7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2009

LA JOIE ENVERS ET CONTRE TOUT !

On rit et on rit beaucoup. On rit pour se détendre. On rit pour se dégager de l’anxiété et du stress que nous causent les activités quotidiennes. On rit pour fuir, un instant, les dures réalités de la vie. On rit pour faire la fête.

 

Dans une lettre aux chrétiens de Thessalonique, saint Paul lance cette invitation: «Soyez toujours dans la joie!» ( 1 Thessaloniciens 5, 16). La tradition liturgique l’a pris au sérieux: elle a même institué un «dimanche de la joie» en plein coeur du temps de l’Avent. «Soyez toujours dans la joie!» Pas seulement le temps d’un numéro d’humour, pas seulement le temps d’un spectacle comique, mais perpétuellement:

 

Pourtant, il y a des jours dans la semaine, et même des heures dans la journée où nous n’avons pas le goût de rire. Nous sommes touchés par des événements qui sont loin de susciter l’humour. Ces jours-ci, nous nous sommes souvenus de ces femmes assassinées à l’École polytechnique, il y a quelques années. La télévision nous a montré des Canadiens en otages à Bagdad, menacés de mort par des terroristes résolus. Nous avons vu aussi des enfants en Orient qui travaillent durement dans des conditions inhumaines et pour des salaires dérisoires au profit de la chaîne de magasins Wall-Mart. On parle de prisons secrètes dans certains pays du monde, au service du gouvernement américain, des prisons où on pratique la torture. Ailleurs, même ici, des familles vivent misérablement, dans le dénuement total. Des étudiants, même à l’Université, ne mangent pas à leur faim. Des couples connaissent la violence conjugale.

 

La joie que souhaite saint Paul ne peut pas ignorer la misère humaine. Elle trahirait le Christ. Le Christ n’est-il pas toujours au côté des malheureux? N’est-il pas mort pour les pauvres et les petits? La joie chrétienne ne peut être une simple distraction dans notre quotidien. Elle ne peut se réduire à quelques farces d’humoriste.

 

La joie chrétienne découle avant tout de la foi, et de la foi pascale. Nous reconnaissons que la mort du Christ est porteuse de vie. Nous avons confiance en sa fécondité. Nous croyons en la résurrection du Seigneur au point de considérer que toute situation humaine, même le pire désastre, peut déboucher sur la vie. Nous croyons en la victoire du Christ sur le mal et sur la mort. Nous portons au fond de nous-mêmes une joie que rien ne peut nous ravir, pas même une détresse extrême, puisque nous sommes appelés à la vie.

 

La joie chrétienne découle de la confiance en la présence de l’Esprit dans nos initiatives comme dans le déroulement de la vie du monde. Jean-Baptiste annonçait le Christ en disant: «Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas.» (Jean 1, 26) Nous pourrions reprendre cette Parole pour annoncer l’Esprit parmi nous. Cet Esprit collabore à notre tâche d’édification de la société humaine. Dans toute sa puissance, il nous réconcilie les uns avec les autres. Il nous fait dépasser les obstacles qui jonchent la route de nos fraternités et de nos entreprises de justice sociale. Voilà pourquoi sa présence est source de joie pour nous.

 

Par conséquent, la joie chrétienne est témoignage d’hommes et de femmes qui croient en Dieu et en son action dans le monde comme dans nos vies. Nous témoignons de notre foi en la fidélité de Dieu qui tient ses promesses et demeurent à nos côtés tout au long de l’existence. Témoignage qui demande souvent du courage quand nous avons l’impression de nous retrouver seuls avec nos drames et nos problèmes.

Finalement, la joie chrétienne prend la forme de l’engagement pour les autres. La joie qui habite le croyant annonce aux pauvres la bonne nouvelle d’un Dieu qui prend parti pour eux. Elle accompagne des gens au coeur brisé, elle annonce la libération aux prisonniers de toute sorte et la liberté aux captifs.

 

C’est donc pas drôle, la joie! C’est même très sérieux! Et saint Paul a raison de nous dire: «Soyez toujours dans la joie!»

 

Denis Gagnon, o.p.Fin de l'article

10:07 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans BRIBES THÉOLOGIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

25/10/2009

Pour un monde meilleur avec Dieu.

Il nous faut des bras solides,
Pour soulever nos montagnes de pauvretés,
Du rmiste, en passant par le chômeur et le meurtrier,
De la Femme vivant seule dans le coeur de son enfant,
Du jeune dont la drogue lui procure l'illusion d'exister,
Du déprimé qui pense perdre la raison,
Et tous les vieux qui meurent de solitude,
Les suicidés du Temps qui ne trouvent plus le Sens,
Et toutes ces blessures jamais cicatrisées,
Donne-nous Seigneur,
La force de les porter, les combattre dans la Dignité,
Pour redonner cette Dignité aux êtres qui croient l'avoir perdue,
Donne-nous Ton Esprit pour illuminer notre regard,
Et voir dans les petits des christs meurtris à vie,
Pour qu'ensemble nous façonnions ce monde,
En Univers plus juste selon Tes desseins d'Amour,
Une Terre qui espère mettre les Hommes debout,
Cette Espérance brûlante qui nourrit l'arbre de nos luttes,
Ce robuste chêne au sein de la forêt,
Qui demande aux autres de bonnes Volontés,
Pour suivre sa marche et détruire nos pauvretés,
Celles qui jamais ne permettront de nous reposer,
Tant que nous saignerons pour tant de plaies,
Tant que l'Espérance ne sera pas logée,
Dans l'âme de tous les désespérés,
Oui, Seigneur, le combat ne peut que continuer,
Pour tous les Humains qui cherchent à espérer,
En ce jour pas demain dans l'éternité,
Mais éternellement dans la valeur sacrée
De notre Humaine Humanité.

Bruno Leroy.

phare4.jpg

10:58 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

LUTTER CONTRE LES EXCLUSIONS.


BRUNO LEROY.
LUTTER CONTRE LES EXCLUSIONS.
Nous faisons face ici à un problème majeur : on ne peut changer la réalité ou lutter contre l’exclusion à partir de n’importe où ni à partir de n’importe quelle disposition intérieure. Quand on fait un retour sur des échecs importants, on se rend compte souvent qu’en réalité, ce ne sont pas les théories ou les connaissances qui ont fait défaut, mais bien le lieu à partir duquel on a voulu agir. À ce propos, il serait bon de se rappeler le mot si pertinent de Friederich Engels, mot qui, avec le temps, est devenu maxime populaire. Il dit ainsi : "l’on ne pense pas la même chose selon que l’on vit dans une cabane ou dans un palais".

La simplicité d’une telle affirmation constitue, nous n’en doutons pas, une des expressions les plus lumineuses de la pensée contemporaine. Ce qu’affirme Engels avec sa "boutade" c’est que, bien que la vérité soit absolue, l’accès que nous pouvons en avoir ne l’est pas. C’est-à-dire que, bien qu’un certain accès réel à la vérité nous soit possible, il sera toujours conditionné par la réalité elle-même et aura toujours, pour autant, un caractère relatif. Jamais il ne sera neutre et inconditionnel. Tout cela est d’une importance capitale pour notre propos. En effet, même en supposant les meilleures intentions, la meilleure bonne volonté et les meilleures capacités intellectuelles, il y a des lieux d’où tout simplement on ne peut ni voir ni sentir la réalité de façon à ce qu’elle nous ouvre à l’amour et à la solidarité.

Alors, il ne nous reste qu’une solution : changer de lieu social. Le lieu social, c’est le point à partir duquel on perçoit, on comprend la réalité et on essaie d’agir sur elle. Il nous faut donc passer du lieu social des élites au lieu social des exclu(e)s. C’est à partir du monde des pauvres que nous devons lire la réalité de la violence si nous voulons nous engager pour sa transformation. La vision qu’ont les pauvres et les opprimé(e)s de la violence économique doit être le point de départ et le premier critère pour lire et comprendre aussi bien le monde globalisé que la violence qu’il provoque.

C’est aussi simple que cela, mais c’est tout aussi grave d’en arriver aux conclusions et d’en peser les conséquences. Où est-ce que je me situe ? Où sont mes pieds et ma praxis en matière de solidarité ? Car la question est de savoir si je suis au bon endroit pour accomplir ma tâche. Un tel processus ne peut être mis en marche que par ceux et celles qui sentent dans leur chair la brûlure de l’injustice et de l’exclusion sociales. La tâche d’éduquer implique d’abord le lieu social pour lequel on a opté ; puis le lieu à partir duquel et pour lequel on fait des interprétations théoriques et des projets pratiques ; finalement, le lieu d’où part la pratique et à laquelle on subordonne ses propres pratiques.

À la racine du choix de ce lieu social, il y a l’indignation éthique que nous ressentons devant la réalité de l’exclusion ; le sentiment que la réalité de l’injustice dont sont victimes la grande majorité des êtres humains est si grave qu’elle exige une attention incontournable ; la perception que la vie même perdrait son sens si elle tournait le dos à cette réalité. Il ne sera jamais possible de travailler à être plus humains à partir du point de vue des centres de pouvoir et de savoir, ni même en se situant à partir d’une prétendue neutralité. Cette pratique est appelée d’avance à être condamnée et à tomber d’elle-même lorsqu’elle aura à soutenir la preuve des faits, comme cela est arrivé au jésuite de Camus dans La Peste.

Personne ne peut prétendre voir ou sentir les problèmes humains, la douleur et la souffrance des autres à partir d’une position "neutre", absolue, immuable dont l’optique garantirait une totale impartialité et objectivité. Il est donc extrêmement urgent de provoquer une rupture épistémologique. La clé pour comprendre ceci est dans la réponse que chacun(e) de nous donnera à la question : "d’où" est-ce que j’agis ? C’est-à-dire quel est le lieu que je choisis pour voir le monde ou la réalité, pour interpréter l’histoire et pour situer mes actes transformateurs ?

Mieux que n’importe quel autre moyen particulier, la manière d’exprimer sa sensibilité et son intérêt à rendre la société plus humaine réside, en effet, dans une pratique active de la solidarité, notamment avec les démuni(e)s qui font l’objet de discriminations et de marginalisations intolérables. Tout ce qui signifie une violation de l’intégrité de la personne humaine, comme la torture morale ou physique, tout ce qui est une offense à la dignité de la personne, comme les conditions de vie inhumaines, l’esclavage, la prostitution, le commerce des femmes et d’enfants, ou encore pour ceux et celles qui bénéficient d’un emploi les conditions de travail dégradantes qui réduisent les travailleurs au rang de purs instruments de production, sans égard pour leur dignité, tout cela constitue des pratiques infâmes qui nous engagent toutes et tous à nous impliquer dans les solidarités sociales.
Bruno LEROY.
Imprimer

10:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans PRESSE. | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

24/10/2009

LES QUALITÉS DE LA MATURITÉ.

 Les qualités d’une personne mûre sont très étranges, car le mot « maturité » donne l’idée d’avoir de l’expérience, d’être âgé, vieux. Physiquement, il se peut que la personne soit vieille, mais spirituellement, c’est un enfant innocent. Sa maturité n’est pas qu’une expérience acquise à travers la vie.

Dans ce cas, elle ne serait pas un enfant, dans ce cas, elle ne serait pas une présence ; elle serait une personne qui a de l’expérience - qui a des connaissances, mais qui n’est pas mûre. La maturité n’a rien à voir avec les expériences de la vie. Elle a à voir avec notre voyage intérieur, avec notre expérience de ce qui est intérieur. Plus on entre profondément en soi, plus on est mûr. Lorsqu’on a atteint le centre même de son être, on est parfaitement mûr. Mais à ce moment-là, la personne disparaît, seule la présence demeure ; le moi disparaît, seul le silence demeure ; le savoir disparaît, seule l’innocence demeure. Pour moi, la maturité est un autre nom pour la réalisation.

Vous êtes arrivé à l’accomplissement de votre potentiel. Il s’est actualisé. La graine a fait un long voyage et s’est épanouie. La maturité a un parfum. Elle donne une immense beauté à l’individu. La personne mûre ne devient rien d’autre qu’Amour. Son action est Amour, son inaction est Amour, sa vie est Amour, sa mort est Amour. Elle est simplement une fleur de l’Amour. Nous avons des définitions de la maturité qui sont tout à fait infantiles.Par maturité on entend que nous ne sommes plus innocents, que nous avons mûri à travers les expériences de la vie, qu’on ne peut plus vous tromper facilement, qu’on ne peut plus nous exploiter ; que nous avons en nous quelque chose comme un roc solide - une protection, une sécurité. Cette définition est très ordinaire, très terre-à-terre.

Mais ma façon de voir la maturité est totalement différente, diamétralement opposée à cette définition. La maturité ne fera pas de vous un roc ; elle vous rendra si vulnérable, si doux, si simple. Êtes-vous prêts à subir les outrages de personnes qui se croient matures et ne sont qu’infantiles, puisque nous demandons aux gens désormais de se masquer pour paraître invincibles. Sommes-nous prêts à enlever tous ces masques qu’on nous impose, pour nous rapprocher de Dieu-Amour et progresser en maturité avec tous les risques que cela implique ?

Oui, il est très difficile de devenir mature dans une société qui vous demande tout le contraire.Nous ne l’obtiendrons qu’en Dieu Seul sans nous préoccuper du jugement des autres. La puissance de la prière nous rendra mature selon la Volonté de Christ qui est notre pédagogue ultime vers une croissance spirituelle.

Bruno LEROY.

12:56 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

REGARDER AU LOIN...

Paradisio.jpg
Regarder au loin les crépitements de la Vie.
L'artiste se doit de cultiver une intériorité qui transpirera lorsque viendra l'heure inéluctable de s'exprimer.
 
 
En fait, l'artiste est un grand spirituel qui vit cette spiritualité dans un total esprit de libération.
Car,il doit libérer ses frères humains de tous les conformismes qui aliènent nos pensées.
 
 
 
L'art est une façon de voir et sentir la Vie palpiter en Soi !
 
 
Puissions nous partager notre libération intérieure avec autrui afin de donner un visage nouveau à l'Humanité!
 
 
C'est peut-être un vœu utopique mais, il s'avère que l'histoire nous a démontré à plusieurs reprises que les utopies peuvent devenir des topies!
 
 
 Bruno LEROY.

12:52 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

DIEU EST AMOUR.

Le Père Raniero Cantalamessa est un théologien de grande renommée internationnale. Il prêche des retraites au Vatican et accompagne le renouveau charismatique depuis de nombreuses années. Cet enseignement, clair et imagé, est une très bonne catéchèse qui convient aussi bien aux jeunes qu'aux adultes.

 

Ciquez soit sur l'enregistrement à droite ou sur le lien ci-dessous : Bonne écoute et excellente visite sur le Site eXultet qui est source intarissable d'enseignements grandioses.

 

 

http://www.exultet.net/eshop/pages-product_music_info/manufacturers_id-414/product-2865/praniero-cantalamessa-lamour-de-dieu.html

 

12:48 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

21/10/2009

Neuvaine de la Toussaint.

 Neuvaine de la Toussaint
pour les âmes du Purgatoire


 

* Introduction
Une prière à vivre durant 9 jours avant la fête de la Toussaint en compagnie du Sacré-Coeur de Jésus et de Ste Marguerite-Marie Alacoque.
Allons, si possible, à la messe durant la neuvaine et particulièrement le jour de la Toussaint. Confession recommandée.
Bien sûr, cette neuvaine peut aussi être vécue tout au long de l’année.

* Origine : Sainte Marguerite-Marie nous donne l’origine cette pratique : Vous ferez un "petit tour" par le Purgatoire en compagnie du Sacré-Coeur de Jésus, pour le prier d’appliquer ses mérites à ces saintes âmes souffrantes. Et vous Le prierez, en même temps, d’employer leur pouvoir pour vous obtenir la grâce de vivre dans l’amour et la fidélité à Notre-Seigneur Jésus-Christ, en répondant à ses désirs sur nous, sans résistance. Et si vous pouviez remettre en liberté quelques-unes de ces pauvres âmes prisonnières, vous serez bien heureux d’avoir dans le Ciel une avocate qui plaiderait votre salut.

* Chaque jour : la consécration, le prélude et la prière du jour. (si possible le matin)

* PRIONS

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

* Consécration de la journée
- Prions : Ô divin Coeur de Jésus, en faisant, en votre compagnie, ce "petit tour par le Purgatoire", nous Vous consacrons tout ce que nous avons fait et ferons encore de bien, avec le secours de votre Grâce, durant cette journée. Nous Vous prions aussi d’appliquer tous vos mérites à ces saintes âmes. Et vous, saintes âmes du Purgatoire, employez en même temps tout votre pouvoir, pour nous obtenir la grâce de vivre dans l’amour et la fidélité à Notre-Seigneur Jésus-Christ, en répondant sans résistance à ses désirs sur nous.
Amen.

* Prélude
Descendons un instant en pensée, avec l’Amour du Coeur de Jésus et l’abondance de ses Grâces, au Purgatoire !
1) Que d’âmes y viennent, en ce moment, commencer leur douloureuse captivité..! Heureuses d’avoir évité l’enfer à tout jamais... Elles sont sauvées... Mais aussi, exilées, pour un temps, de leur céleste Patrie.
2) Quelle sainte légion, presque entièrement purifiée s’apprête aujourd’hui même à s’envoler pour le Ciel..! Donnons à ces âmes le dernier suffrage qui hâtera de quelques instants leur joyeux départ et demandons-leur de se souvenir de nous dans l’éternel Royaume.
Prions le Miserere (Psaume 51)
Pitié pour moi, ô Dieu, en ta bonté, en ta grande tendresse efface mon péché, lave-moi tout entier de tout mal et de ma faute purifie-moi. Car mon péché, moi, je le connais, ma faute est devant moi sans relâche ; contre toi, toi seul, j’ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait. Pour que tu montres ta justice quand tu parles et que paraisse ta victoire quand tu juges.

* Premier jour
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Je regrette le temps perdu... Je ne le croyais ni si précieux, ni si rapide, ni si irréparable... Si j’avais su... Si je pouvais encore..! Temps précieux..! Aujourd’hui, je t’apprécie comme tu le mérites. Tu m’avais été donné pour être employé tout entier à l’amour de Dieu, à ma sanctification, au soulagement et à l’édification du prochain. Mais je t’ai employé au plaisir et à des oeuvres qui, maintenant, me causent de si amers regrets !
Ô vous qui vivez encore sur la terre, consacrez pour nous, au Coeur de Jésus, quelques-unes de ces heures où la grâce vous est offerte en si grande abondance et avec tant de facilité ! À l’avance, merci.
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
- Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

* Deuxième jour
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Je regrette les biens dissipés... Ma fortune, ma santé, mes talents, ma position dans le monde: tout cela eût été pour moi un puissant moyen de salut, si j’avais voulu m’en servir à la gloire de Dieu. Tous ces biens se sont évanouis à mes yeux au moment de la mort ! Ah ! si j’étais riche aujourd’hui de ces biens périssables, que ne donnerais-je pas pour faire avancer d’un degré la gloire que Dieu me réserve au Ciel et pour faire connaître, ici-bas, la dévotion à son Sacré-Coeur.
Ô vous qui, sur la terre, disposez encore de quelque fortune, il vous en sera demandé compte... Songez-y... Usez-en selon la justice, la piété et la charité. Acquittez-vous de vos dettes envers les vivants et envers les défunts. À l’avance, merci.
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
- Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

* Troisième jour
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Je regrette la grâce méprisée... Elle m’a été offerte en si grande abondance, à chaque instant de ma vie : régénération chrétienne, vocation, sacrements, Parole de Dieu, inspirations saintes, bons exemples, faveurs insignes de pardon après la chute. Que de grâces ! Ah ! si j’avais seulement, durant un seul instant, la liberté d’étancher ma soif à ces sources de la Miséricorde qui jaillissent du Coeur Sacré de Jésus, et que les pécheurs et les indifférents dédaignent !
Ô vous sur la terre ! Écoutez sainte Marguerite-Marie vous dire du haut du Ciel : ‘Il n’est personne au monde qui ne puisse ressentir toutes sortes de secours, s’il avait réellement, pour Jésus-Christ, un amour reconnaissant, tel que celui qu’on Lui témoigne par la dévotion à son Sacré-Coeur.’
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
- Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !


* Quatrième jour
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Je regrette le mal commis. Il me paraissait autrefois si léger et si agréable. J’en étouffais les remords au milieu des plaisirs. Maintenant, son poids m’accable, son amertume fait mon tourment, son souvenir me poursuit et me déchire.
Ah ! si je pouvais retourner à la vie. Nulle promesse, nul plaisir, nulle richesse, nulle parole séduisante ne serait capable de m’engager à commettre le plus petit péché.
Ô vous qui avez encore la liberté de choisir entre Dieu et le monde, regardez les épines, la Croix, les flammes qui ont torturé le Coeur de Jésus ; elles vous diront ce que nos péchés Lui ont coûté de souffrances.
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
- Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

* Cinquième jour
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Je regrette les scandales donnés. Si, au moins, je n’avais que mes fautes à regretter !
Si, en mourant, j’avais pu arrêter les tristes conséquences de mes scandales et de mes malédictions !
Ô vous qui venez me visiter en compagnie du Sacré-Coeur et qui faites briller à mes yeux un rayon de sa Lumière, vous avez en Lui le moyen le plus sûr et le plus facile, en coopérant à sa grâce et vous animant de son zèle, de convertir plus d’âmes que j’en ai scandalisées sur terre.
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
- Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

* Sixième jour :
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Je regrette ne n’avoir pas été assez souvent au sacrement de la Réconciliation. Oui la confession est guérison pour l’âme.
Ô vous qui êtes encore sur la terre, allez pour nous, vous jetez dans les bras du Père de Miséricorde ! À l’avance, merci.
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
- Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

* Septième jour
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Je regrette le peu de charité que j’ai eu sur la terre pour les âmes du Purgatoire. J’aurais pu leur être si utile durant ma vie ! Prières, aumônes, bonnes oeuvres, Communions, dévotion au Sacré-Coeur; que de moyens n’avais-je pas pour consoler ces pauvres âmes, retenues prisonnières dans ce séjour de souffrances.
Ah ! si je pouvais retourner sur la terre, que de saintes Messes n’entendrais-je pas ! Combien n’en ferais-je pas célébrer pour toutes ces âmes oubliées ! Quelles prières n’adresserais-je pas au Ciel à leur intention ! Vous, vous le pouvez encore...
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
- Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

* Huitième jour
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Nous regrettons de ne pas avoir suffisamment aimés nos prêtres et notre Eglise.
Aimez vos prêtres et priez pour eux. Aimez vos évêques et votre Pape, ils sont cadeaux de Dieu pour vous conduire au Paradis.
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
- Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

* Neuvième jour
- Que regrettez-vous, saintes âmes du Purgatoire, de la terre que vous avez quittée ?
Nous regrettons de ne pas avoir suffisamment aimé Marie, la Sainte Mère de Dieu. Elle est un raccourcie pour nous conduire sur le chemin du Coeur de Jésus. Elle est une puissante avocate car elle ne supporte pas de voir ces enfants au Purgatoire.
Consacrez-vous à Dieu par le Coeur Immaculé de Marie, elle vous protégera des embûches du démons. Priez le saint Rosaire et confiez-vous à elle. Placez aussi vos enfants et toutes votre famille sous sa protection maternelle.
- Prions : Ô Seigneur, Dieu tout-puissant, nous Vous supplions, par le Sang très précieux de Jésus, répandu durant sa Passion, de délivrer les âmes du Purgatoire, et surtout celles qui doivent le plus tôt entrer dans votre Gloire, afin qu’elles commencent dès maintenant à Vous bénir pendant toute l’éternité et intercéder inlassablement pour nous. Amen. Doux Coeur de Marie, soyez notre salut.
Un Notre Père et un Je vous Salue Marie.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !


* Neuvaine inspirée par Sainte Marguerite Marie Alacoque et réécrite par Thierry Fourchaud

*** Pour recevoir par courrier postal cette neuvaine contactez :
Cité de l’Immaculée – BP 24 – 53170 Saint-Denis du Maine (France)

Merci de joindre une petite offrande pour les frais d’impression et d’expédition.

* Faire célébrer des messes:
... Vous pouvez aussi, a cette adresse ci-dessus, nous demander des messes pour vos défunts ou pour les âmes du Purgatoire.
(Prix indicatif d'une offrande de messe : 12 euros)
voir "messes" sur le site www.mariereine.com

* Livre "la mort, témoignages de vie !"
Une bombe d'espérance à commander via notre site.

Que Dieu vous bénisse !

Thierry Fourchaud

Cité de l'immaculée
BP 24 - 53170 SAINT DENIS DU MAINE
France


- Notre site :
www.mariereine.com
- Notre maison : www.citedelimmaculee.com
- Site d'évangélisation: www.labonnenouvelle.fr

11:22 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

ALLONS-NOUS LAISSER MOURIR NOTRE HUMANITÉ ?

sdf.jpg

 

En cette période où le froid assassine ceux qui dorment dehors. Il serait égoïste de rester chez soi dans la chaleur d'un foyer aimant. Alors que la camarde visite nos camarades des rues.

Je ne tiens guère à culpabiliser quiconque car, souvent les solutions nous manquent face à ces tragédies. Bien-sûr, les trottoirs étoilés de neige font monter en nous des instants de contemplation.

Et puis, je sais nos arguments pour ne point angoisser devant ces visages meurtris que nous croisons sans même les regarder.

L'État doit faire son boulot disons-nous. Et les travailleurs sociaux sont payés pour les aider.

Ainsi, tout rentre dans l'ordre et vos consciences deviennent subitement lumineuses et libérées. Libération d'une pauvreté dont on ne se sent guère coupable. Libération de ces peurs existentielles et sociales qui font que nous refusons de voir les réalités en face par crainte de l'avenir.

Cet avenir qui nous fait ingurgiter des anxiolytiques en immense quantité face au Pouvoir d'achat glissant entre nos mains impuissantes.

Alors que faire s'il nous reste une once d'humanisme dans notre petite cervelle d'humain ?

Accueillir tous ces clochards dans votre résidence secondaire ou votre minuscule appartement ?

Ce serait-là une solution qui friserait le ridicule d'un sentimentalisme infantile.

Il faut agir autrement et surtout si nous sommes chrétiens, nos responsabilités sont doublées.

Que nous le voulions ou non, nous sommes responsables des autres. De tous les autres, même ceux qui nous sont inconnus.

Il existe pourtant des démarches certes, ponctuelles à effectuer. Cependant importantes pour notre Humanité.

Vous rendez-vous compte que cette semaine des personnes âgées ont décidées de faire du Bénévolat au sein de la Banque Alimentaire ?

Âgées, certes, elles le sont, puisque certaines touchent du bout des doigts les quatre vingt ans.

Leurs cœurs est resté aussi jeune que lorsqu'elles avaient vingt ans. Et dans ce cas précis, ce sont véritablement les plus pauvres qui viennent au secours de la pauvreté.

Et que font les jeunes mecs que trente, quarante piges, sinon bien souvent se lamenter sur les carences étatiques.

Pendant ce temps des hommes et des femmes crèvent. Il n'est pas d'autres mots.

Alors, qu'allez-vous faire bande de glandouilleurs. Vous lever ou demeurer soumis, comme toujours même s'il vous arrive de gueuler.

Le cri est bien-sûr important pour interpeller les autorités. Mais quand l'urgence devient vitale, les revendications pour un grand soir sont stériles.

Levez vos esprits fatigués et devenez militants du Droit de vivre dignement sans mourir de froid comme un chien abandonné.

Dire que je connais bon nombre de chrétiens qui lisent la Bible le matin et se contentent de prendre un air contristés face à ces injustices criantes.

Pauvres abrutis enflammés par un dieu mort avant d'exister. Ou qui pensent le faire vivre dans leurs âmes étriquées, desséchées.

Non Dieu-Amour ne saurait acquiescer la pusillanimité comme excuse à l'inaction.

N'est-il pas dit par Jacques qu'une foi sans les actes est morte.

Voilà pourquoi, vous me lirez peu en cette période de l'Avent. J'ai la rue à vivre pleinement auprès des plus souffrants.

Vous allez me rétorquer que nous avons chacun notre charisme voulu par Dieu.

Cela vous dédouanera bien de votre conscience blessée et malade.

Ainsi, vous fêterez Noël avec vos gueules enfarinées de grenouilles de bénitiers. Et vos prières auront suffis à cicatriser toutes les plaies du monde.

Le problème est que Dieu n'entend plus vos prières depuis qu'Il connaît les fond abject de vos pensées.

D'ailleurs, Il le savait avant mais vous persistez à vous inventer un esprit dit saint qui est le fruit de votre imagination.

Être authentiquement chrétien ou humaniste consiste dès maintenant à vous mobiliser pour que le visage d'une civilisation de l'Amour voit le jour.

Être au centre de la souffrance humaine ne serait-ce que par votre présence réconfortante et souriante, c'est déjà mettre Dieu dans le froid de notre société.

Agissez, contemplez, priez et vous serez indéniablement écoutés. Sinon, vous n'êtes que des clowns qui se prétendent chrétiens.

La Foi est une Espérance en la Vie qui ne peut s'éteindre. Elle est la lumière qui nous permet d'avancer quoiqu'il arrive.

Alors, avançons main dans la main avec notre Ami Jésus-Christ pour Témoigner de son Amour en actes.

Mais, de grâce ne prétendez pas au titre de chrétien ou d'humaniste si vous dormez les yeux fermés définitivement sur les blessures d'autrui.

Redonnons un souffle de justice Fraternelle à cette terre meurtrie. Ensemble, nous pourrons réaliser ce projet ambitieux.

Sans vous, le monde demeurera fou, débile et individualiste.

Avec vous, dans la prière, nous pourrons sauter les barrières de l'impossible.

Pourquoi ?

Parce que Dieu est le Maître de l'impossible à partir du moment où nous Le laissons agir aux tréfonds de nous.

L'Esprit-Saint alors, nous indique de nouveaux chemins vers demain, dans l'Aujourd'hui de Dieu.

 

 

Bruno LEROY.

 

Éducateur-Écrivain.

ALLONS-NOUS LAISSER MOURIR NOTRE HUMANITÉ _.pdf

11:08 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

BIOÉTHIQUE : L'EMBRYON HUMAIN.

11:06 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

20/10/2009

CE DIEU LIBÉRATEUR.

 

croixvocation.jpg

Ce Dieu Libérateur qui est venu pour les plus petits d’entre nos Frères et Soeurs, ne saurait être contre nos rêves de liberté.

Prendre le Temps en ce monde bousculé. Prendre le temps de rêver les splendides horizons d’Espérance que Dieu a déposé en notre âme. Répondre ainsi aux Talents que Christ nous demande de cultiver. Quel merveilleux programme de Vie, n’est-ce pas ?

Frères et Soeurs, il est temps que notre société et notamment, nos Jeunes prennent du temps pour méditer et accomplir leurs rêves. Pour cela, il faut dépasser certains obstacles. Ensemble, chrétiens et chrétiennes que nous sommes, partageons nos rêves et aidons les autres à les vivre. Notre vocation est de transmettre tout ce que Dieu en Son Infini Amour nous a donné en pleine libéralité. Ne conservons pas nos rêves pour nous. Ils deviendraient cauchemars. Offrons au monde les rêves solaires et éclatant de Lumière afin de donner un autre visage à notre Humanité. Une société de violence et de manque de repères spirituels est une société qui a tué ses rêves les plus beaux. Puisse l’Esprit-Saint nous accompagner dans ce rêve d’une Humanité nouvelle !

Pourquoi parler des rêves avec tant d’insistance ? Simplement, je m’aperçois que notre société prend de moins en moins en considération les rêves humains. La compétitivité, la performance et bien d’autres paradigmes ont fait de nous les esclaves modernes d’un monde de consommation. Qu’importe alors, si les jeunes et moins jeunes se mettent à rêver de leur avenir pour créer des projets. Les projets sont imposés pour faire face à la concurrence. Laissons nos rêves de côté où nous finirons tous et toutes dans la rue à tendre la main en espérant quelques Euros.

A me lire, peut-être pensez-vous que je décris bien ce qui risquerait de nous arriver si nous suivions nos rêves. Hé bien, cette description est entièrement fausse et véhiculée par les médias à tel point qu’on semble sentir sa réalité. Non, ceux ou celles qui ont des rêves mettent tout en place, jusqu’au bout, pour que ceux-ci se réalisent. Le chrétien doit être le premier à faire confiance en un Dieu d’Amour qui est à l’écoute de nos rêves pour combler Ses desseins. Nous devons tout mettre en place pour acquérir cet esprit critique qui nous réalise en tant qu’Hommes.

Ne pas sombrer dans le matérialisme le plus bas afin de satisfaire les lobbys industriels. Ce matérialisme dépourvu de sens, sinon celui de s’enrichir, détruit nos rêves les plus nobles. Nous sommes au service de Christ, pas des patrons qui nous considèrent tels des numéros. Nous pouvons connaître le chemin que Dieu nous destine, uniquement dans la prière des profondeurs de l’âme. Il sait que nos rêves de chrétiens désirent un monde où la Haine, l’égoïsme, l’individualisme forcené, le profit soient éradiqués de notre société. Sinon, à quoi nous servirait-il de nous dire chrétiens en lisant la Bible tout en ne la vivant pas ?

Voilà notre combat spirituel. Remettre sur terre les rêves que Dieu Amour nous donne. Avoir confiance en nos qualités et capacités. Trouver la force dans la prière de chaque instant. Ne plus être les esclaves d’un monde moderne qui tue nos rêves. Et peu importe les conséquences, nous aurons oeuvrés pour Christ et la mise en application de Ses rêves. Nous espérons que d’autres générations se lèveront en disant qu’ils veulent une existence autonome dans les bras de Dieu.

Ce Dieu Libérateur qui est venu pour les plus petits d’entre nos Frères et Soeurs, ne saurait être contre nos rêves de liberté. Une liberté responsable où la course au profit laissera place à une terre d’Amour.

Bien-sûr, il nous faut de l’argent pour vivre mais non vivre pour l’argent. L’Esprit-Saint pourvoira à l’accomplissement de notre destin, pourvu qu’il soit vécu dans la prière afin que nous ne confondions point nos propres rêves avec ceux de Dieu.

Réaliser nos rêves, c’est toujours grandir en Humanité selon la Volonté de Christ.

Bruno LEROY.

10:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |