7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2010

A quel point vous êtes riche...

 

“Remerciez Dieu en toute circonstance.”

1 Thessaloniciens 5.18 www.saparole.com

L’histoire suivante a déjà été publiée, mais vaut la peine d’être relue. Elle se passe de commentaires. “Ils se tenaient debout, serrés l’un contre l’autre, devant la porte d’entrée, deux enfants misérables avec leurs manteaux déchirés et trop grands. “Vous avez de vieux journaux à jeter, m’dame ?” J’avais beaucoup à faire, j’aurais voulu dire non, que je n’avais rien à leur donner, mais j’ai vu soudain leurs pieds nus dans des sandales trempées par le verglas. “Entrez une minute, je vais vous préparer une tasse de chocolat bien chaud.”


Aucune conversation ne s’établit entre nous. Leurs sandales mouillées laissèrent une empreinte sur le tapis,
devant la cheminée. Je leur servis une grande tasse de chocolat, des tranches de pain grillé avec du beurre et de la confiture, pour les réconforter un peu et les aider à affronter le froid mordant du dehors. Puis je retournai à la cuisine continuer mon travail, quand je fus soudain frappée par le silence qui régnait dans la pièce voisine. J’allai y jeter un coup d’oeil. La petite fille tenait son bol vide entre les mains et semblait perdue dans la contemplation de la porcelaine bleue. Ce fut le garçon qui demanda brusquement : “M’dame, vous êtes riche ?” Je regardai ma nappe aux couleurs ternies. “Riche, moi ! Oh non !” La petite fille reposa délicatement la tasse sur la sous-tasse. “Mais vos tasses sont assorties avec les sous-tasses !” murmura-t-elle d’une voix rauque et fanée comme celle d’une vieille femme, dans laquelle se devinait le rêve d’une vie meilleure.

Puis ils partirent, leurs sacs pleins de vieux journaux sur la poitrine, pour se protéger des bourrasques de vent glacé. Ils n’avaient pas dit merci, mais cela n’était pas nécessaire : ils m’avaient dit beaucoup plus qu’un merci. Les tasses de porcelaine bleue n’étaient pas de grande qualité, mais elles étaient assorties aux sous-tasses. Des pommes de terre dans un pot au feu bien chaud, un toit sain au dessus de nos têtes, un mari avec un emploi stable, beaucoup de choses dans ma maison étaient assorties les unes aux autres. Je remis les chaises en place loin du feu et contemplai un instant le salon. Devant le feu, sur le tapis de laine, se détachaient encore les empreintes boueuses des petites sandales. Je décidai de ne pas nettoyer le tapis. Je veux garder sous les yeux le souvenir de ces sandales, au cas où il m’arriverait d’oublier... à quel point je suis riche !”         

  Bob Gass.

21:06 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chistianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

17/07/2010

Voir les autres avec les yeux de Dieu.

 

“Alors que nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.” Romains 5.8 www.saparole.com

Sur la table, parmi des centaines de livres en assez piteux état et offerts à prix réduit, se trouvait une vieille Bible. Quelques personnes l’avaient remarquée et feuilletée d’un air distrait. Elle n’avait vraiment pas belle mine et sa valeur, en tant que livre ancien, était dérisoire, aussi était-elle vite replacée, avec indifférence, sur la table. Soudain un homme s’approcha, la souleva avec respect, réprimant mal sa surprise, avant de se précipiter vers le comptoir pour s’acquitter du prix ridicule affiché. Cette Bible était en fait une Gutenberg originale dont la valeur est estimée à plus de deux millions d'euros ! Qui avait pu abandonner un tel exemplaire rarissime chez un brocanteur de deuxième ordre ? Combien de fois ce livre avait-il changé de mains avant d’échouer sur cette table et d’être sauvé de l’oubli par un connaisseur averti ? Le monde l’avait rejeté, inconscient de son immense valeur !

Ne faisons-nous pas la même chose bien souvent ? Parfois des graines de génie, enfouies dans le coeur de gens à l’apparence terne, surgissent soudain à la vie, parce que quelqu’un les a reconnues, les a arrosées, et les a aidées à s’épanouir. En vérité, nous étions dans la même situation le jour où Jésus a découvert quelque valeur au fond de nous, mais au lieu de payer un prix dérisoire pour notre peu de valeur, Lui, Il a payé le prix le plus élevé possible ! Ecoutez : “Alors que nous étions pécheurs, Christ est mort pour nous.”

Nous découvririons un monde nouveau autour de nous, si nous pouvions déceler en chaque homme, en chaque femme, en chaque enfant que nous croisons, le trésor précieux que Dieu ne peut ignorer et pour lequel Il a envoyé Son Fils mourir sur la croix. Considérez la destinée de Matthieu : quand Jésus l’a rencontré, il n’était qu’un collecteur de taxes à la solde des Romains, un bureaucrate pointilleux et méprisé de tous. Mais Jésus lui a dit : “Suis-Moi !” (Matthieu 9.9), et Matthieu a obéi, sans oublier de prendre son stylo, car son Maître voulait lui confier un petit travail d’écriture !       

 Bob Gass.

13:53 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

09/07/2010

Recevoir la vie éternelle.

 


©Fr. Raphaël, cdb

 


La question que saint Luc pose dans la bouche d’un Docteur de la loi n’est-elle pas celle de tout homme ? L'évangéliste Matthieu la précise en la personne d’un jeune homme riche : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? ». Vie éternelle et bonté, voilà deux attentes inscrites dans le cœur humain, que saint Benoît, aussi fêté ce dimanche, permet d’élucider. Comment demeurer dans la bonté de Dieu pour recevoir sa grâce, gage d’éternité ? Le patron de l'Europe donne une indication claire : pour hériter du Royaume de Dieu, au croyant de devenir fils comme le Fils unique et cela de quatre manières. D’abord par l'écoute attentive de la Parole de Dieu qui façonne un cœur obéissant à sa présence. Ensuite, par la patience qui nous fait accueillir notre identité de l'intérieur, dans la prière. Mais aussi par la fraternité qui s’évalue à la capacité d’accueillir l'autre comme son frère, lui aussi fils de Dieu par grâce. Enfin, par l'expérience du temps : devenir fils ne s’achète pas au supermarché mais se reçoit comme un don continu qui permet de transformer notre vie en une véritable œuvre d’art. Dieu est le véritable artiste. C’est ce temps perdu par pur amour qui nous dépossède de tout esprit d’indépendance et de la pensée que le travail est le moteur de notre vie.
Prenons le temps de devenir nous-mêmes par la prière : elle est le lieu où Dieu gratuitement nous fait devenir fils par simple grâce.

 

 

 

 

 

P?re Tanguy Marie
Père Tanguy-Marie
Prêtre de la Cté des Béatitudes
Auteur des livres : La parole, don de Vie, EDB, 2006
Libres en Christ, EDB, 2008.


 

 

 

 

 

 

17:54 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Avant l’arrivée de la persécution !

 

“Si quelqu’un est persécuté en tant que chrétien... qu’il glorifie Dieu...” 1 Pierre 4.16 door

Ecoutez : “Si quelqu’un quitte, pour Moi et pour l’Evangile, sa maison, ou ses frères, ses soeurs, sa mère, son père, ses enfants, ses terres, il recevra cent fois plus dans le temps où nous vivons maintenant... avec des persécutions...” (Marc 10.29-30). Nous sommes toujours attirés par les extrêmes : nous mettons l’accent soit sur l’idée de persécution soit sur l’idée de prospérité matérielle. Mais Jésus nous a dit de nous attendre à recevoir les deux en ce monde !


Les chrétiens qui vivent confortablement dans notre société occidentale ne savent pas trop ce que

signifie vraiment le mot persécution, mais des dizaines de milliers de chrétiens aujourd’hui, à travers le monde, souffrent l’emprisonnement, la torture et même la mort, simplement à cause de leur foi. Les médias en parlent peu, du moins jusqu’à présent, car les choses risquent de changer bientôt !

Quand le vent de la persécution se mettra à souffler en tornade sur votre petit univers et que votre
foi commencera à vaciller, ne déposez surtout pas les armes, ne tombez pas à genoux. Continuez de faire preuve d’amour envers tous les pécheurs tout en réprouvant ce qu’ils font et placez votre confiance en Celui qui juge avec justice et qui vous aidera à tenir debout. Apprenez par coeur ces deux versets des Ecritures, pour vous préparer aux événements qui surviendront un jour :

1- “Si le monde a de la haine pour vous, sachez qu’il m’a haï avant vous... Mais Je vous ai choisis
et pris hors du monde, et vous ne lui appartenez plus. Voilà pourquoi le monde vous hait” (Jean 15.18-19).

2- “Christ a souffert pour vous, Il vous a laissé un exemple afin que vous suiviez Ses traces. Il n’a pas
commis de péché, Il n’a jamais menti. Quand on L’a insulté, Il n’a pas répondu par l’insulte. Quand on L’a fait souffrir, Il n’a pas proféré de menaces. Il s’en est remis à Dieu qui juge avec justice” (1 Pierre 2.21-23). N’oubliez jamais de vous en remettre à Dieu, quoi qu’il arrive, car Il s’occupera de vous !

Bob Gass.

17:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/07/2010

Apprendre des autres.

 

“Un roi apprécie des serviteurs compétents...” Proverbes 14.35 forest

La connaissance humaine, paraît-il, double tous les cinq ans, et ce, dans la plupart des domaines. Cela signifie que vous ne devez jamais vous endormir sur vos connaissances. Si vous devez répéter année après année les mêmes leçons, c’est que vous n’apprenez pas correctement. Prenez exemple sur ceux et celles qui ont réussi précisément dans le domaine où vous souhaitez briller, apprenez ce que vous devez faire, et les écueils à éviter. L’amiral Hyman Rickover a dit un jour : “Tirez les leçons des erreurs des autres : vous n’aurez pas assez de toute votre vie pour les commettre toutes vous-même !” Afin de gravir avec succès les échelons de la réussite, suivez les trois conseils suivants :


1- Ne cherchez pas, par orgueil, à éviter les gens dont la sagesse et l’expérience sont largement supérieures
aux vôtres. Pierre a écrit : “Mettez-vous, chacun selon le don qu'il a reçu, au service les uns des autres...” (1 Pierre 4.10). Nous avons tous des faiblesses dans un domaine ou un autre. Faites attention à ne pas donner aux autres l’impression que votre manque de maturité ou d’assurance est une forme d’arrogance ou de fierté.


2- Ne cherchez pas à faire impression sur les autres en prétendant que vous êtes égal à eux intellectuellement.

Si vous vous trouvez un jour pris dans une conversation dont les arguments vous dépassent, écoutez attentivement, posez des questions, parlez de ce que vous connaissez et ne discutez pas de ce que vous ignorez. La prochaine fois vous serez mieux armé pour discuter des mêmes sujets.

3- Etudiez votre sujet avant d’aller de l’avant. Lorsque Dieu vous appellera à de plus grandes responsabilités,
faites en sorte d’être prêt à la fois dans votre esprit, vos attitudes et vos paroles. N’hésitez pas à rechercher les conseils d’un ami sûr capable de vous comprendre et de pressentir la direction que vous devez prendre. N’hésitez pas non plus à parachever vos connaissances pour gagner en assurance. Salomon a écrit : “Un roi apprécie des serviteurs compétents...” Mieux vous serez préparé, plus Dieu vous offrira d’opportunités.    

Bob Gass.

11:19 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Acceptez de recevoir des autres !

 

“Quiconque reçoit celui que J’envoie Me reçoit aussi...” Jean 13.20 bibles

Beaucoup d’entre nous refusent l’aide des autres afin de préserver intacte l’image qu’ils veulent donner d’eux-mêmes, ce qui est très dangereux ! Nous devons être ouverts non seulement à l’aide que le Seigneur peut nous apporter, mais aussi à celle que nous offrent ceux qu’Il a mis sur notre chemin. Ecoutez ces paroles : “Jésus resta au désert pendant quarante jours et Il fut tenté par Satan... Et les anges vinrent Le soutenir” (Marc 1.13). Même Jésus a eu besoin de soutien extérieur ! Après un jeûne de quarante jours, Il n’a pu s’empêcher d’avoir faim et Satan Lui suggéra d’apaiser Sa faim, d’une manière sournoise et cruelle : “Ordonne à ces pierres de se changer en pains !” (Matthieu 4.3). Le devoir le plus difficile à assumer est de refuser d’obtenir, par des moyens illégitimes, quelque chose dont nous avons grandement besoin.

Bien qu’ayant créé les anges, Jésus accepta d’être soutenu et encouragé par eux. Lui, le créateur infiniment
plus puissant qu’eux, s’abaissa pour accepter leur aide. Quelle leçon pour nous aujourd’hui ! Si vous souffrez vraiment trop, vous inquiétez-vous de savoir d’où vient le réconfort que Dieu vous envoie ? Si vous souffrez d’une maladie grave êtes-vous regardant sur la personnalité du médecin qui peut alléger vos souffrances ? La couleur de sa peau ou ses croyances religieuses vous importeront peu parce que vous ne serez concerné que par votre douleur et votre besoin de guérison !

Peut-être aujourd’hui avez-vous besoin de l’aide de quelqu’un, sans oser pourtant avoir confiance en personne ! Alors, ayez confiance en Dieu qui vous a soutenu jusqu'à aujourd’hui ! “Même si les collines venaient à s’ébranler, même si les montagnes venaient à changer de place, l’amour que J’ai pour toi ne changera jamais, et l’engagement que Je prends d’assurer ton bonheur restera inébranlable. C’est moi, le Seigneur, qui te le dis, Moi qui te garde Ma tendresse” (Esaïe 54.10). Si Dieu vous offre Son réconfort et Son soutien, ne laissez pas votre orgueil ou votre insouciance vous empêcher de les accepter sous quelque forme qu’ils se présentent ! En acceptant l’aide de ceux qu’Il vous envoie, c’est Lui que vous acceptez ! 

Bob Gass .

11:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

04/07/2010

Libérez-vous de l’emprise des autres !

 

“Il était pour eux une occasion de chute...” Matthieu 13.57 Gift

Les frères de Joseph étaient jaloux de son rêve aussi décidèrent-ils de le vendre comme esclave. La famille de David ne le considérait pas digne de devenir roi. Les gens qui côtoyaient Jésus depuis 30 ans affirmaient : “D'où Lui viennent cette sagesse et ces miracles ? N'est-ce pas le fils du charpentier ?...D'où Lui vient donc tout cela ? Et Il était pour eux une occasion de chute” (Matthieu 13.54-57). Vous devez comprendre que bien des gens qui vous connaissaient “avant” trouveront difficile de vous accepter aujourd’hui parce qu’ils vous ont enfermé dans une petite boîte d’où vous n’êtes pas censé sortir ! Comment devez-vous vous comporter ? Comme Jésus, qui continua Son chemin sans se laisser emprisonner par leur opinion. Il ne pouvait rien faire d’autre : une page de Sa vie venait de se fermer et Il devait aller de l’avant.

Vous aussi devez agir ainsi. Si vous permettez aux autres de vous retenir dans votre passé, vous risquez
de trop vous y appesantir et de manquer votre destinée. Ceux qui vous connaissent depuis longtemps peuvent porter un bon témoignage sur vous et cela est merveilleux, mais si vous devez choisir entre le passé et l’avenir que vous offre Dieu, n’hésitez pas : le passé ne peut qu’être ressassé, jamais modifié. Cessez de revivre votre humble départ, mettez-vous à écrire la suite de l’histoire de votre vie ! L’avenir est devant vous, il est à votre disposition, ne laissez pas passer l’occasion.

Connaissez-vous l’histoire de ce piètre joueur de golf qui ne cessait de manquer sa balle et de frapper,
à la place, une petite fourmilière toute proche. Au bout de plusieurs “attaques” dévastatrices, l’une des fourmis décida de faire quelque chose pour échapper au désastre et cria à la cantonade : “Suivezmoi !” Une autre fourmi lui rétorqua : “Mais où donc ?” A quoi la première répondit, pointant du doigt la balle de golf devant elles : “Là-haut ! C’est notre seule chance de survie ! Si nous ne montons pas là dessus, nous périrons toutes !” Vous non plus, ne laissez pas passer l’occasion de vous en sortir !

Bob Gass.

Bible-en-un-an : 2 Chroniques 15-16 & Actes 6

09:35 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/07/2010

La joie du disciple.



©F&L - D. Lefèvre

 

 


Quelle est notre plus grande joie ? Avoir des biens innombrables, connaître beaucoup de monde, avoir du pouvoir ! La réponse de Jésus à ses disciples qui reviennent tout heureux de leur mission, visiblement réussie, est claire et presque incisive : « Ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. » Le disciple reste… disciple de Dieu, sa joie est alors d’annoncer l'essentiel de la Bonne Nouvelle qui lui a été révélée : « Le règne de Dieu est tout proche de vous ». Quel est ce règne ? L'annonce de l'évangile ne se réduit pas d’abord à une doctrine clairement énoncée, elle est avant tout la personne même de Jésus, présence que le Maître souhaite intérioriser dans le cœur des hommes. Aux disciples, comprenons à tous les chrétiens, de parler du Seigneur en demeurant en sa présence : être bon pasteur, doux et humble, confiant en la mission reçue de Dieu, patient et amoureux de la miséricorde divine. Disponibilité, détachement, zèle, gratuité, ouverture à la grâce, voilà autant d’attitudes qui accompagnent la vie chrétienne authentique. Le drame de l'humanisme athée et désormais agnostique ne réside-t-il pas dans cette perte de conscience que nos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu et que lui seul connaît la route de notre vraie joie ?

Demandons au Seigneur de nous faire goûter la joie de toutes les joies et de nous donner également le goût d’annoncer son amour à tous vents.

 

 

 

 

 

P?re Tanguy Marie
Père Tanguy-Marie
Prêtre de la Cté des Béatitudes
Auteur des livres : La parole, don de Vie, EDB, 2006
Libres en Christ, EDB, 2008.

 

 

 

 

 

 

21:23 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

23/06/2010

Un esprit de repentance.

 

“Crée en moi, Seigneur, un cœur pur !” Psaume 51.10 Chapel

Samson alla trop loin. Il finit ses jours, abreuvé d’insultes, au fond d’une prison des Philistins, les yeux crevés. Pourquoi une telle tragédie ? Parce qu’il n’avait pas su contrôler son orgueil et ses appétits sexuels. David lutta contre les mêmes tentations et dans un moment d’égarement succomba à son appétit sexuel. Il dut payer cher sa faute, mais il ne termina pas ses jours dans une prison comme Samson. Au contraire, quand il mou- rut il était toujours l’homme “que Dieu s’était choisi selon Son cœur” (1 Samuel 13.14).


Quelle est la différence entre les deux hommes ? L’esprit de repentance ! Brisé, et le cœur plein d’humilité, David s’approcha du Seigneur et trouva à Ses pieds la grâce et la compassion nécessaires pour se relever. Quant à vous, posez-vous la question suivante : Suis-je en train de cacher un secret que seuls Dieu et moi-même partageons ? Suis-je
devenu prisonnier de mon péché au point de m’imaginer que je ne peux plus faire machine arrière ? Mais il n’est jamais trop tard pour reprendre le droit chemin ! Vous ne pouvez sombrer si bas que Jésus-Christ soit incapable de vous repêcher. Commencez par vous repentir. L’esprit de repentance vous libèrera de votre péché, vous poussera à le confesser avec sincérité et vous fera comprendre que vous ne pouvez pas vous en sortir tout seul. L’esprit de repentance vous jettera aux pieds de Dieu pour implorer un peu de Sa force dans votre vie.

Cessez de chercher des excuses à votre comportement, vous ne faites que vous mentir à vous-même. Vous avez peut-être réussi à garder votre secret jusqu’à aujourd’hui, mais en fin de compte il sera mis au grand jour. Ne vivez pas un jour de plus sans vous mettre à genoux devant Dieu pour prier : “Purifie-moi de mon péché... Crée en moi, Seigneur, un cœur pur” (Psaume 51.2 & 10). Une fois que vous avez prié cette prière, recherchez la compagnie de ceux qui pourront vous soutenir et vous encourager. Ne tentez pas de vous débattre tout seul contre vos démons : vous ne réussirez pas ! Puis, quand vous serez à nouveau debout, lancez-vous à nouveau dans la course et courez comme vous n’avez encore jamais couru !

Bob Gass

Bible-en-un-an : 2 Rois 23-25 & Luc 8

21:25 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

08/06/2010

Un peu de flexibilité !

Soyez les premiers à honorer les autres.” Romains 12.10walnuts

Avant de considérer ce que signifie accepter un compromis honnête, soyons clairs sur ce que nous devons refuser ! Nous ne devons jamais compromettre notre foi, notre personnalité, ni nous accommoder de la médiocrité sous prétexte que nous avons peur des critiques ou parce que nous sommes trop impatients. Accepter un compromis honnête c’est apprendre à négocier un résultat heureux pour chacun d’entre nous. Il est beaucoup plus facile de rejeter l’autre en disant qu’il a tort, et sans prendre le temps d’essayer de comprendre son point de vue. Pourtant il est essentiel de mettre de côté son amour propre et d’essayer de se mettre à sa place pour ressentir les sentiments qui peuvent être les siens. Si notre personnalité et nos opinions sont trop fortes, nous risquons de nous aliéner ceux que nous voulons toucher ou dont nous avons le plus besoin. Et nous risquons d’en souffrir longtemps.



David écouta l’appel d’Abigaïl à la clémence et, ce faisant, évita de tomber dans le piège de sa propre
colère et de tuer le mari de celle-ci qui l’avait gravement insulté. Paul n’acceptait aucun compromis en ce qui concernait sa foi et la vérité de l’Evangile. Par contre il changea d’opinion vis-à-vis de Jean-Marc et lui donna une seconde chance. Prêtez attention aux deux versets suivants, surtout si vous avez tendance à vous montrer dur envers les autres :

1- “Quant à l'affection fraternelle, soyez pleins de tendresse les uns pour les autres. Soyez les premiers à honorer les autres” (Romains 12.10).

2- “Soyez en paix entre vous... réconfortez ceux qui sont abattus, soutenez les faibles, soyez patients envers tous” (1 Thessaloniciens 5.13-15). En d’autres termes, faites preuve d’un peu plus de flexibilité et de compréhension envers vos frères et vos soeurs !

Bob Gass.

11:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |