7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2011

INTERVIEW GUY GILBERT.

L'interview du père Guy Gilbert sur Twizz radio - La Libre.be
http://www.twizz.beL'interview du père Guy Gilbert sur Twizz radio

19:30 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., LES BLOGS AMIS., SOCIAL., SPIRITUALITÉ, TÉMOINS DE CE TEMPS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/02/2011

Éditions en ligne Frédéric Serre.

Frédéric Serre

Serre Éditions - Édition en ligne

Éditions en ligne

Éditeur de livres sous format numérique en ligne, nous souhaitons faire connaitre et promouvoir de nouveaux auteurs et vendre leurs œuvres à petit prix

Soeur Emmanuelle, cette éternelle révoltée

Référence : bl20111602spi

Auteur : Bruno LEROY

Thème : Spirituel

Date d'édition : 16/02/2011
 

generate_image2.jpg

http://www.editions-en-ligne.fr/acheter-articles-soeur-em...

 

Prochains livres de Guy Gilbert : parution le 5 Mai 2011.

book_168.jpg

Dans un monde qui prône la jeunesse avec acharnement, bien vivre son âge n'est pas si simple. Guy Gilbert a voulu ce livre pour rappeler à chacun que le meilleur moment de notre vie, c'est toujours aujourd’hui. Et que rester jeune, ce n’est pas se faire tirer la peau ! C’est ouvrir les yeux et les oreilles à tout ce que la vie apporte de magie et d’émerveillement, c’est offrir un regard d’espérance où les autres pourront lire la joie de vivre que donnent la sérénité, l’amour et la miséricorde.

Au lieu d’écraser, la vieillesse doit être un maître intérieur : une vieillesse acceptée ne sera pas un handicap. Car elle est une grâce à vivre, elle a la sagesse, la sérénité d’une belle vie écoulée. L’expérience est source de connaissance, et la force intérieure est bien plus importante que celle des muscles…

Guy Gilbert offre de précieuses recommandations pour appréhender avec bonheur les derniers âges de la vie.

 

Un livre contenant bon nombre de conseils pratiques, fruits d’une longue expérience au service des autres, conseils empreints de beaucoup d’intelligence des situations, de psychologie et de foi. 
  - des récits d’histoires vécues mettant en scène diverses problématiques
  - des conseils pour faire face à ces situations
  - des encadrés avec des extraits de textes de sagesse
  - une bibliographie des meilleurs ouvrages sur la question 

 

book_167.jpg

Parce que la prière constitue l'essence de la spiritualité chrétienne, Guy Gilbert a voulu lui consacrer un petit guide pratique afin de répondre aux multiples interrogations qui lui sont faites régulièrement : Pourquoi prier ? Comment prie-t-on ? Obtient-on des grâces ? Ressent-on la présence de Dieu ? Qui est en face de nous lorsque l'on prie ? Quelle place accorder à la prière dans la vie quotidienne ?…

En entrant dans l’intimité de la foi, Guy Gilbert offre au croyant de précieuses pistes pour enrichir notre dialogue et renouveler quotidiennement avec bonheur ses façons de prier.

 

Ce livre contient bon nombre de conseils pratiques, fruits d’une longue expérience au service des autres, conseils empreints de beaucoup d’intelligence des situations, de psychologie et de foi.
  - des récits d’histoires vécues mettant en scène diverses problématiques
  - des conseils pour faire face à ces situations
  - des encadrés avec des extraits de textes de sagesse
  - une bibliographie des meilleurs ouvrages sur la question 

 



20:59 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., CULTURE., LE REGARD DE BRUNO., LES BLOGS AMIS., LITTÉRATURE., SOCIÉTÉ., SPIRITUALITÉ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

UN TARIF SOCIAL POUR L'EAU.

eau.jpg

Après le gaz, l'électricité, les transports, l'eau aura aussi un tarif spécial destiné aux foyers en difficulté à compter du 1er janvier 2012.

Votée par l'Assemblée nationale en fin d'année 2010, puis par les sénateurs en janvier dernier,la loi instaurant un tarif social de l'eau vient d'être promulguée. Après des mesures similaires concernant legaz et l'électricité, cette avancée sociale était passée un peu inaperçue comme le rappelle ce mardi Le Parisien-Aujourd'hui en France. Elle sera appliquée à compter du 1er janvier 2012.

Depuis la consécration du «droit à l'eau pour tous» par la loi du 30 décembre 2006, plusieurs voix s'étaient levées pour que ce droit soit assorti d'une aide financière garantissant que toute personne physique puisse accéder à l'eau potable pour son alimentation et son hygiène, dans des conditions économiquement acceptables. L'idée d'instaurer un tarif social avait été reprise dans un rapport du conseil économique, social, et environnemental (CESE) en avril 2009. Le rapport soulignait alors que le nombre de dossier d'impayés traités par les distributeurs d'eau publics comme privés était en augmentation : 33.500 dossiers de particuliers incapables de payer leurs factures d'eau avaient ainsi dû être examinés en 2008.

Même si l'eau reste moins chère en France que dans la plupart des pays de l'Union européenne, à 3,40 euros le m3 en moyenne contre 5,16 euros par exemple en Allemagne,une récente étude de l'Observatoire des services publics d'eau et d'assainissement confirmait récemment que le prix de l'eau avait augmenté plus vite que l'inflation ces dernières années, de 3,3% en moyenne chaque année depuis 2004. Pionnière, la ville de Libourne en Gironde a pris les devants en instaurant un tarif très bas à 0,10 euro pour les 15 premiers mètres cubes puis une augmentation progressive du prix jusqu'à 200 m3.

Le tarif social instauré par le texte publié au journal officiel le 8 février ne fixe pas le prix qui devra être appliqué par mètre cube d'eau consommé puisqu'en France chaque commune est chargée d'assurer le service public de l'eau. Le texte proposé par le député UMP Christian Cambon prévoit que les services gestionnaires des services d'eau reversent 0,5% de leurs recettes au fonds départemental de solidarité pour le logement (FSL) qui centralise et distribue les aides en matière de logement et d'énergie et de téléphone. L'objectif est donc d'aider les ménages en difficulté à payer leurs factures. Les FSL seront par ailleurs dotés de 50 millions d'euros supplémentaires à partir de 2012. Le gouvernement s'est également engagé à mettre en place un système préventif d'aide aux familles en situation d'impayé.

Source : Le Figaro.

11:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., LES BLOGS AMIS., SOCIAL. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

15/02/2011

Refus net au souhait de Sarkozy de transférer Florence Cassez.

Les autorités mexicaines opposent un refus net au souhait de Nicolas Sarkozy de transférer Florence Cassez en France et annoncent leur retrait de l'Année du Mexique organisée en France et dédiée à la détenue.

 

florence.jpg

Depuis de longs mois, le dossier empoisonne les relations franco-mexicaines, et celles-ci ne sont pas prêtes de se détendre. Le gouvernement mexicain a en effet annoncé lundi soir qu'il n'avait nullement l'intention de transférer Florence Cassez en France, contrairement à la requête formulée par Paris. «Le procès de Florence Cassez a démontré sa culpabilité», a ainsi assuré le ministère mexicain des Affaires étrangères.

Mexico est allé plus loin encore en pointant directement du doigt l'implication de Nicolas Sarkozy dans toute cette affaire. «Il est vraiment surprenant qu'un chef d'État prenne une décision de politique extérieure affectant les liens entre deux peuples et deux gouvernements en consultant une personne condamnée par la justice mexicaine pour des délits de nature particulièrement grave»,a ainsi poursuivi le ministère mexicain.

 

«Une affaire d'État» selon Mitterrand

 

En guise de désapprobation, le Mexique a donc annoncé dans la foulée son retrait de l'organisation de l'année du Mexique en France, qui faisait pourtant figure de symbole aux yeux de la Française incarcérée depuis maintenant plus de cinq ans pour «complicité d'enlèvements». «Le gouvernement du Mexique ne permettra pas que les artistes et créateurs, ainsi que les entrepreneurs et autres participants à ce programme, soient exposés à des manifestations étrangères aux objectifs qui les avaient mobilisés à l'origine et qui empêcheraient une appréciation adéquate de leurs œuvres et de leurs contribution», a ainsi fait valoir Mexico.

Pourtant, Nicolas Sarkozy avait annoncé un peu plus tôt dans la journée son intention de maintenir cette évènement en France, mais en le dédiant à Florence Cassez. «Le peuple de France est ami avec le peuple du Mexique» et «nous faisons la différence entre le peuple mexicain et certains de ses dirigeants», a affirmé le président français, qui a reçu pour la dixième fois consécutive les parents de Florence Cassez et s'est entretenue «longuement» par téléphone avec la jeune femme lundi. «Supprimer l'année du Mexique en France serait faire offense au peuple mexicain» et serait «inapproprié», a-t-il argué. Une décision partagée par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, qui a réagi, mardi, à la décision mexicaine : «Cela n'est pas bien quand un État prend la culture comme instrument d'action» (...), «On est plus dans une affaire de culture mais une affaire d'État».

 

« Le pire serait l'oubli» 

 

Arrivés vers 18 heures lundi accompagnés par leur avocat Franck Berton et Thierry Lazaro, député maire (UMP) de Phalempin, Charlotte et Bernard Cassez avaient exprimé leur vive inquiétude après le rejet en bloc de l'«amparo» déposé en août dernier, ultime pourvoi en cassation de leur fille. Cette décision définitive, promulguée jeudi dernier, n'a fait que cristalliser le refroidissement diplomatique entre les deux pays. La ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, avait fustigé un «déni de justice » avant que les ambassadeurs deux pays ne soient convoqués dans les capitales respectives.

Ne cessant de clamer son innocence depuis son arrestation en 2005, Florence Cassez n'était pas favorable au boycott des festivités de l'année du Mexique en France. La plus célèbre prisonnière française redoute par-dessus tout deux choses. «Le pire qui pourrait m'arriver, c'est l'oubli», martèle-t-elle. Par ailleurs, Florence Cassez actuellement détenue dans une prison pour femmes à Tapepa, au sud de Mexico, refuse d'être transférée dans des geôles d'où elle risque de ne jamais ressortir. «Elle est terrorisée à l'idée d'être transférée dans une prison de haute sécurité, a confié son avocat Franck Berton. Elle a déjà connu pendant plusieurs mois l'enfer du pénitencier de Santa Marta, et on parle même d'une île prison, très célèbre en Amérique, où elle pourrait être transférée. Dans ce cas, elle craint pour sa vie, tout simplement…» Nicolas Sarkozy, entouré des parents de la jeune fille et de Michèle ­Alliot-Marie, a solennellement demandé aux autorités mexicaines de «veiller à la sécurité» de la jeune femme. Il devrait prochainement s'entretenir avec le président mexicain Felipe Calderon et publier une tribune dans la presse mexicaine.

Source : Le parisien.

10:41 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/02/2011

ÉGYPTE: la révolution du 25 janvier 2011.

Henri Boulad s.j. le 8 février 2011
Henri-Boulad.jpg

Le Père Henri Boulad s.j. est un observateur autorisé de la situation en Égypte et proche du peuple égyptien, ayant été Directeur du Collège Ste-Famille au Caire, et il est présentement chargé par sa communauté d’une nouvelle mission à Alexandrie. Je le remercie, ainsi que son collaborateur journaliste Soliman Chafik, de bien vouloir partager avec nous son savoir.

Prévue, préparée, planifiée, annoncée, cette révolution est le résultat d’un long cheminement, d’une longue gestation. Première question à nous poser : qui est derrière ce soulèvement ? Quels en sont les acteurs véritables? – Les Frères Musulmans? Le Mossad? L’Iran? L’Amérique? L’Occident? Tel ou tel autre agent étranger?… Ou bien tout simplement le peuple égyptien lui-même – un peuple qui avait trop supporté, trop souffert, trop subi – qui n’en pouvait plus d’être écrasé, exploité, piétiné – et qui a tout à coup éclaté.

 

Le peuple… mais quel peuple? Non pas le tout petit peuple qui a toujours vécu dans la peur et la soumission… mais une certaine catégorie très précise: les jeunes – et plus précisément les 25-35 ans -, diplômés d’hier, et pourtant chômeurs, frustrés, sans emploi, sans logement, sans perspective d’avenir.

Ces jeunes, au-delà d’un enseignement scolaire abrutissant, de slogans religieux vides et creux, de contraintes sociales et morales aliénantes… cherchent leur chemin et un sens à leur vie à travers Internet, Youtube, Facebook et Twitter…

 

Ces jeunes aux yeux et aux oreilles grandes ouvertes, absorbent, consomment, assimilent à longueur de journée et de nuit tout ce que le monde d’aujourd’hui leur propose sur le Net… le meilleur et le pire.

Ces jeunes, dont certains ont fréquenté des écoles étrangères ou l’université américaine, rêvent d’ouverture et de modernité…

 

Ce sont ces jeunes – ouverts, émancipés, capables de réflexion et de critique – qui ont concocté, organisé et mis au monde cette révolution.

 

Mais, une fois mise au monde, celle-ci n’a pas tardé à être arnaquée par les Frères Musulmans qui ont cherché à la récupérer, à en faire leur affaire, à la voler aux jeunes qui l’avaient créée et inventée.

 

Donc, d’un côté les jeunes, véritables auteurs et acteurs de cette révolution, de l’autre les Frères Musulmans qui cherchent à se l’approprier… Mais qui encore? Y a-t-il d’autres protagonistes dans les événements qui se déroulent en ce moment en Egypte?

 

Il y a bien sûr les gens du pouvoir – en premier lieu le Président -, qui ne veulent pas lâcher prise, abandonner leur poste, et s’accrochent becs et ongles au siège qu’ils ont occupé pendant des lustres. Cette clique souvent véreuse et corrompue, bourrée de privilèges, enrichie à milliards aux dépens du petit peuple, sent aujourd’hui que tout lui échappe et cherche à réagir et à faire face. C’est sans doute elle qui est derrière l’attaque brutale du mercredi 2 février, où des énergumènes munis de glaives et d’armes à feu, montés sur des chevaux et des chameaux, ont chargé aveuglément une foule sans défense qui avait opté pour une révolution pacifique basée sur le dialogue et la négociation.

 

En fait, ces brutes déchaînées semblent être à la solde non seulement de l’ancienne clique au pouvoir, mais de tous les magnats du commerce, de l’industrie et de la finance qui profitaient du « système ». Cette bande a du mal à lâcher prise et c’est sans doute elle qui a mobilisé ces brigands sans foi ni loi pour intimider le peuple et briser sa détermination.

 

Y a-t-il d’autres protagonistes? Probablement certains éléments étrangers qui cherchent à profiter de la situation pour pêcher en eau trouble. Mais ceux-ci ne sont qu’une infime minorité.

Il y a enfin les malfrats, bandits et casseurs, qui ont pillé les magasins, cambriolé les appartements, dévalisé les passants… et qui ont tout intérêt à ce que la pagaille continue.

Qui encore?

 

L’armée, bien sûr!… seule garante de l’ordre, neutre jusqu’à présent, proche du peuple, adversaire des Frères Musulmans, et qui s’opposera fermement à eux, au cas où ceux-ci tenteraient de s’emparer du pouvoir. Aurions-nous alors une nouvelle dictature militaire qui nous ramènerait à la case départ, c’est-à-dire au coup d’Etat de 1952?… Est-ce possible? N’y aurait-il pas d’autres scénarios?…

 

Et l’Eglise dans tout ça ? Les catholiques – hiérarchie, clergé, religieux et religieuses, fidèles – gardent un silence prudent et se réfugient dans leurs églises autour de messes ou de réunions de prière. Le patriarche copte-catholique vient cependant de briser ce silence par une déclaration assurant Moubarak de notre soutien et de nos prières.

Quant aux coptes orthodoxes – qui représentent l’écrasante majorité des chrétiens d’Egypte – ils sont plus divisés que jamais. Au niveau de la hiérarchie, c’est la course à la succession dans une atmosphère de fin de règne. Quant à Chenouda, il a lui aussi fait l’éloge du Président en l’assurant de ses prières au grand dam de tout un courant laïc qui le désavoue et trouve qu’il se compromet gravement en prenant position. Ils pensent qu’il devrait adopter une attitude beaucoup plus neutre pour ne pas se voir taxer plus tard de collaboration avec l’«ancien régime».

 

La majorité des chrétiens – à part certains activistes ou intellectuels engagés – se tiennent plutôt à l’écart de ces bouleversements politiques et auraient, paraît-il, reçu des consignes en ce sens de leur hiérarchie. En fait, ils vivent dans la peur et envisagent le pire au cas où les Frères Musulmans prendraient le pouvoir. Pour l’instant, Dieu merci, aucun incident confessionnel ne s’est produit, bien que les églises et couvents ne soient plus protégés par la police.

Venons-en au dernier – et premier – protagoniste de ces événements : le peuple lui-même. Celui-ci, pris de court par la soudaine disparition des forces de sécurité et la surprenante libération des prisonniers, a tout d’abord paniqué face aux hordes de bandits qui ont déferlé sur la ville. Mais les gens se sont très vite repris et organisés pour résister et faire face. Des comités de défense civile sont nés spontanément, prenant position au pied des immeubles, au coin des rues, un peu partout, pour se défendre, protéger leurs familles et leurs biens, organiser la circulation et le ramassage des ordures.

 

Cette prise en main du peuple par lui-même a été vraiment remarquable et tout se passe en ce moment dans une sérénité, une courtoisie et une efficacité surprenantes. En signe de gratitude et de reconnaissance, les femmes du quartier distribuent à tous ces bénévoles des repas qu’elles préparent elles-mêmes avec amour. L’une d’entre elles, voulant régler au boucher la viande qu’elle lui achetait à cet effet, s’est vu répondre par ce dernier : «Madame, comment voulez-vous que j’accepte de l’argent pour ce service que vous rendez gratuitement à tous ces jeunes volontaires ?» J’avais les larmes aux yeux en écoutant cette dame me racontant cet incident.

 

Ce raz-de-marée de solidarité au niveau de la base a engendré dans toutes les couches de la société, une fraternisation extraordinaire qui a révélé la bonté foncière du peuple égyptien. La dame dont je viens de parler me disait à ce propos : «C’est ça l’Egypte, c’est ça les Egyptiens! Ce ne sont pas ceux qui volent, qui pillent, qui dévalisent, mais toutes ces petites gens au cœur d’or qui n’aspirent qu’à la paix et à la fraternité.»

 

Souhaitons que le nouveau régime nous aide à construire, loin de toute lutte partisane et confessionnelle, cette «union nationale» qui, pour beaucoup, semble pure utopie. Je crois pourtant que l’utopie d’aujourd’hui peut devenir la réalité de demain si nous y croyons vraiment et si, pour la construire, nous nous investissons de tout notre cœur, de toute notre intelligence et de toute notre énergie. Un signe prophétique de cette harmonie à venir nous a été donné ce matin sur la grande place Tahrir du Caire par une multitude de gens rassemblés, main dans la main, en scandant d’une seule voix : «Nous sommes tous un !… »

 

Henri Boulad, sj, directeur du Centre Culturel Jésuite d’Alexandrie.

Soliman Chafik, journaliste et analyste politique.

Alexandrie, le 4 février 2011

Souce http://www.chroniquesbourgo.qc.ca

 

19:44 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Le président égyptien Hosni Moubarak a quitté le pouvoir.

 
Egypte en direct: liesse après la démission de Moubarak

Place Tahrir et dans toute l'Egypte, les opposants explosent de joie après la démission d'Hosni Moubarak.  

REUTERS/Dylan Martinez

Le président égyptien Hosni Moubarak a quitté le pouvoir ce vendredi à 17h. L'Egypte exulte. Suivez cette journée, heure par heure.

 

18h33: Les Cairotes fêtent la démission de Moubarak sur la place Tahrir. De nombreux feux d'artifices sont tirés dans la ville.  

18h30: Les Frères musulmans saluent l'armée qui a tenu ses "promesses" 

18h08: Angela Merkel, la chancelière allemande a salué "un changement historique" en Egypte. [voir toutes les réactions internationales sur la démission d'Hosni Moubarak

18h06: Martine Aubry, la première secrétaire du PS a rendu hommage à la grande détermination du peuple égyptien.  

17h57: Les manifestants se réjouissent également sur Twitter. Le cyberactiviste Waël Ghonim, qui avait redonné un second souffle au mouvement a écrit sur le réseau social: "Félicitations à l'Egypte, le criminel a quitté le palais" 

17h51 Scènes de liesse à Gaza, où le Hamas, dont les rapports avec les autorités égyptiennes ont toujours été orageux, salue le "début de la victoire de la révolution". 

17h50 Israël espère que la période de transition qui s'ouvre en Egypte se fera "sans secousse"."On peut espérer pour l'Egypte, ainsi que pour ses voisins, que la transition vers la démocratie se fasse sans secousse", a souligné un responsable du pays qui a requis l'anonymat. Ce dernier a également réaffirmé la nécessité de préserver le traité de paix conclu entre Israël et l'Egypte en 1979. 

17h37 Sur la place Tahrir au Caire, symbole du mouvement de contestation déclenché le 25 janvier contre Hosni Moubarak, les manifestants ont laissé explosé leur joie. "Le peuple a fait tomber le régime! le peuple a fait tomber le régime!", scande une foule en délire. Certaines personnes se sont même évanouies sous le coup de l'émotion. 

17h30 Les Tunisiens se sentent solidaires. A l'annonce de la démission d'Hosni Moubarak, un concert de klaxon a accompagné la nouvelle. Les scènes de liesse se sont étendues jusque dans la bande de Gaza.  

17h25: Obama, très impliqué depuis le début de la crise égyptienne, s'apprête à faire une déclaration à la télévision.  

17h00 Le président Hosni Moubarak a démissionné et remis le pouvoir à l'armée, a annoncé le vice-président Omar Souleimane. "Compte tenu des conditions difficiles que traverse le pays, le président Mohammed Hosni Moubarak a décidé d'abandonner le poste de président de la République et chargé le conseil suprême des forces armées de gérer les affaires du pays", a-t-il déclaré dans une brève allocution télévisée. 

Place Tahrir, les opposants laissent exploser leur joie

La Bourse de New York repart à la hausse après l'annonce de la démission du président égyptien Hosni Moubarak. 

17h C'est l'heure de la prière. Sur la place Tahrir, le calme règne. 

16h55 Une personne a été tuée et 20 blessées lors de heurts vendredi à Al-Arich, dans le Sinaï égyptien, entre manifestants et policiers, selon un responsable des services de sécurité. 

Le manifestant a été tué lors d'un échange de tirs entre policiers et protestataires qui tentaient de libérer des détenus dans un poste de police. Selon des témoins, un millier de manifestants ont lancé des bombes incendiaires sur le poste de police et mis le feu à des véhicules. Ces heurts interviennent au moment où au moins un million de personnes manifestent à travers le pays pour réclamer la démission du président Hosni Moubarak. 

16h38 Le secrétaire général du parti au pouvoir, Hossam Badrawi, nommé il y a quelques jours, va démissionner 

15h44 La présidence égyptienne va diffuser sous peu un communiqué "important et urgent", a annoncé vendredi la télévision d'Etat, peu après que le parti du président Hosni Moubarak eut indiqué que ce dernier avait quitté Le Caire pour la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh. 

18:39 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS., POLITIQUE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

LE MATCH DE LA VIE DE JULIEN.

Mr Julien Chambon
Skype : littlejuju03
Site web : http://hellozdravei.site.voila.fr

10:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

06/02/2011

LES SILENCES DE MAURICE ZUNDEL.

19:03 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., GUIDE DE VIE SPIRITUELLE., LES BLOGS AMIS., MAURICE ZUNDEL., TÉMOINS DE CE TEMPS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

05/02/2011

TOUTES CES PHOBIES QUI NE SONT QUE RACISME.

 Les minorités chrétiennes sont-elles opprimées en milieu musulman ? C’est l’une des questions qui reviennent fortement en ce début d’année, question fortement réactivée par l’attentat d’Alexandrie devant une église copte. Et pour parler de cette oppression le mot qui s’entend beaucoup est celui de christianophobie. Mot médiatique, mot de journaliste, mot qui se répand à mesure que les discriminations, les brimades ou même les attentats meurtriers font la une des journaux.

Si la fréquence du mot est assez récente, sa formation ne surprend pas. Son sens est facile à comprendre : la christianophobie est la haine des Chrétiens. Le mot phobie existe, en tant que tel, même s’il n’est pas lié à un autre radical. Mais c’est un terme qui appartient au langage de la psychologie : on peut avoir la phobie de la foule, de la solitude, de l’enfermement. Cela correspond à un genre de peur irraisonnée, qui entraine un mouvement de recul, de fuite pour éviter une situation ressentie comme insupportable. Et dans ce sillage, phobie a servi à former des termes psychologiques : on peut trouver des mots tels que claustrophobie, agoraphobie…. Celui qui est claustrophobe développe une panique à l’idée de se trouver enfermé. Mais cela n’est nullement dirigé vers une autre personne ou un autre groupe : c’est une réaction tout à fait individuelle.

D’un autre côté, depuis quelques années, le suffixe phobie a été utilisée avec un tout autre sens : il exprime le mépris, la haine, l’hostilité farouche que l’on peut développer à l’égard d’un groupe. Cela s’apparente donc à une forme de racisme : une collectivité incarne l’idée du vice, ou même du mal. L’un des premiers mots qu’on a entendus dans cette série est homophobie, avec l’adjectif qui lui correspond, homophobe. Il s’agit bien d’un sentiment développé par rapport à une minorité qu’on va considérer comme déviante, et dont on ne va pas supporter l’existence. C’est donc en général au nom de la morale, du bien, d’une certaine idée de ce qui doit être fait et de ce qui, à l’inverse, est un péché, que cette détestation s’amplifie. L’homophobie est donc dirigée contre les homosexuels, et on parle ainsi de comportements, d’attitude ou de propos homophobes.

Parallèlement, on s’est mis à parler d’islamophobie à propos du racisme contre les musulmans. La peur et la haine n’ont pas les mêmes motifs ni les mêmes formes, mais le mot s’emploie plutôt dans ces contextes ou les musulmans sont minoritaires. Alors, on n’a pas ou presque pas de judéophobie, mais c’est que l’antisémitisme est ancien, et que ce dernier mot est né à une époque ou justement le suffixe –phobie n’était pas en usage.

Et le mot christianophobie s’est donc construit sur ce modèle, et se répand, hélas

 

Coproduction du Centre national de Documentation Pédagogique.
http://www.cndp.fr/
Venez découvrir le livre Les Mots de l'Actualité d'Yvan Amar.

Yvan  Amar

20:24 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUES., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |