7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2009

La vérité sur Medjugorie…


Comme il est dit, des bienfaits ont été reçu par les pèlerins, mais, cela est dû :

Richard C ofs



 « tout le bien qui s'y est fait provient d'une simple bonté de la Vierge Marie, de la prière, de la fréquentation des sacrements et de l'Eucharistie, moyens ordinaires proposés par l'enseignement des prêtres. Donc rien de spécifique aux apparitions. »

 


 

Benoît XVI accepte le renvoi de l'inventeur de Medjugorje

Le  28 juillet 2009  - (E.S.M.) - Le Pape Benoît XVI a approuvé le renvoi de l'état clérical du Père Tomislav Vladic. Ce prêtre a mené toutes les affirmations que la Vierge Marie apparaissait en Bosnie dans le village de Medjugorje. (lesuisseromain)

         

Le "Sanctuaire" de Medjugorje


Benoît XVI accepte le renvoi de l'inventeur de Medjugorje

 

Le 28 juillet 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Le Pape Benoît XVI a approuvé le renvoi de l'état clérical du Père Tomislav Vladic. Ce prêtre a mené toutes les affirmations que la Vierge Marie apparaissait en Bosnie dans le village de Medjugorje. Lorsque les apparitions auraient commencé en 1981, le Père Vlasic fut surnommé le créateur de ce phénomène par l'évêque local de Mostar-Duvno Pavao Zanic. Lors d'une dispute entre l'évêque et le Vatican, le Père a prédit que la Vierge apparaîtrait en Bosnie. Six mois plus tard, six enfants dirent avoir vu la Vierge proche de la colline. Le Père Vlasic annonca immédiatement qu'il deviendrait le père conseiller des prétendus voyants. Les enfants affirment maintenant que la Vierge les a visités 40 000 fois au cours des 28 dernières années.

 

Le prêtre a été suspendu l'an dernier par la Congrégation de la doctrine de la foi. Une enquête était réalisée sous sa conduite par trois commissions qui ne parvinrent pas à trouver des évidences pour confirmer les affirmations des voyants. Il a été aussi mis sous enquête pour conduite sexuelle immorale après qu'il ait mis une sœur enceinte.

 

Le prêtre a refusé de coopérer avec les enquêteurs et ceci depuis le début. Il fut banni pour un monastère dans l'Aquila en Italie et fut interdit de communiquer avec quiconque sans la permission de son supérieur. Il fut annoncé ce dimanche que le Père Vlasic a choisi de quitter la prêtrise ainsi que son ordre religieux. Le Pape avait secrètement approuvé son renvoi de l'état clérical en mars. Plusieurs des défenseurs des appritions vivent maintenant dans de riches conditions économiques et possèdent des voitures luxueuses.

 

Le sanctuaire a attiré environ 30 millions de pélerins. Des millions de catholiques avaient espéré un jour que le Vatican approuve les prétendues apparitions.

 

Notes:

 

- les prétendus encouragements de Jean Paul II à se rendre en ces lieux sont une simple invention.

 

- tout le bien qui s'y est fait provient d'une simple bonté de la Vierge Marie, de la prière, de la fréquentation des sacrements et de l'Eucharistie, moyens ordinaires proposés par l'enseigement des prêtres. Donc rien de spécifique aux apparitions.

 

- le Cardinal Ratzinger, dans un jugement personnel, estimait fort justement ne pas croire aux origines surnaturelles des apparitions. Les conversions et les grâces obtenues, les fruits, proviennent uniquement de la bonté de Marie et de la Miséricorde de Dieu.

 

- l'évêque du lieu reste le Pasteur du lieu et son jugement n'a jamais été contredit par le Pape.

 

- enfin, la seule et unique vertu que le diable ne peut pas imiter est l'humilité. Les croyants sont humbles lorsqu'ils acceptent les limites de leurs propres jugements en toute obéissance au Pape et aux évêques en communion avec lui.

 

Source : http://eucharistiemisericor.free.fr

20:17 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : christianisme, foi, spiritualite, catholique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/07/2009

Mais qu’allait-il donc faire dans cette galère ?

Jonas est incontestablement un des personnages les plus populaires de la Bible. Il faut reconnaître qu’il n’est pas donné à tout le monde de passer trois jours dans le ventre d’une baleine. Mais qu’allait-il donc faire dans cette galère ? On se souvient que Jonas fuit devant le Seigneur. Celui-ci lui a enjoint d’aller prophétiser à Ninive, et comme il ne tient pas du tout à y aller, notre héros s’imagine qu’il suffit de quitter la Terre Sainte, de s’éloigner du peuple élu, pour échapper au Dieu d’Israël : « Il s’embarqua pour se faire conduire hors de la présence du Seigneur » (Jon 1, 3). Première surprise, et de taille : Dieu est partout, son empire est universel ; il règne sur la mer, les baleines et même dans le cœur des ninivites, qui se convertiront plus vite que notre prophète récalcitrant.
Jésus ne se réfère qu’à un épisode de l’aventure de Jonas, à savoir son séjour « dans le ventre du monstre marin ». Lorsque les hommes d’équipage balancent Jonas par dessus bord pour apaiser le dieu qui a suscité la tempête qui fait rage, ils le jettent en pâture à Léviathan, supposé hanter le fond des océans pour dévorer ceux qui y tombent. Cet animal mythique est un symbole traditionnel de la mort, dévorant ceux qu’elle engloutit dans ses eaux profondes. En jetant Jonas à la mer, ces hommes ont l’intention d’offrir un sacrifice à Dieu, afin de l’amadouer et d’avoir ainsi la vie sauve.
Or trois jours plus tard, le monstre vomit notre héros sur la terre ferme ! Le prophète serait-il indigeste ? Ou Dieu aurait-il changé de mœurs ? La leçon de ce passage est de récuser la conception d’un Dieu survivant au détriment de ses victimes. Le Dieu de la Révélation – le seul « qui est, qui était et qui vient » – est tout au contraire le Dieu de la vie. A travers cet épisode, il annonce symboliquement que le jour vient où il redonnera la vie, même à ceux qui ont mérité la mort par leur trahison et leur refus de le servir, à l’instar de Jonas le rebelle.
Du coup, notre péricope évangélique s’éclaire : la Résurrection de Jésus est le « signe » de l’accomplissement de l’événement prophétique advenu à Jonas. Le Dieu que nous révèle Jésus est le Dieu de la vie triomphante qui relève son Fils, prémisse de tous ceux qui passeront avec lui de la mort à la vie. Telle est la Bonne Nouvelle : le Seigneur « triomphe, pour sa gloire, de Pharaon, de ses chars et de ses guerriers » (1ère lect.), entendons du Prince de ce monde qui nous gardait prisonniers du péché et de la mort.
Encore faut-il que nous manifestions l’accueil de cette révélation par une sincère conversion. Car si « les habitants de Ninive se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas », a fortiori devrions-nous nous convertir en réponse à la proclamation du Fils de l’homme : « il y a ici bien plus que Jonas ».
Le terme de conversion est très large. Le parallèle avec Jonas nous permet d’en préciser le sens. Lorsque le prophète est rendu à la vie, il découvre que Dieu lui a gardé toute sa confiance. Sa mission demeure intacte : le Très-Haut compte toujours sur lui : « La Parole du Seigneur s’adressa une seconde fois à Jonas. Jonas se leva et partit, mais cette fois pour Ninive, se conformant à la Parole du Seigneur » (Jon 3, 1-2). Obéissant à l’ordre divin, il prophétise sur Ninive avec le succès que l’on connaît : toute la ville se repent de ses actions mauvaises et fait pénitence.
La conversion à laquelle Jésus nous invite nous aussi, consiste à revenir à Dieu dans l’obéissance à sa Parole afin que nos vies puissent porter le fruit que le Seigneur en attend, car les dons de Dieu sont sans repentance.

« Prends pitié de nous, Seigneur : le péché nous a rendus aveugles aux vraies réalités ; voilà pourquoi nous réclamons obstinément des signes en ce monde qui passe, alors que tu nous ouvres le Royaume qui ne passera pas. Augmente en nous la foi, afin que nous puissions discerner le salut que tu nous offres jour après jour. Donne-nous de faire nôtre la Parole que Jésus, notre nouveau Moïse nous adresse : “N’ayez pas peur ! Tenez bon ! Vous allez voir aujourd’hui ce que le Seigneur va faire pour vous sauver !” (1ère lect.) »


Père Joseph-Marie.

20:46 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite, catholique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

18/07/2009

Bonne fête de Notre Dame de Bonne Délivrance !


On la fête le 18 juillet.


HISTORIQUE :
Notre Dame de la délivrance est une statue de la Vierge à l'enfant du XIV°, anciennement vénérée rue saint Jacques à Paris.

Elle fut vénérée comme Victorieuse de toutes le hérésies.
Elle donna lieu à une confrérie royale qui rassembla toutes les couches de la population et vint en aide aux prisonniers : les cotisations des associés produisent des sommes importantes qui sont consacrées au rachat des prisonniers pour dettes.
On prenait les mots de bonne délivrance dans un sens très général, il s'agissait de toutes les misères et calamités imaginables. Les spirituels du XVII° siècles entendent de la tentation et du péché.
En juillet 1906, les religieuses sont expropriées pour que l'on construise le boulevard Raspail et vont s'installer à Neuilly où l'on vénère encore Notre-Dame de Bonne-Délivrance.
On peut aussi la vénérer à la Cité de l'Immaculée en Mayenne.( France)
Site :
www.citedelimmaculee.com



PRIERE A NOTRE-DAME DE BONNE DELIVRANCE

Je vous supplie,
Ô très Sainte et Sacrée Vierge Marie,
digne Mère de Dieu !
d'avoir pitié de moi, pauvre, pécheur,
de m'obtenir de votre très cher Fils, notre Sauveur Jésus-Christ
la sainteté et la santé du corps et de l'esprit,
ainsi qu'il sera convenable
pour sa plus grande gloire et pour mon salut ;
car souvent sa Divine Majesté,
par une Bonté et Miséricorde infinie,
permet qu'il nous arrive des infirmités et des maladies,
afin de nous faire rentrer en nous-mêmes,
et de nous exciter à nous corriger et à nous convertir à lui :
Et comme sa Divine Providence a ordonné
que nous vous honorions et invoquions sous divers titres,
et principalement sous celui de
Notre-Dame de Bonne Délivrance ;
cela fait que j'ai recours à vous, pour vous supplier,
avec toute l'humilité et la confiance qu'il m'est possible,
de me secourir en cette extrême nécessité,
et de m'obtenir principalement une véritable douleur,
contrition et rémission de tous mes péchés,
car ils sont la seule cause de mes infirmités ;
Et ensuite je serai obligé de publier toute ma vie
le crédit et le pouvoir absolu
que vous avez dans le Ciel auprès de Dieu.
A combien de pécheurs désespérés de leur salut
avez-vous obtenu la conversion !
A combien de personnes affligées de maladies incurables
avez-vous rendu la santé !
A combien de justes
avez-vous obtenu le don de persévérance en la grâce !
Et enfin, on n'a jamais entendu dire
que vous eussiez rejeté aucun de ceux qui, avec confiance,
vous ont humblement invoquée,
quelque misérable qu'il ait été.
J'espère aussi, Ô Vierge !
que vous m'accorderez la grâce que je vous demande,
et que vous m'obtiendrez le remède
de toutes mes misères spirituelles et corporelles,
et que vous m'assisterez durant ma vie,
et principalement à l'heure de ma mort,
qui peut-être arrivera bientôt.
Amen.




PETITES NOUVELLES MARIALES

* Le Souverain Pontife Benoît XVI a établi que du 19 juin 2009 au 19 juin 2010, on célébrera dans toute l'Eglise une Année Sacerdotale. Vous trouverez sur le site
www.mariereine.com un texte sur ce sujet et sur les indulgences. Vous pouvez aussi faire célébrer des messes à votre curé ou via sur le site www.mariereine.com en allant dans la rubrique "Offrande de messe" (en bas à droite).



AGENDA




*** RETRAITES 2009 à la Cité de l’Immaculée (Mayenne)

+ "Repose-toi dans le Seigneur" du 21 au 26 septembre avec Fernand Dumont.

+ "Les bébés de la Gloire" du 2 au 4 octobre, animée par Myriam Fourchaud et une équipe. Spécial pour les enfants et leurs parents.

+ "La consécration à Jésus par Marie" du 2 au 7 Novembre avec le père Alexis Wiehe.

+ "Vivre son identité" du 16 au 21 Novembre, animée par Luc Delage.

+ Du 7 au 12 décembre retraite "Je serai Guéri !" animée par Thierry et Myriam Fourchaud - 5 jours de fête dans le Saint-Esprit à la Cité.

Info : site internet:
www.citedelimmaculee.com



+ En prévision : Guadeloupe et Martinique du 25 octobre au 2 novembre 2009.



*** Rendez-vous du 15 août au Festival Marial Internationnal à Paray le Monial ! Info sur
www.festivalmarial.com
(C'est notre FMI à nous...)




Que Notre Dame de la Délivrance nous bénisse !



Thierry Fourchaud
Cité de l'Immaculée
BP 24 - 53170 SAINT DENIS DU MAINE France


- Notre site :
www.mariereine.com
- Notre maison : www.citedelimmaculee.com
- Site d'évangélisation: www.labonnenouvelle.fr

19:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

17/07/2009

Vivre en se serrant plus ou moins la ceinture"

Père de cinq enfants, Pablo travaille dans l’administration publique. Ses enfants sont encore jeunes et leur éducation est son principal souci. Ils doivent apprendre à gérer leur liberté de manière responsable, à réussir et à se tromper


« J’ai fait des études de Droit à l’université Complutense de Madrid, mais je passais le plus clair de mon temps à la bibliothèque de l’université autonome où travaillait mon amie ».

Il a épousé cette jeune fille et ils se sont installés à Madrid. Ils ont cinq enfants, dont l’aîné aura bientôt 8 ans. Il a un scooter coréen 125 cm3 pour circuler en ville. Il est agent administratif dans le service public. Elle est avocate d’affaires, spécialisée en bourse. « Ceci dit, elle a de meilleurs revenus que moi, elle travaille plus que moi, s’occupe de la maison, des finances familiales, elle est remarquable. Moi, je fais ce que je peux. Je fais très souvent la cuisine, je me débrouille pas mal, voire même très bien. C’est l’avis de mes enfants surtout lorsque je leur fait des hot-dogs au ketchup ou des pâtes, au ketchup aussi, bien entendu ».

Ils sont préoccupés par la crise, bien sûr, ils doivent faire face à un prêt immobilier jusqu’en 2040, comme de bien entendu et il va de soi que « lorsqu’on est habitué à vivre avec la ceinture plus ou moins serrée, à passer le gros de ses vacances à Madrid, à savoir profiter de tous les jeux à faire dans un bac à sable, on ne regrette ni l’abondance ni les parcs à thème. Je pense que pour être heureux il suffit peu de chose, il suffit de rendre les autres heureux ». 

Lorsque nous lui avons demandé quel était son premier souci, il n’a pas d’emblée évoqué le CAC 40. Il  nous a tout de suite parlé de l’éducation de ses enfants. « Arantxa et moi sommes investis dans un bon nombre d’activités concernant l’éducation et l’orientation familiale, en tant qu’intervenants ou comme étudiants, dans les établissements que fréquentent nos enfants, et nous privilégions le temps que nous passons avec eux, pour bien les connaître, pour leur donner le bon exemple, pour répondre à leurs questions. À leur âge, les discours ne leur font ni chaud ni froid ».

« Éduquer les enfants dans la liberté est réellement passionnant : on ne peut pas prendre leur place à l’heure de leurs choix, ils doivent apprendre à gérer leur liberté, à réussir, à se tromper. Et comment apprend-on à un gosse à fréquenter ceux qui ne pensent pas comme lui ? Comment arriver à ce qu’il ait un esprit chrétien de service aux autres ? C’est un véritable challenge et tout cela nous prend plus la tête que le CAC 40, quoique… ». 

       
http://www.opusdei.fr/art.php?p=34575

18:52 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : christianisme, foi, spiritualite, catholique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

“Ces crises mondiales sont des crises de saints”

Un jour de salut, un jour d'éternité est arrivé pour nous. Une fois de plus les sifflements du Divin Pasteur se sont fait entendre: ces paroles affectueuses, "vocavi te nomine tuo" — Je t'ai appelé par ton nom. Comme notre mère, Il nous appelle par notre nom. Mieux encore, par notre petit nom affectueux, familier. — Et c'est là, dans l'intimité de ton âme, qu'Il t'appelle; et il te faut Lui répondre: "ecce ego quia vocasti me" — me voici, parce que Tu m'as appelé, bien résolu à ce que, cette fois-ci, le temps ne passe pas comme l'eau sur des galets polis, sans laisser de trace. (Forge, 7)


Nous appartenons, vous et moi, à la famille du Christ, car c'est ainsi qu'Il nous a élus en Lui, dès avant la création du monde, pour être saints et immaculés en sa présence, dans l'amour, déterminant d'avance que nous serions pour Lui des fils adoptifs par Jésus-Christ. Tel fut le bon plaisir de sa volonté, à la louange de gloire de sa grâce. (…)

Le but que je vous propose, plus précisément celui que Dieu marque à tout le monde, n'est pas un mirage ou un idéal inaccessible. je pourrais vous rapporter bien des exemples concrets de femmes et d'hommes de la rue, comme vous et moi, qui ont rencontré Jésus qui passe quasi in occulto, aux carrefours apparemment les plus ordinaires, et qui se sont décidés à Le suivre, en étreignant avec amour la Croix de chaque jour. A notre époque de décomposition générale, de capitulations et de découragements, ou de libertinage et d'anarchie, j'estime encore plus actuelle que jamais cette conviction simple et profonde que, dès le début de mon travail sacerdotal et sans cesse depuis, je brûle d'envie de communiquer à l'humanité tout entière : ces crises mondiales sont des crises de saints.(…)

La vie intérieure: c'est une exigence inhérente à l'appel que le Maître a fait retentir dans l'âme de tout homme. Nous nous devons d'être saints jusqu'au bout des ongles, pour reprendre une expression typique de mon pays ; des chrétiens vrais, authentiques, canonisables; autrement, nous aurons échoué en tant que disciples du seul Maître. Pensez aussi qu'en s'intéressant à nous, en nous octroyant sa grâce, afin que nous luttions pour atteindre la sainteté au milieu du monde, Dieu nous impose aussi l'obligation de l'apostolat. (…) (Amis de Dieu, nos 2 à 5) 

       
http://www.opusdei.fr/art.php?p=17446

16:51 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

“Essaie de t'en tenir à un plan de vie”

S'assujettir à un plan de vie, à un horaire, c'est si monotone, m'as-tu dit ! Et je t'ai répondu : il y a monotonie, là où manque l'Amour. (Chemin, 77)


(…) Essaie de t'en tenir à un plan de vie, avec constance: quelques minutes de prière mentale; l'assistance à la Sainte Messe, tous les jours s'il se peut, et la Communion fréquente; un recours assidu au Saint Sacrement du Pardon, même si ta conscience ne te reproche pas de péché mortel, la visite à Jésus dans le Tabernacle, la récitation et la contemplation des mystères du Saint Rosaire, et tant de bonnes pratiques de piété que tu connais bien ou que tu peux apprendre.

Elles ne deviendront pas des normes rigides, des compartiments étanches; elles jalonnent un itinéraire souple, adapté à ta vie au sein du monde, dans ton travail professionnel intense, dans des obligations et des relations sociales que tu ne dois pas négliger, car c'est dans ces occupations-là que se poursuit ta rencontre avec Dieu. Ton plan de vie sera comme ce gant élastique qui s'adapte parfaitement à la main qui l'enfile.

N'oublie pas non plus que l'essentiel n'est pas de faire beaucoup de choses ; limite-toi généreusement à celles que tu peux mener à bien tous les jours, que tu en aies envie ou non. Ces pratiques te mèneront presque insensiblement à la prière contemplative. Des actes d'amour plus nombreux naîtront dans ton âme: jaculatoires, actions de grâce, actes de réparation, communions spirituelles. Et cela, tout en accomplissant tes obligations: en décrochant ton téléphone, en prenant un moyen de transport, en ouvrant ou en fermant la porte, en passant devant une église, avant de te mettre au travail, en le réalisant ou en l'achevant. Tu sauras tout rapporter à Dieu ton Père.(Amis de Dieu, 149)

    http://www.opusdei.fr/art.php?p=17444

16:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/07/2009

Se reposer pour se donner.



©M.Costermans

Préparez votre âme à La Rencontre du Dimanche 19 juillet 2009

16e dimanche du temps ordinaire.

L'annonce que fait le prophète Jérémie, aux mauvais rois de Juda à la veille de l'exil à Babylone, se réalise dans la personne du Seigneur Jésus et de ses disciples : « À mes brebis, je leur donnerai des pasteurs qui les conduiront ; elles ne seront plus apeurées et accablées, et aucune ne sera perdue ». Le Messie soumet cette parole à une condition : au retour de leur mission, les disciples sont invités à se mettre à « l'écart ». Dans la bouche de l'évangéliste Marc, ce terme renvoie à l'intimité de la prière, de même que Jésus se mettait à « l'écart pour prier ». Certes, les disciples sont envoyés en mission mais il leur faut vérifier que celle-ci vient bien « de » Dieu. Partir « dans un endroit désert » signifie se recentrer sur la source qui fait vivre : le feu de l'Esprit par lequel le missionnaire opère des miracles, transmet la grâce. Il s’agit aussi de se reposer seulement « un peu », ce que la présence de la foule, pressante, rappelle : « En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu’ils étaient des brebis sans berger. Alors il se mit à les instruire longuement ». À la suite de ces premiers missionnaires le chrétien est appelé à se reposer lui aussi pour se donner sans cesse, mais pour ce faire, il doit centrer son regard sur le Christ, agir comme lui, s’inspirer de sa personne. Pourquoi ? Car lui seul &l aquo; a tué la haine » et « apporté la bonne nouvelle de la paix ».
 

N’hésitons pas à nous arrêter régulièrement pour reprendre des forces en Dieu et pourquoi ne pas prendre une matinée de silence chaque semaine autour de la Parole ?

 

Extrait de Feu et Lumière de Juillet/Août 2009 (n° 285)

 

 

 

P?re Tanguy Marie
Père Tanguy-Marie
Prêtre de la Cté des Béatitudes
Auteur des livres : La parole, don de Vie, EDB, 2006
Libres en Christ, EDB, 2008.

 

 SOURCE :

 

N’hésitons pas à nous arrêter régulièrement pour reprendre des forces en Dieu et pourquoi ne pas prendre une matinée de silence chaque semaine autour de la Parole ?

 

Extrait de Feu et Lumière de Juillet/Août 2009 (n° 285)

 

 

 

P?re Tanguy Marie
Père Tanguy-Marie
Prêtre de la Cté des Béatitudes
Auteur des livres : La parole, don de Vie, EDB, 2006
Libres en Christ, EDB, 2008.

 

 

09:34 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : catholique, christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

02/07/2009

Les catholiques de Donum vitae, au service de la vie.

Malgré l’interdiction faite aux catholiques exerçant une fonction dans l’Église de participer aux centres pré-avortement, de nombreux fidèles allemands tiennent à cette présence auprès des femmes souhaitant avorter

Place Heumarkt, l’une des places les plus animées du centre de Cologne, avec ses terrasses de restaurant pleines à craquer midi et soir, quand la météo le permet. Au numéro 54, une entrée d’immeuble discrète. Au troisième étage, une porte d’entrée d’appartement avec une simple plaque « Donum vitae ». 

« Le don de la vie » : c’est ce que veulent défendre les trois assistantes sociales travaillant à temps partiel dans cet appartement de Cologne. « Donner la vie à la femme d’abord, pour qu’elle reçoive sa propre vie comme un cadeau, mais aussi pour qu’elle reçoive son enfant à venir comme un cadeau. Car la vie est le bien le plus précieux », souligne Claudia Kitte-Fall.

Mariée et mère de trois enfants, elle travaille dans ce centre Donum vitae de Cologne depuis son ouverture, mais elle a travaillé auparavant dans le centre de conseil de Cologne, de 1968 à 1984, puis de nouveau de 1997 à 1999. Un engagement qu’elle a toujours vécu sous le signe de sa foi dans le Christ. « Je me suis demandé ce que Jésus, s’il revenait, dirait aux femmes qui avortent », raconte cette catholique pratiquante qui a longtemps préparé les enfants à la première communion et à la confirmation. Elle a également été membre d’un conseil paroissial pendant plus de vingt ans, « jusqu’en 2006, quand mon curé m’a dit, à regret, qu’il ne pouvait pas me garder ».

"Conflit de grossesse"

En 2006, en effet, la Conférence épiscopale allemande a interdit aux laïcs exerçant une fonction dans l’Église catholique de prendre part aux activités de Donum vitae. « Toute ma vie, j’ai travaillé pour l’Église », résume Claudia qui se dit « triste » de savoir que la hiérarchie ecclésiale ne la soutient pas. Elle ajoute cependant aussitôt que « le pape et les évêques ont raison, bien sûr, de défendre le droit à la vie de tout embryon, car Dieu seul peut décider de qui doit vivre ou pas. Mais Dieu nous a aussi donné à chacun le devoir de prendre nos responsabilités et ni le pape ni les évêques ne peuvent décider à la place d’une femme. » 

Dans ce centre Donum vitae de Cologne, 1 500 femmes ont été accueillies en 2008, dont un tiers pour « conflit de grossesse » – comme le disent les Allemands à propos des femmes qui se posent la question de l’avortement. « Nous faisons vraiment un bon travail pour l’Église, insiste Claudia. D’ailleurs, beaucoup de prêtres nous connaissent et nous encouragent ; nous leur adressons très souvent des femmes qui veulent parler avec un prêtre, mais cela doit rester secret. »

Les femmes ont besoin de parler de l’ambivalence de leurs sentiments. « Presque toutes celles qui connaissent un conflit de grossesse ont vécu des blessures, des trahisons, des traumatismes », poursuit Claudia. Et de raconter l’histoire d’une femme de 35 ans, venue consulter récemment, qui a été abandonnée par ses parents à l’âge de 7 ans, puis à nouveau abandonnée par son mari après la naissance de son premier enfant. « Le jour même où cette femme a appris qu’elle était enceinte de son compagnon, celui-ci lui a annoncé qu’il allait la quitter. » 

"Nous sommes toujours du côté de l’enfant à naître" 

« Qu’est-ce qui vous a aidée à surmonter ces expériences douloureuses du passé et qui pourrait vous aider à nouveau ? », interroge souvent Claudia devant ces femmes blessées. Et leur réponse, qu’elles soient catholiques, protestantes ou musulmanes, est toujours la même : « Ma foi. »

Les femmes qui viennent ici savent qu’il s’agit d’un lieu d’inspiration catholique. « Nous sommes très claires, insiste Ruth Richter, une autre assistante sociale travaillant au centre Donum vitae de Cologne. Nous sommes toujours du côté de l’enfant à naître et les femmes voient bien que, pour nous, sa vie est le bien le plus précieux. » À l’écoute de ces femmes, Claudia et Ruth disent qu’elles ont grandi en compassion. « On accepte la femme comme elle est ; on respecte sa façon de vivre », poursuivent les assistantes sociales qui ne cachent pas que, du fait de la crise économique et de la précarité croissante, un plus grand nombre de femmes vient au centre.

« Nous sommes là pour les aider à y voir plus clair, et s’il le faut nous les soutenons financièrement. » Grâce aux subsides de l’État, l’association a ainsi distribué 139 000 € au total l’an dernier. L’association offre aussi, sur le long terme, un soutien humain, psychologique et matériel aux femmes qui décideront de poursuivre leur grossesse, et ce jusqu’à la troisième ou quatrième année de l’enfant. En amont, Donum vitae assure une éducation à la sexualité dans les établissements scolaires publics. À Cologne, Donum vitae se rend également dans la prison des femmes.

Si bon nombre des femmes qui arrivent à Donum vitae disent qu’elles veulent « juste » le papier prouvant qu’elles ont consulté un organisme de conseil, certaines repartent transformées. Et pour d’autres encore, le dialogue ouvert ici fera son chemin. « Nous ne savons pas ce qui se passe pour chacune », poursuit Claudia. Mais elle a parfois revu par hasard des femmes venues au centre… avec « le » bébé dont elles étaient enceintes.

Claire LESEGRETAIN, à Cologne (Allemagne)

Source : La Croix

19:51 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Ingrid Bétancourt remercie Dieu et la Vierge.

"Accompagnez-moi d'abord pour remercier Dieu et la Vierge" : ce furent les premiers mots d'Ingrid Bettancourt, juste après sa libération, devant l'appareil des autorités colombiennes qui l'avait transportée avec ses compagnons à la base de Catam, près de Bogota.

"J'ai imaginé tellement de fois ce moment", a-t-elle dit, en remerciant en français. « C'est un miracle ! » - « Quand le chef de l'opération a dit : 'Nous sommes l'armée colombienne, vous êtes libres ! On a sauté, on a crié, on s'est embrassé, on ne pouvait pas le croire, l'hélicoptère est presque tombé ! On ne pouvait pas le croire. Dieu nous a fait ce miracle. C'est un miracle!"

Dans sa lettre à sa mère en octobre 2007 elle écrivait : « J'ai une tablette où je mets mes affaires, c'est-à-dire mon sac à dos avec mes vêtements et la Bible qui est mon unique luxe. J'ai demandé à Dieu qu'il me recouvre de la même force que celle avec laquelle la France a su supporter l'adversité, pour me sentir plus digne d'être comptée parmi ses enfants. Chaque jour, je suis en communication avec Dieu, Jésus et la Vierge. »

 

 
 

MULTIMEDIA :
The Annunciation - Dominica Palmarum



   
 

17:11 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

28/06/2009

ÉVANGÉLISER NOTRE VIE INTÉRIEURE.

 

1) Découvrir la vraie vie et la liberté, c'est jeter le masque, quitter le monde des apparences, entreprendre le voyage intérieur. J'apprends alors à m'aimer moi-même à cause de ce que je suis, fondement pour aimer Dieu et l'autre, c'est alors que la vie divine devient "ma" vie.

2) Reconnaître et avouer nos faiblesses et notre péché c'est ne plus craindre de descendre en nous-mêmes. Nous expérimentons alors la joie du pardon et de l'amour inconditionnel; nous bénissons nos faiblesses qui laissent à Dieu et aux autres la possibilité de nous aimer.

3) La vraie vie, c'est dans le Christ que je la trouve. Par l'eucharistie Il vient habiter en moi pour que je devienne "sa présence". Par l'oraison, je me rends présent à cette présence dans une passivité ardente: je demeure en Lui, il demeure en moi, je me laisse aimer pour aimer.

4) Il n'y a aucune distorsion entre vie de relation aux autres et vie intérieure, bien au contraire. Seule ma vie d'oraison me fait rencontrer l'autre en vérité. Aimer mon prochain, c'est porter sur lui, le regard que Dieu porte sur lui et vouloir pour lui ce que Dieu veut pour lui.

Intervenant(s) : P.Geoffroy-Marie, Cté St Jean

 

20:41 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |