celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a ». Ce proverbe montre que la possibilité de comprendre les paraboles ne dépend pas d’elles-mêmes mais de ceux qui les reçoivent. Les paraboles sont certes des énigmes, mais le Royaume est lui-même une énigme. Comme il est caché, on ne peut parler de lui qu’en parlant d’autre chose. Tout dépend donc de l’attitude de celui qui écoute.

Pour qui ouvre son cœur, la guérison est possible ; il peut découvrir le Royaume et y entrer. Il y a donc pour lui une augmentation. Il a osé entrer dans l’amitié de Jésus, il reçoit la guérison et entre dans la joie de son maître qui s’exclame : « heureux vos yeux parce qu’ils voient et vos oreilles parce qu’elles entendent ». Quant à celui qui n’a rien, celui qui ne laisse pas la parabole faire ce pour quoi elle est faite, c’est-à-dire toucher directement son cœur, et qui la cantonne dans les chemins alambiqués de sa raison, il lui sera enlevé même ce qu’il a. En effet, il n’a que ce qu’il croit avoir appris. Il n’est pas entré dans la symbolique de la parabole et il s’identifie à ce qu’il possède, à son savoir. Finalement ce qu’il sait lui bouche la vue et il ne le sait pas. Il le perd donc, il perd le peu qu’il avait.

Demandons la grâce d’être renouvelés dans notre rapport à la Parole, que nous sachions la cueillir comme un fruit de l’été et nous recueillir ensuite pour la goûter. Qu’elle nous apprenne à cueillir Dieu, avec délicatesse, et à nous laisser recueillir par lui, recueillir en lui, tout simplement, comme la nuit d’été enveloppe de fraîcheur et de paix.


Frère Dominique.


21:02 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/07/2011

La vraie joie est bien un fruit de l’Esprit.

Il faut être un tout-petit pour accueillir le salut et goûter la joie d’être sauvé. Dieu veut bien nous sauver ; encore faut-il que nous en ressentions le besoin. Ce qui est révélé aux petits dans l’Esprit et qu’eux seuls peuvent accueillir dans ce même Esprit c’est l’amour du Père et du Fils pour eux.
Cet amour fou nous le contemplons dans le Fils qui donne sa vie, lui le frère aîné, pour ramener au Père ses enfants dispersés. Nous le découvrons aussi dans le Père qui laisse ainsi le Fils se livrer à la souffrance avant de le ressusciter le troisième jour. L’amour du Père nous renvoie donc à celui du Fils et celui du Fils à celui du Père : « nul ne connaît le Fils si ce n’est le Père et nul ne connaît le Père si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut bien le révéler ».

La vraie joie est bien un fruit de l’Esprit et elle témoigne de la circulation de la vie trinitaire en nous. Par l’Esprit qui nous a été donné et qui nous fait communier avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ, cette joie est aussi notre part d’héritage. N’ayant pas peur d’être joyeux. Cette joie se révèlera peut-être aussi un moyen pour guider nos frères vers le Christ-Sauveur.



Frère Elie

20:26 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |