7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2010

TROMPERIE SUR LA MARCHANDISE.

Hier, je me suis surpris à regarder l'émission de Ruquier : On n'est pas couché. En général, je regarde très peu la télé-viecon, sauf, les reportages géographiques montrant le foisonnement culturel de certaines civilisations parfois ignorées.
Je ne m'attendais pas à trouver Monsieur Gaillot dans ce genre de média. Je dis Monsieur, car je ne puis l'appeler autrement. Il ne représente d'aucune façon, à mes yeux, un homme d'Église. Je ne me permettrai pas d'estimer sa Foi qui lui est toute personnelle. Tellement individuelle d'ailleurs, qu'il serait juste de se demander en quoi, elle se différencie d'un athée.
Ce Monsieur était venu faire la promotion d'un livre qu'il n'a pas même écrit. A part se promener dans les manifs d'extrême Gauche. Je me suis dit que l'Église avait été trop généreuse à son égard.
Il se dit seul, très seul. Cette solitude est le reflet de ses fausses compassions. Il croit aimer les Pauvres comme on aime une voiture qui s'en va à la casse. Ce monsieur prône le mariage homosexuel, le port du préservatif tout en dédaignant, en passant Benoît XVI.
 
Triste représentant d'une église qui sombre dans la brume du relativisme. La démagogie se porte bien chez certains représentants du culte. Son discours n'est jamais étayé par une pensée construite. Le malheur, dans cette histoire, est qu'il représente une institution sur laquelle il vomit. Je puis prédire, en l'écoutant s'exprimer ainsi, que les pauvres deviendront encore plus pauvres. Son ministère étant purement de danser avec le vent du temps, que peut-il apporter culturellement, intellectuellement aux autres. De plus, il y a tromperie sur la marchandise. Cet homme n'est pas évêque. Il est simple croyant qui se perd faute de repères dans les méandres d'une spiritualité qu'il s'est construite.
 
Vous voyez, il est des moments où je gaspille mon espace de repos pour voir ce genre de clown ecclésiastique. Un évêque qui veut vivre sa Foi sans l'appui institutionnel et le respect qu'il doit envers cette Église qui l'a fait naître, est mort. Mais de cela, nous en reparlerons dans le scintillement des étoiles. Si nous nous retrouvons...
 
Tous les grands Témoins de l'Évangile ont eus des frictions avec l'institution. Ce qui est normal puisque notre très Saint Père nous invite à critiquer l'Église, lorsque nous sommes en désaccord, mais avec Amour.
 
Franchement, dites-moi, quelle différence entre Sœur Emmanuelle, Guy Gilbert, l'Abbé Pierre, Mère Térésa et Gaillot. Ce dernier n'a fait que parler de précarité et de mettre les pieds dedans. Il manifeste à l'occasion ses désaccords, mais ne fait rien de réellement constructif. Ce Monsieur est un exemple dangereux pour nos Jeunes. Il prône le laxisme dans toutes les dimensions Humaines. Et demande qu'on le suive dans cette forme évangélique de détruire la Dignité Humaine en ne la reconnaissant indigne d'être responsable d'elle-même. Pauvre clerc qui se pense indispensable et qui fait pire que mieux.
 
Tout cela, pour vous dire que ma soirée fut un cauchemar sans nom. Je n'ai pas de Haine contre Gaillot. Dieu est Amour et Il me guide, loin de ces faux témoins qui ne témoignent de rien et sont une nuisance pour le bien commun.
 
Bruno LEROY.

12:07 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : catholique, chistianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/05/2010

Message du 1er Mai 2010 : Le travail vaut plus que le capital !

muguetdelesperance.gif

 

Égalité des droits pour tous les travailleurs !

La crise économique mondiale - la pire depuis 1929 - a de nombreuses conséquences pour les travailleurs et leurs familles dans tous les pays du monde. Chaque jour, nous voyons et nous entendons parler de fermetures d’usines, de pertes d’emplois, de licenciements économiques, de délocalisations et d’augmentation du chômage.

Dans le même temps, nous voyons des sommes colossales transférées aux banques pour les sauver de la banqueroute. Au lieu de venir en aide aux plus défavorisés, elles servent souvent à payer les énormes bonus des responsables, alors que le Fonds monétaire international demande une réduction des dépenses publiques en compensation. Quelque chose ne va pas quant aux valeurs sur lesquelles sont construits nos systèmes politiques et économiques actuels. Ces systèmes, où la dignité humaine n’est pas respectée, où les travailleurs migrants sont souvent les premiers embauchés (parce qu’ils coûtent moins cher aux patrons), mais sont aussi les premiers licenciés, où le droit à s’organiser collectivement n’est pas reconnu, sont souvent prétextes à licencier des militants ou à délocaliser des entreprises. Des systèmes où le profit passe avant les personnes !

Comme mouvement de travailleurs chrétiens, nous rappelons un principe que l’Église a toujours enseigné : celui de la priorité du travail sur le capital1. Dans le contexte actuel, ceci nous pousse à être toujours plus aux côtés des travailleurs, dans leur lutte pour la justice, pour gagner leur "pain quotidien" !

Mouvement mondial des travailleurs chrétiens, nous croyons en la capacité des travailleurs à résister collectivement à l’injustice par des grèves et des manifestations sur tous les continents. Les travailleurs exigent justice et égalité pour la satisfaction des besoins humains. Ces actions de solidarité sont signes d’espérance pour les travailleurs de tous les pays.

La solidarité entre travailleurs du Nord et du Sud est indispensable pour créer et promouvoir un travail décent pour tous, où tous auront les mêmes droits. Nourris par notre foi en Jésus-Christ, nous voulons prendre part à la création d’une nouvelle société où tous les hommes, membres d’une seule race, la race humaine, travailleront ensemble à la création d’un autre monde. Un monde fondé sur la solidarité, pour promouvoir la paix, le respect de la dignité humaine et les droits de l’homme pour tous.

Le MMTC est une organisation internationale de solidarité. Le 1er mai, nous rejoignons les travailleuses et travailleurs qui luttent pour un monde plus juste, qu’ils soient croyants ou non. Nous voulons montrer notre volonté de libérer tous les travailleurs des injustices dues à une économie de marché, au libéralisme incontrôlé.

Tous solidaires, nous pouvons créer un nouveau monde meilleur, et nous le ferons.

Le Comité exécutif du MMTC.

 

Encyclique « Labor exercens 1981 Jean-Paul II.

13:33 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, catholique, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

21/11/2009

INVINCIBLE ESPÉRANCE.

E001437_LRG.gif
Je tenterais encore de vous livrer des mots. Des mots fragiles venus d'une certaine pauvreté découverte. Des mots inutiles qui aimeraient habiter le silence à jamais. Des mots reflets de mon âme souvent ensoleillée, lumineuse par une invincible espérance. Des mots qui révèlent très peu de signifiance par rapport à ce qui voudrait être dit. Des mots corps de mon corps. Incarnés dans la vie bien réelle et fertile. Des mots libres comme mes idées. Des mots inachevés comme mes convictions qui se forgent à l'horizon des signes interprétés.
 
Nous avançons toujours. Même s'il nous semble que nous stagnons. L'espérance est une force vive à réactualiser au fil du temps. L'espérance est une grâce offerte mais qu'il nous faut entretenir. Un regard d'espérance n'est-ce point celui de l'enfant ? Ou de l'esprit d'enfance tel que le vivait la petite Thérèse.
 
Le matin, je me lève, bois mon café, fume une cigarette et m'abîme dans les profondeurs de la prière.
Puis, j'essaie de vivre l'instant comme un souffle d'éternité.
Et je m'en vais rencontrer les jeunes, les moins jeunes, les plus rejetés de notre société de consommation. De cette société qui ne pense qu'à son cul et sa gueule et laisse les petits de côtés. Une société de profits qui profitent toujours aux mêmes. Les exploiteurs savent trop bien comment exploiter. Les rouages de leurs vilenies sont huilés depuis des siècles.
 
Alors, faut-il se révolter et envoyer balader tous ces prophètes de malheur ou faut-il intérioriser un regard d'espérance sur nos sociétés de fric ?
La révolte est nécessaire dans un premier temps à condition qu'elle ne devienne pas une routinière révolte stérile.
 
Elle peut pousser au militantisme si elle est vécue à plusieurs. C'est ainsi que les Fondateurs d'associations caritatives ou humanitaires ont souvent commencés leurs actions. Il est vrai que l'indifférence est la lèpre des temps modernes.
Alors, du militantisme à l'espérance, il n'est qu'un pas à franchir. L'espérance est plus puissante qu'un simple espoir de vivre un jour dans un monde meilleur.
Elle est l'action fleurissante au cœur de la contemplation quotidienne du chrétien.
Puisse-t-elle être la vôtre comme elle est la mienne face à la Vie et parfois ses interminables difficultés. Minable pourrait être le mot. Et ceux qui ne comprennent pas vos souffrances font partie de ces médiocres pour lesquels l'existence spirituelle n'est qu'un jeu d'enfant. Ils n'ont pas l'esprit d'enfance de la petite Thérèse. Ils ont l'esprit infantile pensant toujours détenir la Vérité. Celle qu'ils se sont forgées telle une carapace qui les empêche d'aimer en toute sincérité. Leurs idées de bigoteries avant les hommes, c'est bien connu. Ils ne connaissent de l'espérance que les moisissures de leur solitude se pensant en plus exclus au Nom du Christ. Ce qui est faux. Ce qui semble vrai dans leur esprit paranoïaque ou paranoïde.
 
L'espérance chrétienne passe tous les murs idéologiques. Elle veut creuser au fond de l'homme sa part de vérité qui vient de Dieu. Et peu importe si, dans le regard de cet homme perle des gouttes de haine.
L'espérance espère contre toutes espérances.
 
Elle sent battre dans le cœur d'autrui les rythmes insoupçonnés de sa profonde humanité. Celle que nous possédons toutes et tous et ce, quelque soit la teneur de nos actes.
 
Bruno LEROY.

13:37 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chritianisme, foi, spiritualite, catholique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

15/10/2009

Prenez votre paresse par la peau du cou.

paresse.jpeg

Nous avons tous des moments où nous nous sentons transportés au-dessus de nous-mêmes, et nous disons: "Je me sens capable de tout; si seulement je pouvais être toujours comme ça!" Eh! bien, non, cela n'est pas possible. Dans ces moments d'inspiration, nous devons trouver la lumière et la force, pour accomplir fidèlement notre tâche, quand l'inspiration ne sera plus là. Il y en a beaucoup parmi nous qui ne se sentent plus bons à rien quand l'inspiration vient à leur manquer. Notre effort doit être de réaliser, dans le train-train de la vie quotidienne, l'idéal qui nous a été révélé dans les moments d'exaltation.

Ne permettez jamais à votre émotion de s'évaporer sans effet. Ne vous abandonnez pas à une sorte d'épicurisme spirituel, en vous disant: "Qu'il est doux, qu'il est merveilleux d'être ainsi!" Agissez sans délai, même et surtout si vous n'en avez pas envie. Si dans une réunion de prière Dieu vous a indiqué quelque chose à faire, ne dites pas: "Je le ferai", faites-le.

Prenez votre paresse par la peau du cou, et jetez-la loin de vous! Quand nous soupirons après des moments d'inspiration, la paresse est là, tapie dans notre cœur. Nous voulons faire effort pour atteindre les sommets. Nous devons apprendre à travailler dans la pénombre en nous guidant sur ce qui nous a été déjà révélé. Ne reculez pas, après un premier échec. Allez-y encore! Brûlez les ponts derrière vous, engagez-vous envers Dieu par vos actes mêmes. Ne revenez jamais en arrière, mais allez de l'avant, en vous dirigeant vers la lumière.

Bruno LEROY.

08:20 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, catholique, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

12/10/2009

L’agressivité des mouvements évangéliques.

Afrique : Des évêques dénoncent l’agressivité des mouvements évangéliques

ROME, Vendredi 9 Octobre 2009 (ZENIT.org) - « Les groupes néo-pentecôtistes sont souvent très agressifs et adoptent une attitude de prosélytisme dans leur relation avec l'Église catholique », a dénoncé Mgr Alfred Adewale Martins, évêque d'Abeokuta (Nigéria), lors de la 6e congrégation générale du Synode des évêques, le 8 octobre.

« Il pourrait sembler que ces groupes visent à abattre l'Église catholique, tant au niveau de son influence qu'à celui du nombre de ses fidèles », a-t-il ajouté. « Cette attitude se perçoit à travers la façon dont certains d'entre eux parlent de l'Église catholique comme d'une Église morte ».

« Leur espoir est qu'en gagnant les esprits et les cœurs des jeunes, ils pourraient être en mesure de les attirer et, avec le temps, de les couper de la vie de l'Église, tout comme ils espèrent que les jeunes quittent en masse l'Église », a déploré Mgr Martins.

De la même manière, Mgr Adriano Langa, O.F.M., évêque d'Inhambane (Mozambique), a évoqué la croissance des mouvements évangéliques. « Chaque jour, nous assistons à l'exode des catholiques en direction de ces Eglises et de ces mouvements », a-t-il souligné le 7 octobre lors de la 5e congrégation générale.

« Comme preuve de ce phénomène, on assiste à une augmentation vertigineuse de ces groupes religieux ainsi qu'à la naissance de ce catholicisme au ‘style et langage étranges', un phénomène qui ne doit pas être perçu comme cohérent avec l'œcuménisme, mais comme une déviation dérivant de la défaite de ceux qui se sentent désavantagés », a-t-il affirmé.

Les raisons et les remèdes

Pour Mgr Langa, les raisons de ce phénomène résident principalement dans le manque d'inculturation de l'Eglise catholique.

« En discriminant, en méprisant et même en combattant les cultures africaines, en sous-évaluant les langues locales et en centrant l'évangélisation surtout sur les enfants et non pas sur les adultes, comme cela a eu lieu dans un passé récent, ou en interdisant la lecture de la Bible, comme cela était le cas il n'a pas si longtemps que ça, ou encore en ne traduisant pas les Saintes Écritures dans les langues locales, l'Église catholique n'est pas encore parvenue à donner aux catholiques d'Afrique un langage et un style qui leur sont propres », a-t-il estimé.

A ses yeux, « c'est pour cela que les catholiques africains ont développé un complexe d'infériorité et une certaine aliénation par rapport aux croyants des autres religions ».

Pour Mgr Martins, pour faire face à ce phénomène, il est important que l'Eglise en Afrique fasse en sorte de n'oublier personne. « Nous devons nous assurer que personne n'est anonyme dans les paroisses, les plus vulnérables tels que les demandeurs d'emploi et d'autres encore, en particulier parmi les jeunes, devraient être soutenus et aidés dans leurs besoins tant matériels que spirituels, et quand cela est possible ».

« Il faut créer un ministère dans chaque paroisse qui s'occupe des préoccupations et des besoins des jeunes cadres et des professionnels présents parmi nos fidèles », a ajouté Mgr Martins. « Ils sont la cible des groupes néo-pentecôtistes ».

07:41 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : christianisme, foi, spiritualite, catholique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

22/09/2009

UN MOT DE JACQUES BREL.

mot jacques brel.jpg

18:51 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ARTISTES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : catholique, christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

18/09/2009

MUSIQUES SOUS INFLUENCES.

noir desir.jpg
 
Depuis des années, des associations issues du mouvement de musique Techno prennent en considération les consommations dites festives de drogues. Elles diffusent régulièrement des informations concernant les risques liés à l'usage des stupéfiants, tout cela étant financé par les pouvoirs publics depuis huit ans, dans le cadre des nouvelles politiques de réductions des risques, qui est une politique officielle de l'État Français et qui va dans le bon sens pour les jeunes sensibilisés par ce mouvement culturel. Ces campagnes ont des effets crédibles puisque entre 1994 et 1999, la baisse de mortalité par overdose est de 80% et le taux de transmission par le virus du sida de 7%. La mise à disposition de seringues accompagnées d'une campagne de prévention forte à fait baisser de façon imprévue les injections, notamment les usagers de l'héroïne, dont l'insertion dans la société est mieux prise en compte par un travail éducatif soutenu, voit chuter la consommation de 67% ces dernières années.
 
 

Depuis 1987, tous les Ministres de la santé sont extrêmement audacieux et renforcent constamment ce grand projet de santé publique par une politique à l'écoute des citoyens et non uniquement répressive. De plus, dans un souci pédagogique, les ministres tiennent compte de l'évolution des drogues, de leurs pratiques et des risques encourus pour la santé. Cette évolution politique de conscientisation se retrouve dans tous les pays Européens. Cette politique de réduction des risques vient d'être approuvée par les sénateurs qui l'ont inscrite comme la loi de santé publique. En effet, il s'agit bien d'un enjeu de santé publique et non un enjeu uniquement pénal.
 
 

Pourquoi la musique Techno fut-elle ainsi le berceau de la drogue et le lieu privilégié pour le combattre ? Il est prouvé que certaines musiques influent sur le système nerveux et peuvent générer des états seconds chez l'être humain. Ce qui est davantage dramatique, c'est que les jeunes en particulier deviennent dépendants inconsciemment de ces états planants, qu'ils compensent par des drogues pour pallier à un manque dont ils sont absolument incapables de trouver l'origine. Pour cette raison, les chrétiens que nous sommes ne doivent pas laisser leurs adolescents combler leurs vides affectifs sur des musiques purement commerciales qui engendrent des risques mortels toxicomaniaques. Les hommes politiques se sont mis à l'écoute de ces jeunes en condamnant la drogue et non les drogués, car on ne punit pas une personne malade. Tout cela n'est que le reflet de notre société en manque de vie intérieure. Redonnons aux ados des projets constructifs, afin qu'ils puissent regarder ensemble dans la même direction et se sentir utiles à la société. Nos politiques européennes comprennent désormais le fabuleux humus que représente la jeunesse pour le monde en devenir. Les chrétiens doivent redonner le sens du beau aux enfants qui les entourent, afin que cette beauté devienne ressourcement dans les moments difficiles, et fasse naître des acteurs de leur propre vie par une culture de l'intelligence. Il nous faut en finir avec cette ambiance dépressive et mortelle qui règne en maître dans le cerveau de nos jeunes et nous devons exprimer la douce musicalité de l'existence par notre Témoignage Chrétien, en disant aux jeunes que la vie est un combat qui vaut la peine d'être vécu, tant il est Beau quand nous lui donnons du sens.
 
Bruno LEROY.

11:21 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, catholique, spiritualite, spiritualite de la liberation |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

04/09/2009

LE BOOMERANG.

  

LE BOOMERANG

par Thierry Fourchaud

Un boomerang est une aile volante, formée le plus souvent d’une lame de bois dur courbée à angle obtus, et qui revient vers son point de départ. Lorsqu’elle est lancée elle tourne sur elle-même. Ses pales présentent un profil porteur semblable à celui d’une aile d’avion.

Le principe universel

Il faut que je vous raconte une petite histoire qui est fondamentale pour bien comprendre nos actions dans notre vie. Imaginez que vous êtes en face d’un mur avec un pistolet qui tirerait des balles rondes en caoutchouc très dur. Vous êtes juste à deux ou trois mètres. Si vous tirez que va-t-il se produire ?... La balle va heurter le mur et revenir violemment sur vous. Cela peut vous blesser gravement voire vous tuer. C’est le même principe que le boomerang qui revient toujours à l’endroit d’où il vient.

L’application universelle

C’est exactement le même principe pour les mots ou les actes qui sortent de nous. Si nous “envoyons” une malédiction, par exemple une critique, un jugement ou un geste déplacé, nous “touchons” l’autre mais aussitôt en retour nous sommes blessés aussi. Plus je fais de mal, plus je suis mal... Qui sème le vent récolte la tempête (Osée 8, 7) Inversement si ce qui “sort” de nous est bonté nous recevons à notre tour un surplus d’amour. Incroyable mais vrai !

Aimons nos ennemis !

Afin de nous préserver du mal la Bible fourmille de conseils et d’enseignements qui vont dans ce sens. Par exemple Jésus nous dit : "A vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous diffament. Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien attendre en retour. Votre récompense alors sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car il est bon, Lui, pour les ingrats et les méchants. (Luc 6, 28 et 35) Cela pourrait nous paraître irréalisable voire choquant. Mais si le Fils de Dieu nous enseigne cela, c’est pour arrêter l’escalade du” toujours plus de mal”.

Les cristaux d’eau

Des scientifques ont démontré que l’eau réagit de manière étonnante à la malédiction ou à la bénédiction. Voici le test de l’eau : sur un échantillon 1 on va dire ‘tu me dégoûtes” et sur un échantillon 2 on va dire “tu es aimé”. Les différences des cristaux au micoscope sont spectaculaires ! (voir photos sur la Bonne Nouvelle de septembre) N’oublions pas que nous sommes constitués de 65% d’eau.

Relisons ce passage de la Lettre de Saint Jacques

Voyez quel petit feu embrase une immense forêt : la langue aussi est un feu. C’est le monde du mal, cette langue placée parmi nos membres : elle souille tout le corps ; elle enflamme le cycle de la création, enflammée qu’elle est par la Géhenne. Bêtes sauvages et oiseaux, reptiles et animaux marins de tout genre sont domptés et ont été domptés par l’homme. La langue, au contraire, personne ne peut la dompter : c’est un fléau sans repos. Elle est pleine d’un venin mortel. Par elle nous bénissons le Seigneur et Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l’image de Dieu. De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi. La source fait-elle jaillir par la même ouverture le doux et l’amer ? Un figuier, mes frères, peut-il donner des olives, ou une vigne des figues ? L’eau de mer ne peut pas non plus donner d e l’eau douce. D’où viennent les guerres, d’où viennent les batailles parmi vous ? N’est-ce pas précisément de vos passions, qui combattent dans vos membres ? Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu et il s’approchera de vous. (Jacques 3, 6-11et Jacques 4, 1 et 8)

Saint-Esprit nous te prions : Viens à notre secours, nous te consacrons notre langue, fais qu’elle soit un instrument de vie. Nous prenons aujourd’hui fermement la décision d’entrer par ta grâce dans un chemin de bénédiction et de louange à temps et à contre-temps.

Que Dieu nous bénisse !



* Important : Vous pouvez demander cette revue La Bonne Nouvelle de septembre par téléphone au 02.43.64.23.25

Disponible immédiatement (Prix indicatif 2€ + 2€ de frais de port)





*** Pour préparer la fête de la petite Thérèse (1er octobre), voici une idée originale :

* La liste de 365 paroles de la petite Thérèse !
Une liste à découper puis à mettre dans un petit panier.
* La liste des petites paroles de Thérèse de 30 pages : 4 euros l'unité
et 10 listes pour 30 euros
Merci d'ajouter 2€ pour les pays étrangers et les Dom-Tom.

* Une autre idée !
Le livre de consécration des vieux jours. Ou donner à Dieu tout le temps qu'il nous reste sur terre...


* Vous pouvez commander :
- par courrier ou par téléphone à l'adresse ci-dessous
- ou via notre site internet
www.mariereine.com en cliquant dans la rubrique à droite.




SITES :
A bientôt sur :
www.mariereine.com
Notre maison: www.citedelimmaculee.com
Evangélisation : www.labonnenouvelle.fr




11:14 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite, catholique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/08/2009

“Comment va cette présence de Dieu”

Tu manques de vie intérieure: parce que, pendant ta prière, tu ne considères pas les préoccupations des tiens, ni le prosélytisme— parce que tu ne t'efforces pas d'y voir clair de prendre des résolutions précises et de les mettre en pratique parce que tu n'as pas de vision surnaturelle dans ton étude, dans ton travail, dans tes conversations, dans tes rapports avec les autres... — Comment va cette présence de Dieu, qui est la conséquence et la manifestation de ta prière? (Sillon, 447)


Chaque fois que nous ressentons en nos cœurs le désir de nous améliorer, le désir de répondre au Seigneur avec une plus grande générosité et que nous cherchons un guide, un point de repère sûr qui serve à notre vie de chrétien, l'Esprit Saint nous remet en mémoire ces paroles de l'Evangile: Puis Il leur dit une parabole sur ce qu'il leur fallait toujours prier sans jamais se lasser. La prière est le fondement de toute œuvre surnaturelle; avec la prière nous sommes tout-puissants et, s'il nous arrivait de négliger ce moyen, nous n'obtiendrions rien.

J'aimerais que dans notre méditation d'aujourd'hui, nous nous persuadions une fois pour toutes de la nécessité de nous préparer à être des âmes contemplatives, en pleine rue, au milieu de notre travail, d'entretenir avec Dieu une conversation qui ne doit pas fléchir tout au long de la journée. C'est là le seul chemin si nous prétendons marcher loyalement sur les pas du Maître.

(…) Il est très important, pardonnez mon insistance, de garder les yeux fixés sur les pas du Messie car Il est venu nous montrer le chemin qui mène au Père. Nous découvrirons avec Lui la manière de donner un relief surnaturel aux activités qui sont en apparence les plus petites; nous apprendrons à faire vibrer dans chaque instant ce qu'il a d'éternel et nous comprendrons plus parfaitement pourquoi la créature éprouve le besoin de ces moments de conversation intime avec Dieu: pour Lui parler, pour L'invoquer, pour Le louer, pour éclater en actions de grâces, pour L'écouter ou simplement pour être avec Lui.(…) (Amis de Dieu, nos 238-239) 

       
http://www.opusdei.fr/art.php?p=18436

10:08 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite, catholique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

28/08/2009

LA POÉSIE TRANSCENDE LA VIE.

medium_webagua.jpeg
Les mots véhiculent les pensées et la poésie permet de dévoiler la Beauté suggestive de l'âme ainsi, nous pouvons élever notre esprit et nous défaire progressivement de la grisaille qui aveugle parfois notre regard. Les poètes sont les prophètes qui annoncent par la subtilité du langage et de l'expression, que le monde a encore des raisons d'espérer et que la splendeur des tréfonds du cœur demeure à jamais. En effet, la poésie est éternelle pour ceux et celles qui savent aimer la Vie afin de lui redonner son Harmonie originelle. La poésie sera toujours une source d'Espérance intarissable dans laquelle les Hommes puiseront la fraîcheur d'exister et le sens de l'émerveillement, sans toutefois se dessaisir de la Réalité.

La vraie poésie se moque de la poésie. La poésie est toujours quelque part. Vient-elle à déserter les arts, on voit mieux qu'elle réside avant tout dans les gestes, dans le style de vie, dans une recherche de silence intérieur. Partout réprimée, cette poésie là fleurit partout. Brutalement refoulée, elle consacre les émeutes, épouse la révolte, anime les grandes fêtes sociales. Nous avons besoin de ce silence qui nous parle car, nous vivons dans une société de bruit et sommes submergés par le tapage haute fidélité.

Nous avons besoin de silence pour nous entendre nous-mêmes, pour entendre les autres, pour entendre la nature. Pour écouter le tremblement de la poésie...Elle est son premier jaillissement, encore immaculé ; ni corrompu à la source , ni menacé de récupération. Seuls la détiennent ceux qu'une longue résistance au pouvoir a chargés de la conscience de leur propre valeur d'individu. La conscience du présent s'harmonise à l'expérience vécue comme une sorte d'improvisation. Au contraire, la pensée qui s'attache au vécu dans un but analytique en reste séparée ; c'est le cas de toutes les études sur la vie quotidienne.

Le voyageur qui fixe sa pensée sur la longueur du chemin à parcourir se fatigue plus que son compagnon qui laisse au gré de la marche errer son imagination ; de même la réflexion attentive à la démarche du vécu l'entrave, l'abstrait, le réduit à de futurs souvenirs. Pour qu'elle se fonde vraiment dans le vécu, il faut que la pensée soit libre. Il suffit de penser autre dans le sens du même, la plus haute conscience de soi inséparable de moi et du monde. C'est à cette condition que les hommes reconnaîtront sous peu que leur créativité individuelle ne se distingue pas de la créativité universelle.

On le sait, la société de consommation réduit l'art à une variété de produits consommables. Puissions-nous avoir cette volonté d'échapper aux aliénations ambiantes en créant l'unité de l'homme et du social où l'expérience de la poésie prime comme une nouvelle arme dont chacun doit apprendre le maniement par soi-même.La poésie sert à respirer et mettre de la joie dans la vie, elle aide à réaliser la synthèse de notre existence. Elle est l'alternative essentielle aux violences subies ; elle nous dit que l'esprit de mort n'a plus de place dans notre Vie.Elle est notre grande fête sociale qui assigne les bureaucrates à résidence. La poésie et l'art en général nous font côtoyer l'infini de notre être en détruisant progressivement ce qui est réductible dans l'homme.

Notre conscience humaine ne peut ignorer, négliger cet espace de liberté dont nous disposons pour nous unifier au monde en échappant à toutes formes d'aliénations pathologiques. Le véritable artiste est celui qui reste lui-même en provocant la société par une insurrection de la beauté dont son âme ne cesse de s'inspirer. C'est un homme de partage et d'amour dans la contestation de l'ordre établi, puisqu'il ne supporte pas les embrigadements de l'esprit. Puissions-nous être poètes dans nos comportements quotidiens, non en sachant écrire de splendides poésies mais en regardant le monde avec nos yeux intérieurs, ceux qui murmurent le bonheur de vivre libre.

                                 Bruno LEROY.

14:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, spiritualite, catholique, foi |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |