7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2007

LA PENSÉE DU JOUR.

La pensée du jour
« Si l’on m’annonçait que la fin du monde est pour demain,
je planterais quand même un pommier. »
Luther

13:19 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LA PENSÉE DU JOUR. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Vers une vie réussie.

Un très beau texte du Cardinal Ratzinger devenu aujourd'hui le Pape Benoît XVI. Cette réflexion mérite d'être méditée tant elle est profonde.
Je tenais à vous partager ces pensées qui aident à nous situer dans notre propre Foi. Si vous désirez approfondir certaines questions que vous vous posez et cela dans l'unique désir d'entrer dans une maturité spirituelle. Je vous invite, si ce n'est déjà fait, à découvrir ce précieux site aux réponses nombreuses qui alimenteront votre cheminement vers le Christ. Puissiez-vous, trouver des sources qui vous feront grandir dans votre sainteté pour accéder à la sérénité confiante et mature vers un Dieu d'Amour.
Votre Frère Universel,
Bruno LEROY.
     
  
ImageComment réussir sa vie ? Aucune vie n’est simplement une imitation parmi une multitude d’exemplaires qui se ressemblent. Chacun a besoin d’avoir le courage de la créativité pour vivre sa vie et ne pas devenir la copie de quelqu’un d’autre. Finalement, l’homme n’est pas seulement là pour se construire lui-même, mais pour se laisser défier par la vie. Tout le reste devient ennuyeux avec le temps…

Le courage de la créativité

Lorsque nous nous représentons la grande galerie des saints, ou même la galerie des grands hommes avec une vie réussie, nous nous apercevons que les vocations sont variées. Tout le monde n’est pas une mère Teresa. Un grand savant, un grand érudit, un musicien ou un artisan tout discret, un ouvrier… peuvent aussi être des exemples d’une vie réussie, dans la mesure où ils vivent leur vie honnêtement et fidèlement et humblement…

Image
© esprit-photo.com

(…) On peut trouver là une vie pleine, hier comme aujourd’hui ou demain. Toute vie a sa vocation propre. Elle a son propre code et son propre chemin. Aucune n’est simplement une imitation, choisie et exécutée parmi une multitude d’exemplaires qui se ressemblent. Chacun a besoin d’avoir le courage de la créativité pour vivre sa vie et ne pas devenir la copie de quelqu’un d’autre. Lorsque vous examinez la parabole du serviteur paresseux qui a enterré son talent pour que rien ne puisse lui arriver, vous comprenez ce que je veux dire. C’est un homme qui ne veut pas prendre le risque de vivre sa vie et de la développer selon son originalité. Il ne veut pas l’exposer aux dangers inévitables. C’est dans ce sens qu’il y a multiplicité de vocations. (…)
Il y a autant de chemins qui mènent à Dieu qu’il y a d’hommes. (…) Il y a autant de chemins vers une vie comblée qu’il y a d’hommes.

Se laisser toucher par quelqu’un de plus grand…

Les premiers disciples dont Jésus veut faire des "pêcheurs d’hommes" n’étaient pas des gens capables d’accomplir une mission mondiale. Comme dit saint Jean Chrysostome, "S’ils ont joué gros", c’est par une autre force. Voilà pourquoi le choix de ces gens simples, qui n’étaient ni des politiciens, ni des savants, me semble riche en enseignements. Il est évident qu’ils n’auraient pas fait tout ce qu’ils ont fait par eux-mêmes. Quelqu’un de plus grand les a touchés, les a portés et guidés.
(…) Ils ont mis toutes leurs forces au service d’une vocation. Il sont un exemple montrant que Dieu accomplit par les gens simples ce que lui seul peut accomplir, prouvant en même temps qu’ils peuvent avoir de grandes possibilités.

Accomplir un service pour l’homme en se donnant totalement…

La flexibilité est devenue aujourd’hui une notion importante. Nous voulons pouvoir réagir à de nouvelles exigences, et espérons grimper, par un changement professionnel fréquent, le plus rapidement possible dans la société. Mais je pense que des professions exigeant un total investissement de l’homme continuent à exister. Par exemple, médecin ou éducateur : ce ne sont pas des professions que j’exerce pendant quelques années, mais qui exigent que j’y consacre toute la vie. Aujourd’hui encore, il y a des tâches qui ne sont pas simplement des jobs, pour ainsi dire en marge de ma vie, pour m’assurer la subsistance. Pour les vraies professions, le critère n’est pas l’argent qu’elles rapportent, mais l’accomplissement d’un service pour l’homme. (…)

Image
© Dominicaines SNJ - Juin 2005
[Jésus] n’empêcherait personne de réagir à des exigences de flexibilité. Ses disciples devaient eux-mêmes être assez flexibles pour changer leur vie quotidienne de pêcheurs en une aventure à la suite de Jésus, sans savoir encore où cela les mènerait ; assez flexibles pour oser passer du judaïsme où ils étaient tous profondément enracinés à la mission auprès des païens.
Il leur fallait en même temps beaucoup d’endurance et de fidélité dans cette option fondamentale. Nous ne devrions pas opposer flexibilité et fidélité. Le changement de situation exige précisément de la fidélité.
Quelqu’un qui, de nos jours, persiste dans le sacerdoce ou le mariage traverse une histoire très changeante. Il lui faut mûrir par ces changements et porter à sa plénitude sa propre identité. Mais la situation moderne fait que malheureusement le changement et la flexibilité seuls gardent une valeur. Ce à quoi je m’oppose. Plus que jamais nous avons besoin aujourd’hui de la permanence dans une profession ou une mission. Plus que jamais nous avons besoin d’hommes capables de se donner totalement. Pensons à l’aide au développement. Il est utile qu’il y ait des gens qui donnent deux ou trois ans de leur vie ; mais il est nécessaire que bien plus se donnent entièrement à cette tâche. Il y a des vocations qui exigent l’homme tout entier.
De tels projets de vie ne sont pas des signes d’une absence de fantaisie ou d’un engourdissement. C’est précisément dans cette permanence que des hommes sont d’une telle intériorité, d’une telle maturité, d’une telle grandeur d’âme, que changement et continuité s’imbriquent : ce n’est qu’ensemble qu’ils sont vraiment importants.

 

… Et y trouver soi-même un accomplissement.

Finalement, l’homme n’est pas seulement là pour se construire lui-même, mais pour se laisser défier par la vie. Nous vivons tous une histoire commune, en relation les uns avec les autres. L’homme ne devrait pas simplement penser à ce qu’il voudrait, mais aussi se demander à quoi il pourrait participer. Il se rendrait alors compte qu’il s’accomplirait non dans ce qui est agréable et facile et dans la passivité, mais dans le fait de se laisser solliciter, ce qui est plus difficile. Tout le reste devient ennuyeux avec le temps… L’homme seul qui "s’expose au feu", qui reconnaît un appel au fond de soi, une vocation, une idée face à laquelle il doit être à la hauteur, qui accepte une charge pour l’ensemble, seul cet homme trouve un accomplissement. Ce n’est pas de prendre le chemin de la facilité qui nous enrichit, mais bien de se donner.

11:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans RÉFLEXIONS ET PENSÉES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/01/2007

Esclavage domestique, bonnes à rien...

Esclavage domestique, bonnes à rien
L'esclavage domestique, l'un des multiples visages de l'esclavage contemporain, persiste en France. Des centaines de femmes-enfants, généralement "importées" à cet effet, se retrouvent asservies par des employeurs peu scrupuleux. Les associations spécialisées qui accompagnent ces "petites bonnes" exploitées, maltraitées, humiliées, peinent à faire reconnaître les faits d'esclavage devant les tribunaux, faute d'une réglementation française explicite.

   Bonnes à rien
   Esclavage domestique, les chiffres en France
   "Désormais, mon nom est Rhania"
   Identité à reconstruire
   Lutte contre la traite des êtres humains
   Carences juridiques
   Présentation du Comité contre l'esclavage moderne (CCEM)
   Les chaînes contemporaines de l'esclavage

21:06 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans MILITANTISME. | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, social |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

DANS LE SILENCE DU MATIN NAISSANT.

Chers Amis ( es ),
Ce modeste poème pour rendre un dernier Hommage à Mon Oncle décédé ce Dimanche Matin à six heures des suites d'une longue maladie.
C'est la formule habituellement employée et pourtant je considère que cette maladie envoie nos êtres chers un peu trop rapidement au Paradis.
Je te dis Merci, Michel Bracke, pour ta vie droite de travailleur et surtout, tes combats inlassables en faveur de ses mêmes travailleurs, souvent exploités.
Tu es entré par la grande porte des cieux pour les graines de Tendresse que tu as semé sur Terre !
C'est en cela que je crois comme tu le croyais aussi...
Ne faisons pas mentir Dieu par des larmes de crocodiles inutiles même si tu nous manques déjà.
Je pleure en toi et cela ne se voit pas.
J'espère en Toi et cela se ressent.
Que veux-tu, la Foi ne s'éteint pas un matin par une larme de chagrin. Elle donne l'Espérance pour de meilleurs lendemains.
Elle donne la certitude que tu n'es pas loin...
Ton complice, Bruno.
Il est parti sans faire de bruit,
Dans la paix du matin,
Tu croyais en Dieu Michel,
Tu colores donc son ciel,
Mais notre coeur bat un chagrin,
Celui de l'oncle parti loin,
Trop loin pour devenir accessible,
Il nous reste l'Espérance,
Sans laquelle rien n'aurait sens,
Par-delà nos pleurs silencieux,
Par-delà les souvenirs,
Qui se souviennent sans cesse,
Par-delà nos divergences de pensées,
Et nos homériques engueulades partagées,
Tu ne resteras pas un souvenir,
Mort dans ses draps,
Tu restes vivant en moi,
Toi l'Homme droit et moral,
Le contraire de moi bordélique,
Aux accents trop évangéliques,
Tu étais mon contraire,
Tu étais mon carbone,
Comment pourrais-je écrire désormais,
Sans que le double lise mes mots,
Je sais que tu n'es pas mort, Michel.
D'ailleurs tu respires encore,
Dans le souffle de Dieu,
Tu parles de ta femme,
Ton reflet d'amour,
Et de tes filles que tu veux protéger,
Ne t'inquiète pas, Michel,
Regarde l'Infini et tu nous verras,
Un jour revenir vers Toi,
Car nous devons tous partir,
Pour vivre hors du temps et de l'espace,
Là où les artères ne vieillissent jamais.
A...Dieu, Michel restes où tu es,
On se retrouvera dans les bras de l'éternité,
Et les autres pleureront pensant,
Que nous les avons quittés,
Alors, que nous n'avons jamais été aussi prêt,
De leur Vie qui doit continuer d'honorer,
Ses combats et sa beauté...
Un jour je viendrai, Michel,
T'embrasser pour te dire combien je t'aimais.
Bruno LEROY.

13:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

25/01/2007

Pèlerins d’Emmaüs.

Seigneur Jésus, souviens-toi

de cette petite maison là-bas à Emmaüs,

et du bout du chemin qui y conduit

quand on vient de la grand-route.

Souviens-toi de ceux qu’un soir, tu abordas là-bas,

souviens-toi de leurs coeurs abattus,

souviens-toi de tes paroles qui les brûlèrent,

souviens-toi du feu dans l’âtre

auprès duquel vous vous êtes assis,

et d’où ils se relevèrent transformés,

et d’où ils partirent vers les prouesses d’amour…

Regarde-nous.

Vois, nous sommes tous pèlerins d’Emmaüs,

nous sommes tous des hommes qui peinent

dans l’obscurité du soir,

las de doutes après les journées méchantes.

Nous sommes tous des coeurs lâches, nous aussi.

Viens sur notre chemin, brûle-nous le coeur à nous aussi.

Entre avec nous t’asseoir à notre feu…

Et qu’exultant de joie triomphale, à notre tour,

nous nous relevions pour bondir révéler

la joie à tout homme au monde

en l’Amour à jamais jusqu’à notre dernier souffle…

Abbé Pierre.

20:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Prières. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

ÉCRIVEZ UN DERNIER HOMMAGE POUR L'ABBÉ PIERRE !

Après le décès de son fondateur l'abbé Pierre, ce lundi 22 janvier 2007 à l'hôpital du Val de Grâce, les communautés Emmaüs sont en profond deuil. L'abbé Pierre meurt à 94 ans.

Nous vous précisons ici les cérémonies et manifestations organisées pour rendre hommage à l'abbé Pierre en France ou à la Communauté de la Poudrière:

La chapelle du Val de Grâce à Paris, sera exceptionnellement ouverte au public dans les journées de mercredi 24 et jeudi 25 de 10 heures à 22 heures pour celles et ceux qui souhaiteraient se recueillir auprès du cercueil de l'abbé Pierre.

Un rassemblement sera organisé à partir de 19 heures jeudi 25 janvier, au Palais Omnisports de Bercy, permettant l'expression de témoignages et d'hommages de compagnons, de personnes engagées dans le mouvement, de personnalités, tout au long de la nuit si nécessaire.

Les funérailles de l'abbé Pierre auront lieu à la Cathédrale Notre Dame de Paris le vendredi 26 janvier à 11 heures, tandis que l?abbé Pierre sera inhumé dans l?intimité à Esteville (Seine Maritime).

Pendant toute cette semaine, les témoignages et les messages de sympathie pourront être exprimés dans l'ensemble des lieux du mouvement Emmaüs dans le monde ouverts au public, ainsi que par message électronique: Cliquer "livre d'or"...

Merci d'être Nombreux et Nombreuses à Témoigner de votre soutien et de vos prières.

Bruno LEROY.

19:28 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans MAÎTRES A PENSER ET A VIVRE. | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, social, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les silences parlent aussi dans les évangiles.

Après avoir parcouru la Galilée pour y prêcher la Bonne Nouvelle du salut, voilà Jésus de retour à Capharnaüm. Cela ne tarde pas à se savoir. C’est alors une foule immense qui vient à lui pour l’écouter annoncer la Parole. Au milieu d’elle, quatre hommes qui portent un paralytique sur un brancard essayent de se frayer un passage jusqu’auprès de Jésus.

Que viennent-ils chercher ? La guérison ? Cela n’est pas dit. Qu’est-ce qui les animent ? Le désir de voir et d’écouter un maître en Israël ? Là non plus, l’évangéliste n’apporte aucune précision. Les silences parlent aussi dans les évangiles. Et peut-être qu’ici ils nous disent que ce qui motivait la démarche de ces hommes était bien plus profond que la simple curiosité ou la course aux miracles d’un thaumaturge.

La foule était pourtant là, nombreuse, et les empêchait d’accéder auprès de Jésus. Quelle est donc cette force qui les a poussés jusqu’à ouvrir un toit afin de descendre leur compagnon paralysé le plus près possible de Jésus ? Marc nous donne lui même la réponse : « Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « mon fils tes péchés sont pardonnés ».

« Voyant leur foi » : la foi, voilà bien ce qui a conduit ces hommes à surmonter tous les obstacles pour parvenir auprès de Jésus. La foi de ses quatre hommes, prêts à tout pour que leur ami puisse enfin retrouver l’usage de ses membres. La foi de cet homme paralysé en la personne de Jésus capable de le libérer définitivement de ce qui immobilisait son humanité.

« Mon fils tes péchés sont pardonnés » : la réponse est pour le moins surprenante, inattendue. Aucune guérison physique, aucun miracle visible. En apparence rien n’a changé. Le paralysé est toujours allongé, immobile sur son brancard. Et pourtant… Et pourtant, le plus grand des miracles vient de s’accomplir. Cet homme vient d’être purifié de son péché, guéri de la plus tenace de toutes les paralysies. Le salut est entré dans son âme le rétablissant dans sa dignité de « fils » du Père.

Ces paroles de Jésus font plus de bruit qu’une guérison. Les scribes qui se tiennent dans l’assistance le condamnent comme un blasphémateur : « Qui peut pardonner les péchés sinon Dieu seul ? » Eux les spécialistes de l’Ecriture et les gardiens de la doctrine, à force de raisonnements, savent bien comment Dieu agit et doit agir. Ils croient prendre ici sa défense : en réalité, ils ne font que défendre leurs sécurités humainement religieuses. Le savoir sécurisant de leur doctrine les empêche en effet d’accueillir la nouveauté de la Parole annoncée par Jésus. Ils savent mais ne croient pas.

Jésus, va alors répondre à leur attaque en se mettant au même niveau : « Eh bien, pour que vous sachiez – et non pas : ‘pour que vous croyiez’ – que le Fils de l’homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre, je te l’ordonne dit-il au paralytique : lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi ». La guérison physique se révèle alors comme le signe d’une guérison plus profonde opérée par la Parole même de Jésus, une guérison intérieure plus vitale apportée aux hommes par le Fils de Dieu : le pardon des péchés.

« Seigneur, à chaque Eucharistie, tu te présentes à nous comme l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Renouvelle en nous le don de la foi. Que nous puissions te reconnaître comme notre Sauveur et avoir la joie d’entendre résonner au fond de nos cœurs cette parole de guérison et de salut que tu veux prononcer sur chacun de nous : « Mon fils tes péchés sont pardonnés ».

Frère Elie

09:34 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans BRIBES THÉOLOGIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

23/01/2007

La colonne de nuée.

 

medium_paysage-automne.jpeg


Conduis-moi, douce Lumière,
au milieu des ténèbres :
je t'en prie, conduis-moi.
La nuit est sombre, et je suis
Loin de la maison :
Je t'en prie conduis-moi.
Veille sur mon chemin.
Je ne te demande pas
A voir le but lointain :
Un seul pas me suffit.

J'étais autre jadis,
Et je ne priais pas
Pour que tu me conduises.
J'aimais choisir et voir ma route.
Maintenant,
Je t'en prie, conduis-moi.
J'aimais le jour brillant
Et, malgré mes frayeurs,
L'orgueil me gouvernait.
Oublie les jours passés.

Ta puissance
Pendant si longtemps m'a béni
Que, j'en suis assuré,
Elle me conduira
Par landes et marais,
Montagnes et torrents,
Jusqu'au retour du jour.
Et demain souriront les visages des anges
Depuis longtemps aimés,
Et que je ne vois plus.

JH Newman
Extrait de Cinq mille ans de prières (Desclée de Brouwer)

22:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE SPIRITUELLE. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

MON AMOUR LA VIE.

medium_amourdivin.2.jpg

 

Je ne suis qu'une braise qui invente le feu,
Je suis la pénombre au fond de tes yeux,
Mon amour la vie est un souffle admis,
Parmi les humains qui me sourient,
Mon amour le vent tu n'es que le temps,
D'un espoir permis et souriant,
Qui ne respirera plus demain,
Mon amour la vie tu es mon chemin,
Où mes interdits me donnent la main,
Pour passer le pont des rêves ensoleillés,
Mon amour la vie tes bras parfumés,
Me donnent envie de toujours t'aimer,
Malgré les soucis, les idées figées,
Que tu n'apprécies presque jamais,
Mon amour la vie j'ai Dieu dans mes poumons,
Comme une douce respiration,
Qui inspire ma raison et croit en mes illusions,
Mon amour la vie comme il est bon,
De chavirer ainsi en freinant ses passions,
Mon amour la vie il pleut ce matin,
La brume semble vouloir t'éteindre,
Mon amour la vie les larmes du ciel,
Sont d'immenses sourires qu'on devine,
Lorsque l'âme est claire et limpide,
Mon amour la vie le soleil est mort,
Mais tombent tes cris tels des remords,
Mon amour la vie tout semble chavirer,
Et pourtant je t'aime en découvrant tes regrets,
Que les hommes ont instaurés,
Pour te défigurer par leurs saloperies,
Mon amour la vie quoique tu deviennes,
Tu demeures sacrée aux soupirs de mes veines,
Mon amour la vie tu sais que je t'aime,
Quand de la Liberté tu fais un mirifique poème.
Bruno LEROY.

21:51 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE SPIRITUELLE. | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

22/01/2007

Prière oecuménique pour la paix.

medium_prier.2.jpg

Dieu unique de toutes les créatures humaines,
tu as créé la terre et le cosmos,
dans toute leur variété, leur beauté et leur fragilité.
Les différents cultures et les diverses religions te cherchent aussi passionnément,
toi l'origine de toutes choses.
Tu veux que tous les êtres ne soient pas une menace
mais une bénédiction réciproque.

 

Selon ta volonté, le monde doit être
une demeure pacifique et habitable pour tous.
Tu as choisi le Proche Orient pour qu'avec nous il fasse connaître
en de nombreux lieux ton Nom et ta Voie.
Abraham, père dans la foi des Hébreux, des Musulmans et des Chrétiens
a écouté ton appel
dans cette Région qui s'étend entre l'Euphrate et le Tigre, l'Irak actuel.
Tu as promis d'une manière spéciale vie et avenir
à l'ancien et au nouveau peuple d'Israël.
Comme chrétiens et chrétiennes nous te remercions surtout
pour le Seigneur Jésus, notre Frère.
Il est notre PAIX.
Il est venu faire tomber les murs et donner à tous, sans distinction,
vie et avenir.

 

Nous nous sentons en communion avec les Églises du Proche Orient.
Elles témoignent de l'Évangile de Jésus,
de la force de la liberté sans violence
et de la certitude de la Résurrection.
Nous te supplions aussi
en union avec nos frères et nos sœurs de ces Régions
qui ont leurs sources au Proche Orient.
Tu nous a tous créés à ton image et à ta ressemblance.
Nous sommes tous ton image.
Tu as inspiré à tous ceux qui te cherchent en vérité,
la faim et la soif de la justice
et des désirs de PAIX.
Tous, Musulmans, Chrétiens et membres du Peuple d'Israël,
aspirent ardemment à la réconciliation.

 

Tous, nous sommes en deuil des victimes de la haine et de la violence.
Tous, nous sommes appelés, selon ton dessein,
à collaborer à la construction d'un monde nouveau.
Nous te demandons:
Prends pitié de toutes les victimes et de tous les coupables.
Nous te prions de mettre fin à cette spirale de violence, d'inimitié,
de haine et de vengeance.

 

Donne à tous, surtout aux responsables de la politique,
la conviction que le chemin de la PAIX durable
n'est pas la guerre,
mais celui de la PAIX dans la Justice.
Suscite aussi, aujourd'hui, dans toutes les religions abrahamiques,
des personnes qui soient instruments, messagères et messagers
d'un monde différent.
Fais que s'ouvrent les cœurs, et que cesse la guerre
avant même qu'elle commence.
Donne la PAIX durable au Proche Orient.
Fais que partout fleurisse une patrie sûre.

 

Seigneur, fais que tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté,
de toutes les religions,
du Nord et du Sud, de l'Orient et de l'Occident,
assument leurs responsabilités,
renversent les montagnes des malentendus,
colmatent les crevasses de la haine,
et ouvrent des chemins vers un avenir commun.

 

Fais taire les armes dans ce monde, qui est notre unique monde,
et fais que résonnent toujours plus fort les clameurs de PAIX.
PAIX pour tous, sans différences.

 

Seigneur, Dieu unique
Fais de nous tous des instruments de ta PAIX.

 

Hermann Schalück.

22:30 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Prières. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |