7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2010

LE SEMEUR FOU.

 

 

Sans titre 1.jpg

 

Nous savons que la parabole du semeur parle des manières d’écouter la Parole de Dieu.

Jésus en fournit la clé à ses disciples : les semences sont la Parole (Marc 4, 1-20) Les trois terrains infertiles figurent les mauvais auditeurs : ceux à qui le diable ôte la parole du cœur, ceux qui manquent de profondeur et ceux chez qui la parole est étouffée par les soucis du monde et la quête des richesses ; la terre fertile se sont les auditeurs qui accueillent bien la Parole et lui font porter du fruit.

Sans doute cela est-il vrai puisque c’est dans l’Evangile. Mais cela paraît bien mécanique et moralisateur pour une parole de Jésus. Maintenant qu’elle est expliquée, à quoi rime encore l’interpellation qui la termine : Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende !

Peut-être, sous cette pertinente leçon d’écoute, peut-on discerner un sens profond, qui la fonde. Car un élément important a été négligé dans cette minutieuse explication : le personnage du semeur et son étrange geste. Pourtant, en racontant la parabole, Jésus insiste : le semeur est sorti pour semer et alors qu’il semait…

C’est un étrange semeur, bien dans le style de ces insolentes paraboles où Jésus parle de Dieu à travers l’image de personnages incongrus, privés de sens commun : un berger qui abandonne cent brebis pour une qui s’est perdue, un père qui fait la fête à son fils débauché, un maître qui paie le même salaire à ceux qui n’ont presque rien fait, qu’à ceux qui ont porté le poids du jour, un autre encore qui s’enchante des magouilles de son intendant délicat…

Le semeur de la parabole est bien de la même famille un peu folle, paradoxale. Dieu n’a pas le sens commun.

Il est un semeur à la volée, éparpillant les grains partout, sans discernement, sur les chemins, dans les rocailles et les broussailles comme sur la terre fertile. Toute terre lui est bonne, la semence dût-elle être picorée, étouffée, desséchée. Mais aux trois obstacles répond, dans un crescendo à trois temps, une surabondante moisson, trente, soixante, cent pour un. A semeur fou, large moisson.

Tel est le Dieu de Jésus qui ensemence le monde des humains follement, largement, qui partout fait souffler l’Esprit qu’il donne aux hommes en Jésus Christ. Il n’y a pas de terrain qui lui échappe, aucun n’est indigne de lui.

Nous ne sommes pas juges des semailles de Dieu dans le monde, et ce n’est qu’à la moisson qu’apparaîtront les terrains fertiles. Nous sommes, nous, entre semailles et moissons, dans le temps des germinations et des aventures de la semence. Nous sommes dans le temps des hommes.

18:42 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/09/2010

La récompense de la patience.

 

“Il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.” Jacques 1.4www.saparole.com
 

Essayez-vous parfois d'éviter une leçon que Dieu veut vous donner ? Essayez-vous d'accélérer le processus, pour en sortir au plus vite ? Lui demandez-vous parfois pourquoi il vous faut attendre aussi longtemps ? Voilà quelques pensées qui vous aideront peut-être à répondre à ces questions. La patience produit des résultats. “Il est bon d'attendre en silence le secours du Seigneur” (Lamentations de Jérémie 3.27). Le temps de la patience est un temps d'apprentissage, et tant que l'on apprend quelque chose venant de Dieu, ce n'est pas du temps perdu. Dieu prendra son temps pour parfaire votre entraînement en vue de la bataille à venir, car Il est un excellent général. “Béni soit le Seigneur, mon rocher, qui exerce mes mains au combat, mes doigts pour la bataille” (Psaumes 144.1). La chair déteste attendre, elle veut de l'action. La patience de l'attente la force à mourir, la crucifie peu à peu.
 


La patience dévoile le coeur et les motifs profonds de ceux qui vous entourent. Il est parfois bien difficile
de discerner les motifs derrière les actions des hommes. Ayez confiance en Dieu, mais mettez les hommes à l'épreuve, ne croyez pas tout ce qu'ils vous disent. Cela est tout à fait scripturaire : “Le Seigneur, ton Dieu, t'a fait (passer) ces quarante ans dans le désert, afin de t'humilier et de t'éprouver, pour savoir quelles étaient les dispositions de ton coeur” (Deutéronome 8.2). Voyez-vous, les hommes peuvent garder cachées leurs fautes et leurs intentions pendant longtemps, mais l'attente permet à la vérité de remonter à la surface.

La patience permet à Dieu de répondre à votre problème miraculeusement. C’est un Dieu qui agit par miracle, aussi n'essayez pas de Le distancer par votre impatience, et de Lui voler une occasion de vous démontrer Sa puissance dans votre vie. Vous ne verrez jamais la main de Dieu à l'oeuvre dans votre vie, si vous continuez à ne faire confiance qu'à la main de l'homme. Enfant de Dieu, la Parole de Dieu, pour vous, aujourd'hui est tout simplement : “Attends !”   

  Bob Gass .

 


11:03 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Faites quelque chose !

 

“Quoi ! Resterions-nous ici jusqu'à ce que nous mourions ?" 2 Rois 7.3 www.saparole.com

Dr C.M. Ward avait l'habitude de dire: “L'avantage de perdre son emploi, c'est que l'on doit enfin se décider à faire autre chose !” Vous trouverez peut-être cette affirmation amusante ou bien cruelle, mais avouez-le : c'est bien souvent le cas dans notre vie. Nous paraissons nous décider le plus souvent à la dernière minute, quand l'échéance presse ! Commencer quelque chose est toujours la partie la plus difficile. Depuis quand songez-vous à commencer ce régime dont vous ne cessez de parler ? A commencer à faire de l'exercice ? A passer davantage de temps en compagnie de vos enfants ? A prendre une habitude journalière de prières et de lecture de la Parole de Dieu ? A vous porter volontaire pour enseigner une classe de l'école du dimanche ? Combien de bonnes résolutions, prises au Nouvel An, avez-vous abandonnées ensuite ?


Dans l'histoire d'aujourd'hui, quatre lépreux vivaient près de l'entrée d'une des portes de Samarie,
assiégée par les armées syriennes. La situation était grave : la famine régnait dans la ville et le peuple de Dieu était désespéré. Ces quatre lépreux se dirent : “Si nous comptons rester dans la ville, la famine y est déjà et nous mourrons ; et si nous restons ici, nous mourrons également. Allons nous jeter dans le camp des Syriens ; s'ils nous laissent vivre, nous vivrons, et s'ils nous font mourir, nous mourrons” (2 Rois 7.4). Ce qui se passa ensuite fut un miracle divin. Quand ils arrivèrent dans le camp des Syriens, ils découvrirent que Dieu avait fait entendre aux Syriens le grondement d'une armée immense, composée d'un grand nombre de cavaliers et de chars qui s'avançaient contre eux, aussi avaient-ils tous pris la fuite, abandonnant leur camp !

Les quatre lépreux n'avaient rien en arrivant dans le camp, mais soudain ils possédèrent tout ! Ainsi décidèrent-ils de faire quelque chose d’important. Ne restez pas sur place à attendre la mort. Levez-vous et faites quelque chose ! Quand votre foi vous poussera à l'action, Dieu y répondra ! Vous ne saurez jamais combien différente votre vie pourrait être, si vous ne faites pas le premier pas que vous dicte votre foi !   

  Bob Gass .

 

11:01 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Perfectionnisme.

 

“Même la perfection a ses limites...” Psaume 119.96www.saparole.com

Il est bon de rechercher l’excellence et d’être consciencieux jusque dans les détails de chaque tâche. Une telle attitude prouve que vous prenez plaisir à faire votre travail et que vous en tirez une certaine fierté. Mais le perfectionnisme poussé à bout revient à chercher la plus petite erreur ou faute, coûte que coûte, et à devenir obsédé par le désir de toujours faire mieux. Après avoir prononcé le discours de Gettysburgh que bien des historiens considèrent comme l’un des discours politiques les plus extraordinaires jamais prononcés, Abraham Lincoln déclara que son discours était un échec lamentable. Les perfectionnistes voient chaque opportunité comme une occasion d’échouer, aussi ne ressentent-ils aucun sentiment de satisfaction même quand ils atteignent le but qu’ils se sont fixé.


N’oubliez pas qu’aucun d’entre nous n’atteindra la perfection
de ce côté-ci de l’éternité ! Nous sommes tous marqués du sceau de l’imperfection. Habituez-vous à cette vérité essentielle ! “Car notre connaissance est limitée...” (1 Corinthiens 13.9). Aussi apprenez à :

1- Vous accorder la permission d’échouer parfois afin de réussir plus tard. Henri Ford a dit un jour : “L’échec n’est qu’une excellente occasion de recommencer de manière plus intelligente.”

2- Même si vous n’avez que peu de chance de réussir dès le premier coup, n’ayez pas peur de vous lancer dans l’aventure. Vous n’obtiendrez peut-être pas de bons résultats, mais au moins vous vous rendrez compte qu’une demi-réussite est déjà un progrès !

3- Détendez-vous ! Pardonnez-vous vos erreurs et faites preuve de compassion aussi envers les autres. Ne vous enfermez pas dans la critique et l’analyse à outrance : c’est la marque des esprits faibles !

4- Ne vous attardez pas sur les détails inutiles. Etablissez-vous une limite dans le temps, dites, par
exemple : “Je vais y consacrer toute mon attention pendant trente minutes.” Puis passez à autre chose.


N’espérez pas trop, faites de votre mieux et encouragez les autres à faire de même. Mais vos fautes
et vos faiblesses prouvent que vous êtes unique. Appréciez-les, acceptez-les, vous n’êtes qu’un être humain et Dieu vous a créé ainsi. Lui ne vous juge pas aussi durement que vous le faites ! "Car Il se souvient que nous sommes poussière” (Psaume 103.14).

 Bob Gass.


10:59 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/09/2010

Quel est l’intérêt d’avoir un caractère intègre ?

 

“La souffrance produit la persévérance...” Romains 5.3www.saparole.com

Leslie Williams a écrit : “Un propriétaire terrien, qui avait trouvé du pétrole, découvrit un jour que quelqu’un s’était mis à pomper le pétrole sur ses terres en toute illégalité. Il le poursuivit en justice, mais l’autre parvint à corrompre le juge avec des pots de vin et le propriétaire se retrouva endetté. Loin de se déclarer en faillite, ce dernier s’engagea à rembourser tous ses créanciers. Ce qui lui prit plusieurs années. Quand il mourut, il n’avait accumulé aucune fortune, contrairement à l’autre qui s’était enrichi illégalement. L’un laissa un héritage financier, l’autre un héritage d’honneur et d’intégrité.


Je connais la valeur de ce dernier héritage, car ce propriétaire était
mon grand-père.” Et Williams d’ajouter : “J’ai enseigné dans un institut universitaire où l’un des gouverneurs affichait sans scrupules son aventure avec l’une de ses étudiantes. Des transactions financières peu honnêtes faillirent forcer l’institut à fermer. Les étudiants, presque aussi souvent que les professeurs, s’amusaient à “sécher” les cours. Certains professeurs distribuaient de bonnes notes à leurs étudiants préférés et de mauvaises à ceux qu’ils ne pouvaient sentir. Chacun épiait l’autre, chacun s’efforçait de “poignarder” l’autre dans le dos. Un caractère intègre était un oiseau rare dans un tel environnement. L’institut s’était enfermé dans une ambiance de médiocrité, de jalousie et de corruption toujours grandissante.

Quel est l’intérêt d’avoir un caractère intègre ? Je travaille aujourd’hui dans un autre institut où les gouverneurs prennent les décisions qui s’imposent pour maintenir le respect de tous et le bon développement de l’établissement. Ils n’hésitent pas à renvoyer un professeur surpris au lit avec une étudiante, à interdire alcool et drogues sur le campus, à pénaliser étudiants et professeurs lorsqu’ils ne sont pas ponctuels à leurs cours, à contrôler toutes les transactions financières et à demander des comptes à tous. L’atmosphère est plutôt celle d’une grande famille unie et accueillante. Et le nombre d’étudiants est en progression constante.” Paul a affirmé : “La souffrance produit la persévérance, la persévérance la résistance à l'épreuve et la résistance l'espérance.” Ne cherchez pas de raccourci : le principe de souffrance pour produire la persévérance est intemporel. Jésus a suivi cette voie du début jusqu’à la fin. Il y a toujours une croix à porter, mais au bout de la course se trouve une couronne !   

  Bob Gass .

13:22 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

21/09/2010

Si vous cessez de prier...

 

“Veillez et priez, afin de ne pas entrer en tentation...” Matthieu 26.41 www.saparole.com

L’ennemi sait quel est votre potentiel avec la force divine en vous, et il fera tout pour vous empêcher de l’atteindre. La prière établit un rempart de protection autour de vous, ne vivez surtout pas sans cela. Des mains qui tiennent cette brochure aujourd’hui ne seront peut-être pas ici l’an prochain, à moins que quelqu’un ne prie pour elles (Relisez Luc 22.31-32). Il y a des gens qui lisent aujourd’hui ce message et qui pensaient l’an dernier qu’ils seraient incapables de commettre telle ou telle faute, et qui ont pourtant péché lamentablement. Si vous ne vous rendez pas compte de votre propension naturelle à pécher, vous risquez de ne pas prier pour vous protéger et vous serez alors une cible idéale pour les attaques de Satan.
 


Pendant les dernières heures que Jésus passa en compagnie de Ses disciples, Il les avertit du danger
: “Veillez et priez, afin de ne pas entrer en tentation ; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible”. Dans Le Message, Eugene Petersen paraphrase ainsi les paroles de Christ : “Demeurez sur le qui-vive. Si vous restez dans un état de prière continuelle, vous ne vous perdrez pas dans les méandres de la tentation sans même vous être rendu compte du danger.” Paul a écrit : “Prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour et tenir ferme après avoir tout surmonté... priez en toute occasion, avec l'assistance de l'Esprit....” (Ephésiens 6.13-18).

L’arme la plus efficace qu’a l’ennemi pour vous faire trébucher, c’est vous ! Votre vieille nature charnelle a besoin d’être traînée chaque jour au pied de la croix pour y être crucifiée. Et la prière est le moment où vous pouvez le faire de la manière la plus efficace. Lorsque vous êtes dans la présence de Dieu, vous vous voyez comme Il vous voit. A la minute où vous vous repentez devant Lui, Il met en lumière ce qui ne va pas en vous, vous en débarrasse et vous restaure dans la communion avec Lui. Si vous cessez de prier, votre protection spirituelle disparaît aussi. Il est donc important d’examiner à nouveau quelles sont les priorités dans votre vie et d’effectuer quelques changements, s’ils s’avèrent nécessaires.  

 Bob Gass.


10:44 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

15/09/2010

Ne laissez pas la peur vous paralyser !

 

“Car j'avais peur...” Luc 19.21 www.saparole.com

Posez-vous la question suivante : “Que serais-je prêt à entreprendre si je n’avais plus peur d’échouer ?”

Jésus a raconté l’histoire de cet homme qui confia ses affaires à trois de ses meilleurs employés. Au premier il donna cinq talents, au second deux et au troisième un talent. Si l’on vous dit qu’à cette époque un talent était l’équivalent d’une quinzaine d’années de salaire, vous comprendrez quelle opportunité incroyable cet homme venait de leur accorder ! C’était l’heure pour chacun d’entre eux de prouver son intelligence et son flair en affaires, de faire preuve d’esprit d’initiative, de démontrer sa capacité à bien juger et analyser les marchés financiers et faire fructifier cette somme d’argent. Les deux premiers réussirent à doubler leur investissement.

 
Mais le troisième eut peur d’échouer, de perdre l’argent qui lui avait été confié, aussi se dépêcha-
t-il d’enterrer le talent qu’il avait reçu. Jésus décrivit cet homme comme “méchant” et affirma que son talent lui serait repris et confié à l’employé qui avait bien investi et fait fructifier les siens. Jésus déclara que le dernier employé n’était pas jugé pour ce qu’il avait fait, mais plutôt pour ce qu’il n’avait pas fait. La peur des autres, la peur d’échouer et la peur d’être rejeté par vos pairs risquent de vous convaincre d’enterrer vos talents. N’agissez surtout pas ainsi ! Si vous manquez de courage pour vous lancer dans une aventure, vous avez déjà échoué avant même que d’avoir commencé. Vous êtes fini, sans aucun avenir.

 Lorsque Dieu appela des gens comme Moïse, Gédéon, Débora et Esther, ils ont tous surmonté leurs craintes naturelles et vous devez les imiter. Alors qu’ils traversaient le désert, la peur de manquer d’eau et de nourriture poussa les enfants d’Israël à exprimer leur désir de revenir en Egypte pour y reprendre leurs places d’esclaves. La crainte de la persécution força les disciples à abandonner Jésus à l’heure la plus sombre et cruelle de Son existence et poussa Pierre à le renier, et ce par trois fois consécutives.

Ne laissez pas la peur vous paralyser ! La façon dont vous utiliserez vos talents est la chose la plus importante de votre vie, car en fin de compte c’est en fonction de cela que Dieu vous jugera et vous accordera Sa récompense.

Bob Gass.


Bible-en-un-an : Esaïe 7-9 & 2 Corinthiens 10

10:28 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

08/09/2010

Est-il le centre de votre vie ?

 

"Tu ne convoiteras point..." Exode 20.17 www.saparole.com

Faites attention à ce que vous implorez Dieu de vous accorder, car vous risquez un jour de détester ce que vous souhaitez obtenir aujourd'hui ! Ecoutez : “Le Seigneur vous donnera de la viande et vous en mangerez... jusqu'à ce qu'elle vous sorte par les narines et que vous en ayez du dégoût...” (Nombres 11.18-20). Dieu en avait assez d'écouter les plaintes de ces gens, car ils n'étaient jamais satisfaits de ce qu'Il leur donnait ; ils s'imaginaient toujours que quelque chose d'autre les rendrait heureux, en dehors de Sa présence. Alors Il leur donna une telle quantité de viande qu'ils en furent malades. David a commenté ainsi : “Il leur accorda ce qu'ils demandaient puis Il envoya le dépérissement dans leurs corps” (Psaumes 106.15). Vous pouvez être satisfait de très peu à condition de jouir de la présence du Seigneur.


Par contre, vos plus beaux succès risquent de laisser vite un goût amer persister dans votre bouche.
De quoi rêvez-vous ? Qu'est-ce qui fait le centre de votre vie ? Que demandez-vous sans cesse à Dieu ? Rien d'autre que Lui n'est essentiel dans votre vie. Rien n'est censé prendre Sa place dans votre coeur. Lorsque nous désirons quelque chose comme si cela était essentiel à notre bien-être, et que nous Le supplions de nous l'accorder, nous Lui demandons en fait de placer au fond de notre coeur, à Sa place à Lui, quelque chose que nous considérons comme plus important que Lui !

Notre folie risque d'avoir de fâcheuses conséquences. N'attendez pas les derniers moments de votre vie pour contempler, les yeux pleins de regrets, l'image de votre mariage détruit, de votre conscience flétrie, de votre famille dispersée et surtout le film de votre vie gâchée pour ne pas avoir voulu suivre la volonté de Dieu.

Certes nous voulons Dieu dans nos vies, mais aussi une carrière florissante, un mariage heureux, une belle maison de campagne ou tout autre désir de notre coeur ! Mais quand allons-nous enfin dire : “Tout ce que je veux dans ma vie, c'est Toi seul Seigneur” ?      

Bob Gass .

 

Bible-en-un-an : Psaumes 108-110

11:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, spiritualite, foi |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/09/2010

Dites toujours la vérité !

 

"Rejetez le mensonge. Que chacun dise la vérité à son prochain, car nous sommes tous membres d'un même corps." Ephésiens 4.25 www.saparole.com

L'honnêteté absolue est la seule attitude acceptable aux yeux de Dieu. Si nous mentons à nos frères en Christ, nous nous détruisons nous-mêmes puisque nous faisons partie du même corps. Et lorsque la confiance est rompue, il est très difficile de la rétablir. N'imaginez pas non plus que toujours dire la vérité soit simple et évident. Nous devons cependant essayer d'être honnêtes :
 

1- Dans nos paroles avec nos proches. Si nous dissimulons la vérité, nous encourageons un climat de méfiance entre nous et si nous refusons d'admettre la réalité d'une situation difficile, nous ne faisons que l'envenimer. Couvrir un péché ou un mauvais penchant n'arrangera rien, tandis que, "être vrais dans l'amour” (Ephésiens 4.15), rendra nos relations avec les autres plus fortes et plus sincères et permettra de surmonter bien des tempêtes de la vie.

 
2- Dans notre attitude envers les autres. La Bible affirme que “celui qui est fidèle dans les petites
choses est aussi fidèle dans les grandes et que celui qui est malhonnête dans les petites choses est aussi malhonnête dans les grandes” (Luc 16.10). Si vous voulez acquérir une réputation d'homme intègre, ne revenez jamais sur une parole donnée. Si vous vous êtes engagé à faire quelque chose, faites-le, quel qu’en soit le prix !

3- Dans la moindre de nos actions. Pourquoi la vérité est-elle aussi importante aux yeux de Dieu ? Parce que toutes les relations entre humains reposent sur le principe de la confiance. Ne vous laissez donc jamais tenter par le mensonge. A moins que vous ne souhaitiez vraiment sacrifier l'estime dont vous jouissez encore au sein de votre entourage, l'influence bénéfique que vous avez autour de vous, l'assurance et la confiance qui ont été les vôtres jusqu'à ce jour, et la paix qui règne encore dans votre coeur. N'oubliez pas que vos propres mensonges vous feront voir des menteurs partout ! Aussi dites toujours la vérité !    

 Bob Gass .


Bible-en-un-an : Psaumes 105-107


 

14:33 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, spiritualite de la liberation |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

02/09/2010

Apprenez à respecter les différences...

 

“Faites preuve de bienveillance et de respect envers tous...” Tite 3.2 TP www.saparole.com

Aucun d’entre nous ne peut éviter les épreuves. Jésus a déclaré à Ses disciples : “Dans ce monde, vous rencontrerez des difficultés...” (Jean 16.33). Verdell Davies a écrit : “Bien que nous puissions souffrir des mêmes maladies, des mêmes déchirures émotionnelles, des mêmes handicaps ou échecs, comparer nos difficultés est inutile et même négatif, car ce serait ignorer les particularités de la vie de chaque individu. Il suffit d’assister à quelques rencontres d’Alcooliques Anonymes, où toutes les personnes présentes ont en commun leur dépendance à l’alcool, pour se rendre compte que chaque souffrance, chaque blessure, chaque perte, chaque déchirure, chaque relation détruite portent en elles un aspect spécifique à chaque individu. Nous devons résister à la tentation de considérer nos propres peines comme plus cruelles ou moins profondes que celles d’un autre. Ma souffrance n’appartient qu’à moi et si je veux parvenir à la gérer simplement et en toute honnêteté, je dois accepter sa spécificité et la respecter.”

Paul a dit : “Faites preuve de bienveillance et de respect envers tous.” Respectons donc les différences
qui existent entre nous, même si nous pensons avoir vécu la même expérience que nos voisins. N’allons surtout pas leur imposer nos sermons et nos remontrances ! Une personne qui juge avec sagesse est intelligente. Si elle parle gentiment, elle peut convaincre les autres(Proverbes 16.21). Mieux vaut aborder une personne qui souffre en la prenant dans nos bras, en lui disant que nous sommes là simplement pour l’accompagner un peu, pour exprimer notre intérêt le plus sincère à son égard.

C’est devenu un cliché, mais il est toujours vrai de dire que les autres s’intéresseront davantage à ce que vous savez quand ils auront compris que vous vous intéressez à eux. Vous ferez mieux connaître l’amour de Dieu à leur égarden faisant preuve de bienveillance, en vous montrant “pacifique, conciliant, raisonnable, plein de compassion et de bons fruits, sans parti pris et sans hypocrisie” (Jacques 3.17), plutôt qu’en cherchant à leur imposer vos opinions et en prétendant tout savoir !     

 Bob Gass .


13:24 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |